Des tisanes pour votre cure de printemps

Rubrique

Votre corps s’est encrassé pendant l’hiver. Peut-être avez-vous abusé durant les fêtes (et en dehors) de gâteaux, galettes et aliments excessivement riches, afin, bien sûr, de lutter contre le froid envahissant. Vous êtes sans doute resté un peu trop longtemps pelotonné sur votre canapé, oubliant tout exercice physique. Il est temps de sortir le nez de dessous votre couette, d’éliminer les surcharges et encrassages de toutes sortes et d’aborder le printemps naissant avec un «véhicule» propre.

LE BOULEAU BLANC - Betula alba, B.pendula, syn. B.verrucosa
Les phytothérapeutes s’en servent pour nettoyer l’organisme avant tout autre traitement. Puissamment diurétique, il favorise l’élimination des urates en accélérant l’évacuation des déchets par les reins et lutte contre les oedèmes, la rétention d’eau, la cellulite, la goutte et les rhumatismes.

Tisane plaisir : ajoutez à un litre d’eau bouillante deux cuillerées à soupe de feuilles de bouleau, deux cuillerées à soupe de baies de genévrier, quelques feuilles d’artichaut et deux ou trois rondelles de citron. Couvrez et laissez reposer une vingtaine de minutes. Sucrez avec du miel et buvez 3 à 4 tasses par jour, toujours en dehors des repas.

LA GRANDE ORTIE - Urtica dioica
Longtemps consommée en légume, elle est connue depuis le Moyen-Âge comme régénératrice du sang. Elle facilite les sécrétions urinaires et stimule les fonctions digestives. Elle contient de la silice, des vitamines, du fer, du magnésium, du cuivre et du zinc. Elle est par conséquent reminéralisante. Il faut cueillir les parties supérieures ou les jeunes pousses en se protégeant les mains avec des gants bien épais. Le séchage et la cuisson débarrassent la plante de son effet urticant.

Soupe-décoction : si, durant votre cure de printemps, vous choisissez de mettre «au repos» votre estomac en buvant soupes et bouillons, alors voici une recette : coupez quatre pommes de terre en dés, faites-les cuire dans un litre et demi d’eau salée. Avant la fin de la cuisson, ajoutez deux belles poignées de feuilles d’orties fraîches et continuez la cuisson à feu doux pendant quelques minutes. Mixez et dégustez. Cette «décoction» a l’avantage d’être curative et nutritive.

LA CHICORÉE - Cichorium intybus
Dioscoride, médecin grec, la préconisait pour fortifier l’estomac, Hildegarde Von Bingen s’en servait comme digestif et Galien (médecin du deuxième siècle après J.C) l’appelait «l’amie du foie». Elle tonifie le système digestif et le nettoie (doux laxatif) mais ses vertus touchent également l’appareil urinaire qu’elle débarrasse de ses impuretés. Elle lutte efficacement contre les rhumatismes, dermatoses et possède des propriétés anti-diabètiques.

Infusion : prenez 15 g de feuilles sèches et versez dessus un litre d’eau bouillante. Laissez infuser quinze minutes et buvez une tasse après chaque repas. Les feuilles peuvent être remplacées par 15 à 40 g de racine sèche, non torréfiée.

RECOMMANDATIONS
Les dosages sont prévus pour des adultes ou enfants de plus de douze ans. De sept à douze ans, divisez les doses par deux, et pour les enfants de moins de sept ans, par quatre. Pas de tisanes pour les moins d’un an sans prescription médicale.
Les femmes enceintes doivent faire preuve de prudence, surtout dans les trois premiers mois. Il vaut mieux consulter son médecin.
Ne jamais dépasser les doses prescrites ni la durée indiquée pour les cures (certaines plantes doivent être prises sur un temps très court).
Si vous prenez un traitement médicamenteux, demandez conseil à votre médecin (pour éviter tout risque d’interaction).

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Chimiofolies
Diététique de l'expérience
Mon cahier de remèdes aux épices
Ma bible de l'homéopathie