Gros plan sur la peau

Qquels besoins, à quel âge ?

Avec ses 2 m² et ses 4 à 5 kg (à l’âge adulte), la peau est l’organe le plus étendu du corps humain. Composée de plusieurs couches de tissus, elle constitue notre première protection vis-à-vis des agressions extérieures. Un rôle qui mérite qu’on la bichonne un peu et qu’on reste, au fil du temps, à l’écoute de ses vrais besoins.

Du tout premier au dernier jour de la vie, la peau change et évolue. Constamment, elle élimine ses cellules mortes en surface de l’épiderme (sa couche superficielle visible), dans un processus s’étendant sur 4 à 6 semaines. Et peu à peu, doucement mais sûrement, ses caractéristiques changent… comme les soins qu’elle demande.

UNE VIE DE PEAU
La peau base son équilibre sur le film hydrolipidique qui se forme de façon continue à sa surface. Celui-ci se compose d’eau, ou plus exactement de sueur, et de corps gras constitués essentiellement de sébum. À cela s’ajoutent des cellules mortes en cours d’élimination. La qualité et la densité de cet ensemble varient en fonction des zones du corps, mais s’adaptent aussi à la saison ou encore au moment de la journée… subissant également des variations dues à l’âge.
À savoir : ce film hydrolipidique constitue la barrière cutanée qui empêche la pénétration dans l’organisme de substances étrangères. Il participe également à la régulation de l’hydratation.

BÉBÉ MOINS BIEN PROTÉGÉ
À priori, l’épiderme d’un nourrisson ne diffère pas beaucoup de celui d’un adulte. Mais on estime qu’il lui faut environ 10 ans pour construire complètement ses défenses. Durant ce temps, la peau est plus fragile et plus perméable… notamment aux ingrédients cosmétiques. La petite enfance est aussi l’âge des premières sensibilisations, qui, répétées et entretenues, peuvent se traduire en véritables allergies… de plus en plus fréquentes. C’est dire l’importance du choix des cosmétiques qui sont destinés aux jeunes enfants.

Les bons choix pour les enfants
- Dans les gels lavants et shampoings, les tensioactifs les plus doux (Disodium cocoamphoacetate, Sodium Lauroamphoacetate…), en évitant les plus irritants (Sodium lauryl sulfate, Ammonium lauryl sulfate).
- Des parfums légers à base d’hydrolats ou d’eaux florales, non allergisants.
- Des hydratants respectueux de l’équilibre cutané (Glycerin, Squalane, Urea, ainsi que des huiles et beurres d’origine végétale).
- La plus grande méfiance vis-à-vis de certains conservateurs, les plus sensibilisants (Methylisothiazolinone, Methylchloroisothiazolinone), ou potentiellement cancérogènes, comme les libérateurs de formaldéhyde (DMDM hydantoin, Imidazolidinyl urea, 2-bromo-2-nitropropane-1,3-diol…).
- Des adoucissants et apaisants (Allantoin, Bisabolol, huile d’amande douce…).

LA PEAU, REFLET DES BOULEVERSEMENTS DE L'ADO
Passées quelques (courtes) années sans soucis, voilà que l’épiderme s’épaissit, les pores se dilatent, le visage est luisant en permanence. Les glandes sébacées, sous l’effet des bouleversements hormonaux, fonctionnent alors à plein régime, tendant à étouffer la peau et à la rendre grasse, à l’oeil comme au toucher, particulièrement sur la zone médiane du visage. La transformant en terrain de choix pour les boutons, comédons, points noirs, acné… qui demandent, eux, des soins très spécifiques.

Les bons choix pour les ados
- Les substances absorbantes (argiles et poudres matifiantes) pour éliminer un peu de sébum et améliorer instantanément l’aspect de la peau.
- Les ingrédients régulateurs, purifiants et assainissants : romarin, menthe, sauge, arbre à thé, citron ou pamplemousse.
- Les astringents pour resserrer les pores (reine-des-prés, rose, saule…).
- Les agents de gommage, notamment quand ils agissent sans frottements (acides de fruits ou salicylique), mais pas de "super décapants" qui semblent dotés de pouvoirs asséchants bien tentants, mais induisent inévitablement un "effet rebond" et un regain de dynamisme des glandes sébacées.
- Un refus catégorique des ingrédients occlusifs, piégeurs d’hydratation et qui forment comme un film étanche sur la peau (huiles minérales).

INÉLUCTABLE VIEILLISSEMENT
Mais l’adolescence n’a qu’un temps. Et pendant qu’hommes et femmes vivent leurs vies d’adulte, sans prendre garde, d’abord, au temps qui passe, la peau, elle, a tendance à souffrir de plus en plus d’agressions répétées (pollution, rayons UV, climatisation, fumée de cigarette, cosmétiques inadaptés à ses besoins…) et à s’assécher au fur et à mesure que les sécrétions sébacées diminuent. Elle perd de son élasticité, se distend, se marque de ridules puis de rides. Elle vieillit… et ça se voit. Mais ça se prévient aussi, et on peut ralentir un peu le phénomène, un peu.

Le bon programme
- Les démaquillants (laits, mousses et lotions) adaptés au type de peau, complétés par un gommage doux hebdomadaire.
- Les eaux florales ou thermales pour le rinçage, en évitant surtout les lotions à base d’alcool, toujours facteur d’assèchement.
- Un soin bien hydratant, contenant les sources végétales les plus nourrissantes (olive, avocat, tournesol, argan, beurre de karité…), éventuellement quelques actifs bien émollients (glycérine, acide hyaluronique, urée, squalane…).
- Une protection solaire à fort indice à la moindre exposition.
- Une attention toute particulière face à tout ce qui peut perturber l’équilibre naturel de l’épiderme : asséchants (alcool…), irritants (acides de fruits, conservateurs…), décapants (savons ou tensioactifs)…

Quant aux peaux matures, elles méritent qu’on s’y attarde bien longuement… ce que nous ferons le mois prochain !

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

L'Alimentation santé en pratique
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Mon cahier d'homéopathie
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel