Thé (Camellia sinensis)

Rubrique

Le thé vert, c’est la plante fraîche ou séchée sans aucune transformation à la différence du thé classique qui, lui, est roulé, fermenté, fumé…

On distingue deux grandes catégories de thés : les thés verts et les thés noirs. Toutes deux proviennent de la même variété de thé : le Camellia sinensis. Leur différence résulte de la préparation qu’on leur fait subir.

LES PRINCIPALES VERTUS DE THÉ
Thé vert et thé noir sont tous deux reconnus pour stimuler l’intellect et chasser la fatigue, améliorer la digestion et activer l’élimination rénale. Ils sont aussi utiles pour prévenir les caries, rafraîchir l’haleine, stimuler la respiration des malades souffrant d’essoufflements et, en application externe, contre certaines mycoses. Bien entendu, en activant les fonctions d’élimination, ils peuvent jouer un grand rôle dans l’accompagnement de régimes amincissants. Aujourd’hui, les chercheurs scientifiques vont plus loin : l’incidence bénéfique du thé contre certains cancers et les maladies cardiovasculaires est désormais démontrée.

LE THÉ ET LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES
Depuis bien des années, on entend dire que le thé préserve les Chinois des maladies cardiovasculaires. Le thé protègerait les parois artérielles des dépôts de cholestérol. Une étude américaine a d’ailleurs démontré que lorsqu’un sachet de thé était infusé dans de l’eau bouillante pendant 5 minutes, 80 % des antioxydants du thé étaient retrouvés dans l’eau.

LE THÉ ET LE CANCER
De nombreux chercheurs ont également fait part de leurs récentes études et analyses concernant les effets du thé sur certains cancers. Un chercheur japonais, Masami Suganuma, est venu rendre compte d’une étude menée sur 10 ans portant sur 8 552 personnes. Au cours de ces années, dans le groupe concerné, 175 femmes et 244 hommes ont développé un cancer. Masami Suganuma a pu, grâce à cette étude, montrer, que, chez les grands consommateurs de thé, l’apparition de cancer était nettement retardée. Une autre étude, de très grande envergure, a été menée chez 35 000 femmes ménopausées. Les taux de cancers de l’appareil digestif et urinaire est de 40 à 70 % moindre chez les femmes qui boivent plus de deux tasses de thé par jour. Autre étude qui a marqué les esprits : celle du Dr Junchi Chen, membre de l’Académie Chinoise de Médecine Préventive. Pendant six mois, ce médecin a étudié les effets de certains composants du thé vert et du thé noir sur les lésions buccales pré-cancéreuses de 59 patients. Absorbé et appliqué localement, le traitement à base de thé améliore considérablement les signes cliniques et inhibe la prolifération des cellules cancéreuses. Le Dr Junchi Chen a ainsi démontré le rôle du thé dans la prévention de l’apparition du cancer chez l’homme. Sur les animaux, de nombreuses études avaient déjà démontré l’efficacité du thé sur les cancers cutanés.

LA THÉINE
Si le thé est si efficace pour la concentration et le tonus, c’est en grande partie parce qu’il contient une substance très proche de la caféine : la théine. Toutefois, ses effets sont limités par la présence de tanins qui permettent sa libération progressive dans l’organisme. On peut aussi faire en sorte que le thé soit moins excitant en suivant l’une de ces deux méthodes : soit vous versez de l’eau bouillante sur le thé, puis vous la jetez immédiatement et la remplacez par de l’eau frémissante et vous laissez infuser trois minutes avant de boire ; soit vous laissez le thé infuser plus de trois minutes pour laisser le temps aux tanins de neutraliser en grande partie la théine. L’inconvénient de cette deuxième méthode est que le thé sera plus âcre.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les aliments qui guérissent (Poche)
Le Guide du thé vert
Trucs et astuces de santé
Mon cahier de sophrologie