Le Bouleau (Betula alba)

ven, 20/04/2007 - 11:53 -- Sophie Lacoste
Le printemps arrive... Au bouleau!
Rubrique : 

Mince, tonique et souple : l'efficacité dépurative et diurétique du bouleau vous ferait sans doute le plus grand bien!

Le bouleau n’est pas bien difficile : il pousse dans tous les sols, envahit les coins de nature abandonnés… C’est lui qui se dévoue pour aider la nature à reprendre ses droits après une catastrophe : feu de forêt, tempête… Et, avec tout ça, c’est un véritable ami de l’Homme! De tous temps, il lui a rendu d’innombrables services.

TOUT EST BEAU DANS LE BOULEAU
Oublions la baguette du maître d’école qui servait à taper sur les doigts… Quand elle n’était pas en noisetier, elle était en bouleau! Mais, à part ce petit défaut, notre arbre ne présente que des intérêts! Avant que le plastique n’envahisse tout, on utilisait le bouleau pour fabriquer des balais, des jantes de roues… L’écorce servait à fabriquer des paniers, des cordes, des chaussures tressées.
Et le bouleau a toujours été considéré comme un «arbre médicinal».

Toutes les parties de l’arbre (feuilles, écorce, sève…) peuvent rendre service :
- Les feuilles : récoltées de juin à septembre, elles sont un puissant diurétique qui n’irrite pas les reins. Elles sont dépuratives et sudorifiques. Elles aident aussi à lutter contre la goutte, les rhumatismes et les inflammations de la vessie.
- La sève : recueillie au printemps en sciant une branche de l’arbre, elle est un excellent fortifiant. Elle est aussi efficace contre les infections urinaires, les coliques néphrétiques. Voir également l'article d'Anne Rihet sur la sève de bouleau.
- L’écorce : c’est un fébrifuge, un dépuratif et un digestif que l’on consomme en décoction. En usage externe, la décoction d’écorce soigne les plaies et les dermatoses.
- Les bourgeons : réputés pour combattre l’engorgement des ganglions lymphatiques, ils se prennent en décoction.

UN ARBRE PURIFIANT
Traditionnellement, les feuilles de bouleau ont toujours été employées pour favoriser l’élimination de l’acide urique, celui qui est impliqué dans les crises de goutte. Elles sont également idéales pour lutter contre la rétention d’eau et les oedèmes, atténuer la cellulite et pour prévenir la formation des calculs urinaires. Le Dr Leclerc, chef de file de l’école phytothérapique française du XXè siècle, utilisait le bouleau pour soigner ses malades ayant un excès d’acide urique et du cholestérol. Non seulement leurs taux de cholestérol et d’acide urique baissaient notablement, mais ils voyaient disparaître les nodules fibro-conjonctifs, autrement dit leur cellulite!

DIURÉTIQUE, AMI DE LA PEAU ET DES ARTICULATIONS
Pierre-André Matthiole, herboriste et botaniste italien du XVIè siècle, avait surnommé le bouleau «l’arbre néphrétique de l’Europe», tellement ses propriétés diurétiques étaient remarquables. Et, au temps de Napoléon 1er, le chirurgien de ses troupes, Pierre-François Percy, parlait ainsi du bouleau : «Dans tout le Nord de l’Europe, le bouleau est l’espoir, le bonheur et la panacée de tous les habitants riches et pauvres, grands et petits, seigneurs et serfs.
Les maladies de peau, les boutons, dartres et couperoses lui résistent rarement. C’est un précieux remède contre les affections rhumatismales, les reliquats de goutte, les embarras de la vessie, et une foule de maux chroniques contre lesquels la science médicale est si sujette à échouer.
»

QUELQUES PETITES RECETTES
Lit anti-douleurs «à la russe»
En cas de crise rhumatismale, faites-vous préparer un «lit antidouleur» par l’un de vos proches attentionné. Il lui faudra un grand sac de feuilles fraîches de bouleau qu’il devra faire chauffer au four (tassées dans une grosse cocotte en fonte, température maxi). Pendant ce temps, il débarrasse votre lit de votre couette, ou de votre drap et de vos couvertures, ne laissant que la housse de matelas. Quand les feuilles sont bien chaudes (10 à 15 minutes devraient suffire), il étale les feuilles sur votre lit et les couvre d’un drap de coton. Vous vous couchez sans attendre et vous lui demandez de vous couvrir immédiatement. Relaxez-vous sur les feuilles, elles devraient calmer votre crise!

Lotion anti-pelliculaire
Prélevez un peu d’écorce prête à tomber sur un tronc de bouleau. Faites-en bouillir une bonne poignée dans un litre d’eau pendant un quart d’heure puis filtrez. Utilisez cette décoction en dernier rinçage après votre shampooing.

Pour moins suer des pieds
Ramassez quelques morceaux d’écorce détachée du tronc d’un bouleau et pilez-les au mortier jusqu’à obtenir une poudre très fine. Répartissez cette poudre, comme un talc, au fond de vos chaussures. Vous devriez moins suer des pieds!

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site...
Article paru dans le : 
Type de publication : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer