Dites STOP au tabac !

Rubrique

Après l'Irlande, la Norvège, la Suède et l'Italie, la France a elle aussi décidé d'interdire de fumer dans tous les lieux publics. Cette mesure sera appliquée dans les écoles, les administrations, les entreprises et les magasins à compter du 1er février 2007 et dans les bars-tabac, restaurants et discothèques à compter du 1er janvier 2008. D’où l’intérêt d’en savoir un peu plus sur les thérapeutiques naturelles capables d’aider le fumeur dans son combat contre la cigarette. Telle est l’ambition de cet article.

TABAC ET DÉPENDANCE
Dans un récent sondage Niquitin/Ifop, près d'un fumeur sur deux déclare que l'interdiction de fumer dans tous les lieux publics l'incitera à arrêter ou réduire sa consommation de tabac. Mais que restera-t-il de ces belles intentions lorsque viendra le moment d’affronter la sensation de manque? Il est maintenant scientifiquement établi que la nicotine est une substance très addictive, au même titre que l’héroïne et la cocaïne. Dans un article paru en 1948 dans The American Journal of Psychology, on peut lire que «dans les camps de prisonniers de guerre ou de déportés politiques, certains malheureux troquaient la ration de riz de leur repas contre deux cigarettes, préférant souffrir d’inanition, mais fumer.» Illustration édifiante du phénomène de dépendance. Il existe plusieurs stades d’addiction, le plus préjudiciable d’entre eux étant celui de la dépendance physique, associée à la dépendance comportementale et psychologique. On estime qu'environ 30% des fumeurs réguliers de cigarettes souffrent de dépendance physique (soit environ 4 millions de personnes en France). Il est évident que les fumeurs se rangeant dans cette catégorie éprouveront toutes les peines du monde à arrêter de fumer.

LES FEMMES ENCORE PLUS "ACCROS" AU TABAC
Cela peut paraître injuste, mais les femmes sont plus sensibles et donc plus dépendantes que les hommes aux effets de la nicotine sur leur organisme. D'où leur plus grande difficulté à arrêter de fumer, quelles que soient les méthodes utilisées lors du sevrage. En guise d’explication, on évoque notamment la piste hormonale. Si l'on en croit le professeur O’Brien, le sevrage, chez une femme, aurait plus de chances de réussir lorsqu’il est initié en phase folliculaire, c'est-à-dire au moment de la sécrétion des oestrogènes. Les femmes seraient également plus “addicts” à la cigarette pour une histoire de neurotransmetteurs. En cause, la sérotonine, neurotransmetteur jouant un rôle essentiel dans la régulation de l’humeur, des impulsions, de l’appétit et du sommeil. Un déficit en sérotonine a de nombreuses conséquences dont celle d’amplifier la tendance aux dépendances. Or, il se trouve que la sérotonine est naturellement fabriquée à un taux plus élevé dans les cerveaux masculins que féminins!
Je vous le disais : trop injuste!

TEST DE DÉPENDANCE PHYSIQUE À LA NICOTINE
Pour déterminer si vous êtes physiquement dépendant à la cigarette, munissez-vous d’un stylo pour faire le test.

Dans quel délai après le réveil
fumez-vous votre première cigarette ?

Moins de 5 minutes . . . 3
6 à 30 minutes  . . . . . .2
31 à 60 minutes . . . . . 1
Après 60 minutes . . . . 0
Trouvez-vous difficile de ne pas
fumer dans les endroits interdits ?
Oui . . . . . . . . . . . . . . 1
Non . . . . . . . . . . . . .  0
Quelle cigarette trouvez-vous
la plus indispensable ?
La première . . . . . . . . 1
Une autre . . . . . . . . .  0
Combien de cigarettes fumez-vous
par jour ?
10 ou moins. . . . . . . . 0
11 à 20 . . . . . . . . . . . 1
21 à 30. . . . . . . . . . . .2
31 ou plus . . . . . . . . . 3
Fumez-vous de façon plus rapprochée
dans la première heure après le réveil
que pendant le reste de la journée ?
Oui. . . . . . . . . . . . . . .1
Non . . . . . . . . . . . . .  0
Fumez-vous même si une maladie
vous oblige à rester au lit ?
Oui. . . . . . . . . . . . . .  1
Non . . . . . . . . . . . . .  0
 TOTAL . . . . . . . . . . .
Interprétation :
0-2 : pas de dépendance
3-4 : dépendance faible
5-6 : dépendance moyenne
7-8 : dépendance forte
9-10 : dépendance très forte
 

