L’incroyable réalité de l’Être

Rubrique

Voilà maintenant que les scientifiques s’accordent avec les spiritualistes pour clamer de concert une révélation qui va déstabiliser les esprits cartésiens. L’être humain n’est pas ce qu’il croit être! Ah bon, mais alors, qui sommes-nous vraiment? Réponse tout de suite.

QUE SAIT-ON DE LA RÉALITÉ?
Aujourd’hui, les recherches poursuivies au sein de la physique quantique, c’est à dire dans le coeur infiniment subtil de la cellule elle-même, viennent bouleverser les connaissances actuelles. Les scientifiques franchissent enfin la passerelle de l’univers qui relie sans rupture le monde matériel à la dimension spirituelle. Ô certes, ils ne sont pas encore unanimes, mais la voix des chercheurs qui trouvent résonne plus fort et surtout plus juste que celle des éternels bredouilles. Oui, elle existe bien cette puissance supérieure, responsable de tant de débats, dénis et controverses, mais la vérité mise à jour est qu’elle n’est pas extérieure à nous-même.
Aujourd’hui, la science physique rejoint la science spirituelle, nous proposant de devenir l’observateur de nous-même pour que cette simple expérience bouleverse radicalement, d’une manière bénéfique, le cours de notre existence. La rencontre avec la conscience ouvre les horizons jusqu’alors limités à leurs propres lignes de démarcation pour qu’aussitôt l’espace se libère.

L'ESPRIT ET LA MATIÈRE
Le fonctionnement du cerveau évolue dans le cadre restreint de ses conceptions. S’il ignore tout d’un phénomène, il ne trouvera pas de repères dans sa mémoire et ne pourra pas délivrer d’informations à son sujet. La conscience visuelle fera abstraction de la chose, qui restera en quelque sorte invisible aux yeux de l’observateur. Preuve en est avec l’exemple des Indiens d’Amérique qui n’ont pas vu arriver la flottille de Christophe Colomb, pour la simple raison que leur cerveau ignorait tout des caravelles. Nous voyons toujours les choses d’après leurs empreintes inscrites dans notre mémoire, que l’on peut définir comme l’instant de conscience précédent qui anime l’instant suivant. L’on comprend de ce fait que l’organe oeil est seulement chargé de diffuser le reflet projeté dans le miroir de la conscience visuelle.

Jusqu’à peu de temps encore, les scientifiques prônaient la matière comme étant la plus haute expression du concret, ce sur quoi nous pouvions établir des bases solides à partir de ces éléments prévisibles. Cette théorie fut cependant remise en question par la physique quantique qui permit de reconnaître les phénomènes matériels – table, objets, etc. – en tant que mouvements de conscience, donc, instables. De laborieux efforts sont déployés par la science pour démontrer ce que les spiritualistes exposent depuis des lustres. Il n’y a qu’à se reporter aux textes des grands penseurs de l’Antiquité, et notamment ceux du Bouddha, dont l’un des enseignements expose clairement la subtilité des relations entre la matière et l’esprit. Nous y trouverons que tout instant de conscience engendre l’instant de conscience suivant, dont la cause a existé au cours de l’instant précédent. Pour employer notre langage quotidien, nous pouvons ainsi entrevoir la réalité des productions interdépendantes qui constituent notre univers, réalité propre à l’esprit créateur (celui de chaque individu). Que l’esprit change d’orientation et les phénomènes seront perçus différemment, ce qui amènera des réalisations différentes dans la vie de l’expérimentateur. C’est ce qui se produit à chaque instant pour nous.

LE POUVOIR DES ÉMOTIONS
Dès que nous éprouvons une émotion, une substance chimique se déverse dans notre sang, délivrant un élément particulier relatif à la teneur de l’émotion, qui va agir comme un signal de départ ou d’alarme au niveau cellulaire. Chaque fois qu’une semblable émotion se manifeste en nous, le signal est réactivé, c’est ainsi qu’il devient plus puissant. Chaque groupe cellulaire concerné par l’état émotionnel revient s’abreuver à cette source d’information, jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer. La dépendance est alors installée au niveau psychique, mais également biochimique. La dépendance n’est autre que la répétition compulsive d’un état émotionnel agissant sur les différents éléments corporels.
Le pouvoir des émotions apparaît clairement, du fait de l’alimentation cellulaire indiquant l’orientation vers la guérison ou la destruction, le bonheur ou la souffrance, l’enthousiasme ou la dépression, c’est à dire la réussite ou l’échec. Qui d’autre que l’esprit se trouve aux commandes ? Notre corps dépend de nos cellules et nos cellules dépendent de notre esprit. L’impulsion provient du cerveau, expliquent les scientifiques. Et d’ajouter : “Notre seul moyen pour être un jour satisfait de nous, ne sera pas d’agir sur notre corps mais sur notre esprit.”

PRATIQUEZ LA RÉUSSITE!
Placez-vous mentalement dans votre bulle de protection.
1. Observez votre souffle et progressivement ralentissez son mouvement jusqu’à ce qu’il devienne paisible et doux (5 minutes environ).
2. Observez votre esprit de surface, vous allez être étonné du mouvement virevoltant de vos nombreuses pensées. Placez-les dans votre souffle tranquille pour les calmer (5 minutes).
3. Observez votre esprit de profondeur et élargissez l’écran de votre cinéma intérieur. Le flot de pensées, bien qu’il soit apaisé, produit les mouvements de conscience. Laissez faire, n’agissez pas, votre attention à vous-même doit s’étendre et pour cela ne vous laissez plus accrocher par les images et les idées. Détendez-vous et baignez votre esprit dans la lumière de son espace. Restez autant de temps qu’il vous plaira dans cet incomparable bien-être.

À LIRE
Que sait-on vraiment de la réalité, de William Arntz, Betsie Chasse et Marc Vicente aux éditions Ariane. 22,70 €

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Additifs alimentaires : mieux les connaître pour éviter leur toxicité
Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet
Les clés de l'alimentation santé - L’essentiel à savoir dans votre cas
Et si vous manquiez de vitamine D ?