Le Feng Shui, un art de vivre au jardin

Rubrique

Le Feng Shui, vous connaissez? En occident, on en parle de plus en plus, mais, depuis très longtemps, les jardiniers d’Orient l’ont apprivoisé pour en faire un art du jardin.

Vers le VIe siècle avant notre ère naît le Feng Shui, un art taoïste tout comme la médecine chinoise et l’acupuncture. En fait, c’est l’art de gérer sa vie en accord avec les forces de l’univers et il remonte à une époque encore bien plus ancienne ; mais l’accumulation de traditions et d’observations en a fait une science qui repose sur des principes cosmiques rigoureux et qui, dans son expression, est un art véritable, surtout au jardin. Le Feng Shui, c’est l’art d’intervenir sur l’énergie d’un lieu (le Chi) pour assurer le bien-être global des occupants de ce lieu ; il est représenté par deux idéogrammes, Vent et Eau, qui sont les deux forces fondamentales de l’énergie de la vie.

LES PRINCIPES DU FENG SHUI
La ligne directrice du Feng Shui, c’est l’optimisation des flux du Chi dans un lieu donné, sachant que ces flux sont influencés par les formes, les matières constituant l’environnement et le temps qui s’écoule. Certains parlent d’archipuncture, en référence à l’acupuncture qui procède de la même logique ; le travail du jardinier porte sur les axes de circulation de l’énergie pour trouver la configuration la plus adaptée.

Pour aménager le jardin selon les principes du Feng Shui, il faut s’appuyer sur quelques connaissances élémentaires :

  • le Chi
  • le principe du yin et du yang
  • les cinq éléments
  • le bestiaire
  • les végétaux du jardin Feng Shui

Une fois ces repères pris, il faudra découper virtuellement le jardin en neuf secteurs correspondant au carré de Lo Shu ; ou bien découper virtuellement le jardin en neuf portions selon la rose des vents du Feng Shui (les deux méthodes sont pratiquées). Ces diverses façons d’analyser les flux d’énergie sur un même lieu permettent de cerner tous les mouvements possibles de l’énergie en fonction de tous les paramètres influents, que ce soit la forme des arbres, leur localisation, leur taille, la couleur des fleurs, la localisation de l’eau, le tracé des allées… Sans vouloir faire oeuvre de spécialiste, faisons un petit tour du côté des concepts de base en appliquant directement les choses au jardin.

Le Chi est l’énergie primordiale, universelle et vitale
Elle doit pouvoir circuler, diffuser et «irriguer» toutes les zones du jardin. On évitera les lignes droites qui accélèrent le Chi, les angles aigus, les culs de sacs. Le tracé des allées détermine son parcours, les plantes hébergent les protecteurs du Chi, les objets eux aussi ont un rôle dans la conduction du Chi ; l’eau, par exemple, est un très bon conducteur du Chi, elle symbolise la prospérité.

Le Yin et le Yang
L’apparition de deux potentiels différents au sein de l’énergie primordiale correspond à l’émergence des deux forces interactives de l’univers, le Yin et le Yang. Ce modèle de représentation de l’Univers est complété par une notion, le Tai Chi, qui dit que toute chose, tout mouvement se développe, exprimant ainsi le perpétuel échange du Yin (phase intensivepassive du Tai chi) et du Yang (phase expansive-active du Tai chi). Ces forces interdépendantes trouvent une matérialité générique dans les cinq éléments (bois, feu, terre, métal, eau). Toutes les perceptions de la réalité matérielle se classent en Yin ou Yang.

Les cinq éléments
Ils ont une fonction symbolique et régissent des portions d’espace et périodes de temps. Ces éléments sont interdépendants et s’organisent selon deux cycles ; un cycle générateur et un cycle destructeur. Attention, ce qui est important à comprendre dans cette classification symbolique, c’est que le vocabulaire employé n’a pas de force péjorative en soi. Il fait juste le constat de la réalité du vivant ; la différence d’état entre les choses génère l’énergie, la destruction précède et suit la vie. C’est un cycle d’auto-régénération. C’est exactement ce qui correspond à la valorisation du compost en jardinage bio.