On considère que la dépendance physique est présente lorsque le score est supérieur ou égal à 5.
Si vous êtes dans ce cas, mais que vous demeurez cependant motivé par l'idée d'arrêter définitivement la cigarette, la consultation d’un tabacologue est vivement recommandée afin d’analyser votre situation et déterminer la meilleure stratégie à adopter pour renforcer vos chances de succès.

THÉRAPEUTIQUES NATURELLES
Les conseils donnés ci-dessous s'adressent plus particulièrement aux fumeurs pour qui le tabac n’est pas devenu une véritable drogue dure (stade de la dépendance physique) et qui peuvent donc encore espérer trouver un soutien suffisant du côté des thérapeutiques naturelles pour passer le cap du sevrage. 

LA MÉTHODE CHIAPI
Cette méthode consiste à piquer deux points d’acupuncture sur les faces latérales du nez. Nombreux sont les cas où la stimulation de ces deux points a suffi pour couper le besoin de fumer dès la première séance. L'efficacité de la méthode a été confirmée par une étude menée dans des hôpitaux de Marseille auprès de plus de 1 300 fumeurs.

AROMATHÉRAPIE
En phase de pré-sevrage
, afin de faire diminuer l'envie de fumer, appliquer quotidiennement une goutte d’huile essentielle d’oliban sur la zone du thymus et une autre goutte sous l'occiput.

Dès le début du sevrage, procéder à la diffusion atmosphérique d'essence de mandarine (zeste) et verser quelques gouttes sur un mouchoir à respirer dans la journée, voire humer directement le flacon lorsque se déclare une forte envie de fumer. Ainsi les premiers symptômes du sevrage (troubles de l'humeur, irritabilité, agitation...) seront-ils atténués par cette essence à la fois modératrice du système nerveux central et calmante du système nerveux sympathique. 

PHYTOTHÉRAPIE
En phytothérapie, on fera appel à une plante utilisée depuis de nombreux siècles en Chine et au Japon pour traiter diverses dépendances : le Kudzu.
=> En période de pré-sevrage (période au cours de laquelle on diminue progressivement le nombre de cigarettes fumées), prendre 2 gélules par jour, l'une le matin et l'autre à midi.
=> À la date choisie pour arrêter de fumer définitivement et même les jours précédant cette date, augmenter les doses, soit 6 gélules à répartir sur la journée.
Le Kudzu a la propriété de réduire le niveau de stress induit par un état de manque. Continuer à prendre cette plante pendant plusieurs semaines en diminuant progressivement les doses.

MYCOTHÉRAPIE
Certains champignons médicinaux, comme Hericium (Hericium erinaceus) et Armillaire (Armillaria mellea) peuvent contribuer à faciliter le sevrage tabagique. L’Hericium aide à se désaccoutumer du tabac tandis que l’Armillaire apaise le stress et régule les troubles du sommeil. Procéder à une cure de 6 semaines, voire davantage. Suivre la posologie indiquée.

COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS
=> D-Stress (Synergia). Produit composé de glycérophosphate de magnésium + taurine + vitamines du groupe B. 6 comprimés par jour.
=> Compléter l'apport en magnésium avec Magnésium marin (Valorimer par exemple). 4 gélules par jour.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de botanique
Spasmophiles ? Libérez vos émotions !
Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
Mon cahier de réflexologie plantaire