Accident vasculaire cérébral (AVC)

Rubrique

L’accident vasculaire cérébral (AVC), hélas bien nommé "attaque cérébrale", c’est la tuile. La grosse galère. Et lorsque l’on sait que, dans un cas sur deux, il est possible de l’éviter par des bons gestes simples, il est urgent de les apprendre par cœur. Les 10 points majeurs à respecter coûte que coûte.

Cœur et cerveau, même combat

L’accident vasculaire cérébral aboutit à une destruction d’une partie du cerveau. Il est provoqué par un infarctus, c’est-à-dire l’obstruction d’une artère par un caillot sanguin, dans 80 % des cas. Sinon, c’est une hémorragie liée à la rupture d’une artère qui est en cause. Que faire ?
Protéger son cerveau, c’est avant tout défendre son cœur. En effet, tout est affaire de circulation du sang. Fluidifier ce dernier et renforcer ses artères doit devenir une priorité.
Depuis la fameuse étude du Dr Serge Renaud, on sait que la prévention cardiaque la plus simple, la plus économique et surtout la plus efficace, c’est d’adopter le régime méditerranéen. Ses répercussions sur la santé sont multiples, puisqu’il est aussi bénéfique pour la pression artérielle que pour faire chuter le taux de cholestérol… et donc le risque d’accident vasculaire cérébral.
Mais pour aller encore plus loin, tout en restant dans l’esprit "crétois", voici 10 commandements précieux.

1 - Maîtrisez votre taux d’homocystéine

Incroyable : l’homocystéine est totalement inconnue du grand public alors qu’elle est au moins aussi problématique que le cholestérol. Selon diverses recherches, un
taux trop élevé d’homocystéine (un acide aminé fabriqué par le corps) multiplie par trois le risque de subir une attaque, indépendamment des autres facteurs tels que le tabagisme, l’hypertension artérielle ou un taux de cholestérol élevé, très négatifs eux aussi.

2 - Mangez plus "végétal"

Les fruits, légumes verts et secs, pâtes et pain complets sont vos amis. D’abord, parce qu’ils sont très riches en potassium, qui contrebalance les effets néfastes du
sodium. Ensuite, parce qu’ils regorgent de substances bénéfiques pour le coeur et la circulation du sang.

3 - Buvez du thé

Le thé devrait être remboursé par la sécurité sociale. Elle ferait beaucoup d’économies ! Les composés hautement protecteurs de cette extraordinaire boisson ordinaire sont incontournables.

4 - Buvez 2 verres de vin rouge par jour

Grâce à ses composés particulièrement protecteurs, vous divisez par deux le risque de faire un AVC par rapport à quelqu’un qui ne boit pas du tout de vin ! Mais ne débordez pas !

5 - Mangez plus de poisson gras, d’huile de colza et de noix, mais moins de viandes, de plats industriels préparés et de produits laitiers

Il est désormais certains que les "bonnes graisses" doivent être consommées en plus grande quantité, tandis qu’il faudrait réduire de façon drastique les "mauvaises".

6 - Mangez moins de sel

Prenons le (mauvais) exemple des Japonais, grands consommateurs de sel devant l’Eternel. Ils pulvérisent tous les records en matière d’AVC, voilà au moins un point qu’on ne leur envie pas ! De plus, l’hypertension multiplie par 4 le risque de faire un AVC.

7 - Ne fumez pas

Fumer est très mauvais pour la santé et le cœur, vous le savez. En plus de tous ses méfaits bien connus, le tabac grille les réserves en vitamines B, qui combattent l’homocystéine (voir point 1).

8 - Ne mangez et ne buvez pas trop

C’est très vrai si vous avez des kilos à perdre (tout surpoids est mauvais pour le cœur, donc le cerveau, notamment en augmentant l’hypertension artérielle), mais même les "chanceux" qui peuvent avaler des quantités astronomiques de nourriture sans prendre un gramme devraient faire attention.

9 - Bougez

L’exercice physique peut vous sauver la vie. Nul besoin de se préparer aux Jeux Olympiques, une simple marche quotidienne (et soutenue) d’une heure, c’est très, très bien si au départ vous êtes plutôt du genre inactif. L’exercice permet de baisser le taux du mauvais cholestérol, et surtout d’élever celui du "bon" cholestérol, protecteur donc.

10 - Détendez-vous

S’il n’existe pas d’étude établissant un lien direct entre stress et AVC, il y en a des brouettes entières pour ne plus remettre en doute cette conclusion navrante : le stress est un tueur.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les compléments alimentaires à l’épreuve de la science
Problèmes circulatoires : les prescriptions du Dr Valnet
Et si vous manquiez de vitamine D ?
Mon cahier de tisanes