  • Le bois, symbole de l’énergie de croissance et de développement
  • Le feu, symbole d’énergie vive, de bouillonnements, de mobilité
  • La terre, symbole de la mère Nature, la stabilité, la sécurité
  • Le métal, symbole d’énergie supérieure, de stabilité, de rondeurs
  • L’eau, symbole d’énergie ondulante, instable et dispersée.

Le cycle générateur
Le bois produit le feu qui produit la terre qui produit le métal qui produit l’eau qui produit le bois, etc. Le cycle destructeur : l’eau détruit le feu qui détruit le métal qui détruit le bois qui détruit la terre qui détruit l’eau, etc.

Le bestiaire
Il est constitué par les animaux sacrés qui ont pour fonction de garder et protéger la maison. Leur position dans le jardin est précise : à gauche, le dragon bienfaisant apporte la chaleur et la chance, à l’avant, le Phénix accueille le Chi, la droite est contrôlée par le tigre alors que la tortue protège l’arrière du vent hivernal. Enfin, au centre, le serpent assure l’équilibre du milieu à partir des observations transmises par les autres animaux.

Les végétaux du Feng Shui
Certaines espèces sont plus utilisées que d’autres en Feng Shui ; le plus logique est de travailler avec des végétaux adaptés au lieu. Le soin portera surtout sur le choix de l’implantation en fonction de la forme et de la couleur.
L’arbre a un rôle tout à fait spécifique et important : on lui attribue la capacité de corriger un relief inadapté au Feng Shui. Pour choisir les arbres du jardin, il faut à la fois tenir compte de la forme globale de l’arbre, mais aussi de celle de ses feuilles.

PETITE RÉFLEXION SUR LA PRATIQUE DU FENG SHUI
Le Feng Shui nous vient d’une autre culture, mais il traite d’une question commune à toute l’humanité : «Comment vivre en harmonie avec notre environnement?». Aborder le Feng Shui doit se faire dans le même état d’esprit que lorsqu’on apprend une langue étrangère. Il faut accepter la construction de la langue dans sa globalité sans chercher à tout prix la traduction mot à mot pour que les choses prennent un vrai sens.

Le Feng Shui n’est donc pas une croyance, une superstition, mais un système de pensée analytique qui s’appuie sur des observations conduites depuis des millénaires en Chine, observations réinterrogées par l’expérimentation qui ont débouché sur l’élaboration de quelques principes.

Le Feng Shui n’est pas un dogme, c’est un ensemble de conseils qu’il faut s’approprier individuellement en fonction de son état d’esprit du moment. L’idéal est le changement progressif par petites touches suivi d’observations. En aucun cas il ne faut changer de fond en comble sa façon de réagir aux expériences de la vie. Donc, pour introduire du Feng Shui dans votre jardin, faites à votre mesure: changez de place le barbecue, modifiez la composition d’un massif ou deux, taillez en boule quelques arbustes…

L’approche Feng Shui du jardin est cohérente avec le jardinage bio. En effet, il ne s’agit pas de dominer la nature, mais de travailler à partir des cinq éléments en interactivité perpétuelle pour optimiser la circulation du chi et rendre tout à fait inutiles les produits phytosanitaires, puisque le fonctionnement du lieu est harmonieux. Si les plantes sont en bonne santé et florifères, c’est qu’il y a un bon Feng Shui et que le bien-être des occupants du lieu est assuré. Le reste suivra…

PETITE MISE EN GARDE
Les conseils d’un spécialiste peuvent être assez onéreux, de même que la réalisation de l’aménagement. Faites établir des devis précis et comparez-les. Pour choisir un expert, basez-vous sur le bouche-àoreille et visitez des réalisations chez des particuliers. Les effets positifs de l’aménagement doivent être perceptibles.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

L'Alimentation santé en pratique
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Mon cahier d'homéopathie
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel