L’acide urique, marqueur de la goutte

Rubrique

Le taux d’acide urique dans le sang, appelé aussi uricémie, permet de mesurer le risque de souffrir de la goutte.

Les articulations chaudes et rouges ? Un gros orteil douloureux, gonflé sans raison ? Ces signes inflammatoires évoquent une crise de goutte, autrement dit la présence d’acide urique sous forme de cristaux dans les articulations. La crise de goutte a pratiquement disparu des cabinets médicaux, médicaments et mode d’alimentation obligent, pourtant, sa cause, l’hyperuricémie (excès d’acide urique dans le sang) demeure toujours d’actualité. Et ce déchet peut être responsable de lésions rénales ou d’une hypertension artérielle, même en l’absence de crise de goutte.

D’où provient-il ?

L’acide urique provient de la dégradation de 3 bases puriques* (ou purines) dans le foie. Ces substances entrent dans la composition de l’ADN et de l’ARN contenus dans les cellules. Toute consommation accrue d’aliments riches en purines, la viande par exemple, est de nature à accroître la production d’acide urique. Mais si l’alimentation constitue un vecteur important d’apport des bases puriques, l’organisme en fabrique également de son côté. De la même façon, la dégradation des cellules de l’organisme contribuent aussi à produire de l’acide urique. Le contrôle de l’alimentation ne suffit donc pas toujours à stabiliser le taux d’acide urique dans le sang. Des médicaments sont parfois nécessaires, car l’acide urique s’accumule dans l’organisme. Problème, l’acide urique est filtré par les reins et donc éliminé dans les urines. Toute altération de la fonction rénale peut donc augmenter l’uricémie et favoriser le dépôt de cristaux d’acide urique dans les articulations. De la même façon, un taux élevé d’acide urique dans le sang risque de bloquer les reins. Un cercle vicieux peut s’installer rapidement dans ces conditions.

Diminution

- Consommation importante de laitages.
- Tabagisme.

Augmentation

- Régime riche en viande, en charcuterie, en abats.
- Insuffisance rénale.
- Hypertension artérielle.
- Hypothyroïdie.
- Psoriasis.
- Aspirine.
- Diurétiques.
- Alcool, excès de bière notamment.
- Abus des fruits de mer.
- Régime riche en produits gras.
- Diabète avec acidocétose.

Variations physiologiques

- L’âge. Jusqu’à la puberté, l’uricémie moyenne est d’envi- ron 35 mg/l, pour ensuite se stabiliser à un niveau proche de celle de l’adulte. L’uricémie augmente d’environ 10 % après 75 ans.
- Le sexe. D’une façon générale, l’uricémie est plus basse chez la femme.
- Le poids. L’uricémie augmente dans les deux sexes de façon parallèle à la prise de poids. Au contraire, la perte de poids favorise la baisse de l’uricémie (perdre 7 à 8 kg abaisse l’uricémie de 10 mg/l).
- Les androgènes. Ils augmentent l’uricémie.
- Les efforts intenses. Ils augmentent l’uricémie.
- Le jeûne. Il augmente passagèrement l’uricémie.
- La grossesse. L’uricémie est diminuée jusqu’au 6ème mois.
- La déshydratation. Elle augmente l’uricémie.

Valeurs moyennes

L’uricémie normale se situe entre 35 et 70 mg/litre chez l’homme et 25 et 60 mg/l chez la femme. On estime que le risque de goutte, et donc de cristallisation dans les articulations, commen- ce dès lors que le taux d’acide urique dépasse 72 mg/l. Attention, certains laboratoires proposent les valeurs d’uricémie en μmol/l. A titre d’exemple, 1 μmol = 1 mg X 5,95. Le dosage de l’acide urique dans les urines de 24 h est parfois indiqué. Le taux urinaire d’acide urique se situe entre 400 et 800 mg/l par 24 h. (Guide Pratique des Analyses Médicales, Éditions Maloine).

Un prélèvement sanguin à jeun

Du fait de la variation de l’uricémie en fonction de l’alimentation ou de l’effort musculaire, le prélèvement sanguin nécessite d’être à jeun et reposé. Les résultats sont connus en 24 heures.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet
Rhumatismes et autres maux articulaires
Produits chimiques : l'overdose
D'ici ou d'ailleurs, les points qui guérissent