La Fête de l'Énergie

Rubrique

Il y a de la fête dans l’air, des odeurs de sapin, des boules de lumière et la joie des cadeaux, une belle énergie se rassemble autour de la famille et des amis. La fin de l’année offre toujours l’occasion de développer une capacité extrêmement bénéfique, celle de la réjouissance. Les opportunités de faire plaisir, de rendre service, bref, d’être utile à l’énergie de la vie, ne manquent pas, il suffit d’y prêter attention pour se sentir concerné. Un bonheur sans compromission vient en récompense du geste gratuit.

AU ROYAUME DE L’ÉNERGIE
La générosité est une énergie de bonne santé. Autant l’avarice se replie sur ses biens, rétractant de ce fait les possibilités d’extension de sa propre richesse, autant le corps, essentiellement lié à son esprit, répond alors par un réflexe de contraction. Étrangler son porte-monnaie finit par étouffer l’énergie dynamique qui doit, pour conserver son équilibre, bouger dans le sens de l’échange. Rompre l’indifférence est le remède à la solitude, au chagrin et à l’ennui. Aider à faire un arbre de Noël pour les petits défavorisés, préparer un repas pour les sans-abris, visiter les abandonnés délaissés au fond d’un hôpital, soigner un chien ou un chat errant, c’est apporter une contribution à la fête de son propre coeur. Se rapprocher de ceux qui en ont besoin procure une grande joie. Se réjouir ensemble d’un moment partagé en toute sincérité donne son sens véritable à la fête.

FESTIVITÉS SANS EXCÈS
Ne faites pas la grimace en lisant ce sous-titre, ce n’est pas être rabat-joie que de rappeler la nuisance des comportements excessifs. À force de croire que convivialité rime avec quantité, la bonne chère et l’alcool font trop de ravages. Mais d’où vient la légende du besoin de surcharge en tout genre pour se sentir à l’aise en société ? En fait, rien de tout cela n’est interdit si l’on est capable de reconnaître et d’appliquer une juste mesure. La fête ne puise pas ses élans dans les débordements, elle donne le meilleur d’elle-même à ceux qui savent l’apprécier et la consommer sans dérapage. Lorsqu’elle est savourée en petites quantités et sans avidité, son goût est si précieux qu’il conserve longtemps le sceau de sa rareté. Si l’occasion vous est donnée de participer aux festivités de la fin de l’année, le choix vous appartient d’en retirer un plaisir raffiné.

L’ÉNERGIE ET LE QI
L’énergie est le mouvement universel qui anime toute chose. Pour traduire le principe vital, le mot chinois est “qi”. Notre intérêt pour la culture du corps et les principes de bonne santé se tournent de plus en plus vers les traditions ancestrales. Depuis des millénaires, l’Inde et l’Asie délivrent des secrets de bonheur, santé et longévité.
Le qi gong recèle un trésor accessible à tous ceux qui souhaitent réfléchir, chercher et trouver les clés de l’énergie vitale. Cette quête demande de la patience, de la tempérance et de la constance. Mais aux aventuriers de l’énergie, le temps promet des bienfaits si évidents et si puissants qu’ils ne pourront avoir qu’un seul regret, celui de ne pas s’y être engagé plus tôt.

QI GONG À PRATIQUER EN HIVER
Vous l’avez compris, le “qi”, c’est l’énergie vitale, “gong” est cet autre mot chinois traduisant l’effet de l’action ou du travail effectué sur l’énergie. Autrement dit, qi gong signifie “le travail de l’énergie dans le corps”.
L’hiver est la saison des vents mouillés et froids dont l’énergie perverse (xié qi) agresse facilement le corps humain. La peau et les poils protègent l’organisme, en eux circule la première ligne défensive de wei qi (défenses immunitaires). L’activité de wei qi est directement liée à celle du poumon. Si les attaques de vent froid se mesurent à une faible capacité immunitaire, au niveau de l’épiderme, du nez et de la gorge, elles pénètrent en profondeur pour y installer une maladie. L’énergie yang, support de l’immunité, doit être renforcée en hiver.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Bien manger sans cuisiner
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison
Et si vous faisiez tout vous-même au jardin ?
Mon cahier de tisanes