T comme…

ven, 02/07/2010 - 13:48 -- Laurence Wittner

Suite de notre dictionnaire explicatif sur les ingrédients cosmétiques… Pour en savoir chaque mois un peu plus sur ce que renferment réellement nos produits d’hygiène et de beauté.

Theobroma cacao seed butter : Beurre de cacao

On ne le trouve pas que dans le chocolat ! Mais aussi dans nos crèmes hydratantes, nos soins après soleil ou nos baumes pour les lèvres, nos soins pour les mains ou les peaux fragilisées : en un mot, dans nombre de nos cosmétiques aux visées revitalisantes ou réparatrices.
SON RÔLE : c’est un émollient (qui adoucit et assouplit la peau), un hydratant, un ingrédient également riche en acides gras (oléique, stéarique, palmitique…) et en antioxydants, ce qui lui confère tout son intérêt tant pour régénérer la peau qu’embellir les cheveux.
SON ORIGINE : obtenu par pression des fèves de cacao, c’est une matière grasse végétale 100 % naturelle.
À SAVOIR : ni intolérances ni irritations en vue : voilà un ingrédient qui a tout bon. À déguster sans modération, car en plus, appliqué sur la peau, il ne fait pas grossir…

Tocophérol : Vitamine E

D’usage aussi courant en cosmétique qu’en alimentaire, la vitamine E y rend exactement les mêmes services.
SON RÔLE : cet ingrédient est utilisé pour ses propriétés antioxydantes. Il freine le rancissement des huiles et des beurres et protège les formules de l’oxydation due à l’air ou à la lumière. Il joue aussi un rôle anti-radicalaire, le rendant tout à fait pertinent dans les soins anti-âge.
SON ORIGINE : la vitamine E peut être d’origine naturelle (de nombreuses huiles végétales comme celles de germe de blé, argan, tournesol ou colza en sont particulièrement riches) mais aussi être issue de la synthèse.
À SAVOIR : bien que généralement toléré sans problème par la peau, le tocophérol peut être source d’allergies (comme la vitamine E). Il est considéré cependant comme sûr d’emploi dans les cosmétiques, s’il ne contient pas d’impuretés (sous forme notamment d’hydroquinone…) ce que de bonnes pratiques de fabrication doivent assurer.

Triéthanolamine (ou TEA)

La triéthanolamine (TEA) fait partie de la famille des alkanolamines (sels d’amines), comme l’éthalonamine (MEA), la diéthanolamine (DEA) ou la monoisopropanolamine (MIPA).
SON RÔLE : ces substances sont utilisées comme régulateurs de pH, pour adapter celui du produit à celui de la peau et permettre une bonne tolérance cutanée.
SON ORIGINE : il s’agit de composés chimiques organiques (amines tertiaires et trialcool), 100 % synthétiques.
À SAVOIR : ces substances ont la particularité de former, en présence d’agents nitrosants (nitrites, oxydes d’azote…), des nitrosamines, composés cancérogènes. Certes, la législation recommande d’éviter d’introduire dans une même formule ces « précurseurs de nitrosamines » et des agents nitrosants. Et en cas de contamination accidentelle, la réaction de nitrosation ne survient que très lentement. Le risque paraît donc faible, mais tout de même pas totalement absent… La triéthanolamine et ses parents proches sont interdits en cosmétique bio.

Paru dans le : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer