Que manger pour éviter et soigner une “turista” ?

Rubrique

Comme chaque année, c’est la saison. De quoi ? De ce qu’on appelle poétiquement des «dérangements intestinaux» liés aux voyages. Elle n’attaque que les touristes, d’où son nom. Comment l’éviter? Comment accélérer le retour à un transit normal? Suivez le guide…

La plupart des turistas sont tout à fait banales, même si elles sont gênantes, et guérissent spontanément en quelques jours. Si ce n’est pas le cas, vous pourrez passer à un traitement médicamenteux. Mais avant, c’est inutile, vous ne feriez qu’entraver le travail d’élimination de votre organisme !

20 à 50% DES VOYAGEURS TOUCHÉS
Et voilà notre diarrhée du voyageur rebaptisée turista, jerbienne, delhi-belly, vitesse ou encore vengeance, hot dog, gigue selon les pays. Au total, l’être humain lui paye un cher tribu puisqu’on dénombre 10 millions de turistas chaque année autour du monde, soit 20 à 50% des voyageurs touchés.
On l’a dit, la turista affecte exclusivement les personnes qui ne sont pas «du coin» et n’ont pas les défenses pour lutter contre certaines bactéries présentes, principalement dans l’eau et les aliments. Notre flore intestinale, qui y est confrontée pour la première fois, réagit violemment en cherchant à expulser l’ennemi. C’est salutaire! Les responsables de tout ce chambardement sont des germes (salmonelles, colibacilles…), des virus (gastro-entérite) ou des parasites (amibes) selon la région du monde.
Mais l’Escherichia coli est le plus souvent en cause dans la diarrhée du voyageur. Cette bactérie fait naturellement partie de notre flore intestinale. Mais les E. coli étrangères provoquent un conflit, car elles sécrètent une toxine qui empêche nos intestins d’absorber l’eau. Toute l’eau! Celle des aliments, celle que l’on boit, etc. Résultat, le corps est forcé d’évacuer tout ce liquide, d’où les selles hyper liquides. C’est fort désagréable, mais nous ne sommes pas vraiment malades. En revanche, la déshydratation guette… Soyez très prudent.

GUETTEZ LES SIGNES DE DÉSHYDRATATION
- Urines foncées, voire carrément absentes
- Yeux creusés
- Fatigue, voire faiblesse
- Perte de poids, manque d’appétit
- Troubles de l’humeur, irritabilité
- Crampes, contractures musculaires
C’est votre cas ? Préparez la solution de réhydratation mise au point par l’OMS (voir ci-dessous).

Deux derniers conseils pour la route ?
Lavez-vous les mains
impérativement avant chaque repas et après chaque passage aux toilettes. Si c’est impossible (excursion, randonnée…), nettoyez-les à l’aide de compresses stériles. C’est TRÈS important.
Si vous devez vous rendre à l’étranger et que vous craignez la turista, nous vous recommandons la supplémentation à l’aide de probiotiques adaptés afin de renforcer vos défenses intestinales. Le produit s’appelle «Lactibiane voyage», vous en consommez 1 sachet par jour dans un verre d’eau (en bouteille !) avant le repas. C’est TRÈS efficace.

LES BONS RÉFLEXES ALIMENTAIRES POUR PRÉVENIR OU ACCÉLÉRER LA GUÉRISON
VOS AMIS
NUMÉRO 1 :
Buvez EXCLUSIVEMENT des liquides encapsulés. C’est la règle la plus importante. De l’eau, du jus de fruits, ce que vous voulez, mais c’est vous qui ouvrez la bouteille. Le mieux est de boire avec une paille.
Ne buvez pas d’eau du robinet, ni de l’eau d’un lac ou d’une fontaine, ni une quelconque préparation type thé, café, infusion non réalisée à l’eau en bouteille (ou alors avec de l’eau bouillie pendant 5 minutes ou encore de l’eau filtrée). Même la vaisselle devrait idéalement être rincée avec de l’eau purifiée. C’est pourquoi il est recommandé de se laver les dents avec de l’eau en bouteille ou de l’eau traitée (comprimés de chlore) et de prendre sa douche… en fermant la bouche !
Mangez exclusivement des aliments cuits, et bien cuits.
Pelez les fruits.
L’alcool peut tuer des bactéries dans une certaine mesure, mais il ne les détruit pas toutes. Un verre de vin, pourquoi pas, mais au-delà, il affaiblit le système immunitaire et reste non recommandé pour la santé.

SI VOUS AVEZ LA TURISTA
LES ALIMENTS QUI SOULAGENT ET CEUX QUI AGGRAVENT
+ Une fois n’est pas coutume :
le coca cola (le vrai, pas le «light») est recommandé. Mais ce n’est pas la panacée !
- En revanche, limitez les jus de pomme, de poire ou de raisin, laxatifs, ainsi que les jus d’agrumes qui aggravent la diarrhée.
+ Buvez au minimum une bouteille d’eau minérale par jour pour remplacer les minéraux perdus.
+ Gingembre. Très efficace contre nausées et spasmes.
+ Riz blanc
+ Eau de riz
(éventuellement riz mixé).
+ Lentilles, tapioca
+ Banane et myrtilles
+ Compote de pommes
- Lait, produits laitiers. Après une diarrhée, on manque de lactase, l’enzyme qui permet de digérer le lactose du lait. On supporte donc encore moins bien ces aliments, qui peuvent entretenir la diarrhée !
- Viande, épices, bonbons, plats gras… Vous verrez ça plus tard.
- Certaines personnes supportent mal les bulles (eau gazeuse notamment) et les faux sucres.

SOLUTION DE RÉHYDRATATION, CONSEILLÉE PAR L’OMS (ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ)
Mettez une cuillerée à café de sel et 6 cuillerées à café de sucre dans un litre d’eau pure (bouteille, filtrée…). Buvez lentement.

VOS ENNEMIS
NUMÉRO 1 :
N’avalez sous aucun prétexte d’aliment «limite» : charcuterie laissée au soleil, mayonnaise hors du réfrigérateur, plats refroidis, réchauffés, puis à nouveau refroidis, aliments à base d’oeuf, etc.
Les boissons et aliments glacés. Tous. Non seulement le froid détraque, mais en plus vous ne savez pas comment cette glace, ce sorbet ou cette boisson ont été préparés. C’est non.
Les crudités et la salade : comment ont-elles été rincées ? Certaines salades sont des vrais havres pour bactéries.
Les plats mal cuits et/ou réchauffés plusieurs fois et/ou cuits depuis un moment déjà (et proposés refroidis par exemple), à température ambiante. Ennuis assurés.
Les glaçons !
Les plats exotiques proposés sur les marchés (alimentation dans la rue)
Les crustacés. Méfiez-vous, même cuits, ils peuvent rester contaminants.
Les produits laitiers (ou à la rigueur pasteurisés et non ouverts).

Bonnes vacances !

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Bien manger sans cuisiner
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison
Et si vous faisiez tout vous-même au jardin ?
Mon cahier de tisanes