Le dopler vasculaire

Rubrique

Un examen qui permet de voir le mouvement du sang dans les vaisseaux en direct grâce aux ultrasons.

Caillot dans une artère, phlébite, rétrécissement d’une carotide, artérite des membres inférieurs, rétrécissement congénital sur une artère rénale, voire même examen des artères cérébrales... Voici quelques-unes des indications du doppler vasculaire.

Le principe de l’examen du corps par les ultrasons est simple : les ultrasons émis par la sonde reliée à l’appareil sont renvoyés vers la sonde par un simple phénomène de réflexion, comme lorsqu’un bruit est renvoyé par un mur ou une montagne. Autrement dit un écho. La sonde émet donc un train d’ultrasons et en reçoit la réflexion dans la foulée. Mais pas intégralement, car des ultrasons vont être «absorbés» par les différents tissus traversés. C’est cette différence entre les ultrasons émis et ceux qui sont reçus qui permet d’avoir une idée des tissus traversés et ce, sous la forme d’un «son».

Le principe du doppler

Dans le cas du doppler vasculaire, ce sont les globules rouges en mouvement qui sont visés, c’est-à-dire le sang. Mais, outre le fait que les ultrasons ne reviennent pas tous, ceux qui reviennent vers la sonde ont une fréquence différente car les globules rouges sont en mouvement. C’est l’effet dit «Doppler», le décalage de fréquence étant proportionnel à la vitesse du sang qui se déplace. C’est aussi le principe du radar sur le bord de la route ! On peut donc étudier la vitesse d’écoulement du sang dans les vaisseaux et sa direction, son débit et, par conséquent, les ralentissements possibles (caillots, malformations, plaques d’athérome liées notamment au cholestérol...).

Le tracé

Le son issu de l’aller et retour des ultrasons est ensuite amplifié et retranscrit sur un papier défilant à une vitesse constante. C’est en analysant le tracé en fonction du niveau du trajet vasculaire que le médecin va déterminer les ralentissements du flux sanguin et leurs possibles origines.

Quels vaisseaux ?

De nombreux vaisseaux peuvent être explorés par le doppler vasculaire. D’une façon générale, ce sont plutôt les vaisseaux superficiels ou de fort calibre : veines et artères des jambes, veines et artères des bras et des avant-bras, artères rénales, artères du cou (carotides et artères vertébrales notamment), mais aussi artères cérébrales grâce au doppler dit «transcrânien».

Et pour quelles indications ?

Les indications dépendent tout naturellement du vaisseau visé et des pathologies susceptibles de le léser. Il peut s’agir de l’obstruction d’une veine dans le cadre d’une phlébite (caillot), d’une obstruction artérielle lors d’une artérite (Artériopathie Oblitérante des Membres Inférieurs ou AOMI), d’une plaque d’athérome au niveau d’une carotide mais aussi d’une malformation d’une artère rénale, ou sténose* de l’artère rénale, synonyme d’hypertension artérielle, sans oublier certaines pathologies de l’aorte abdominale.

En pratique

Après avoir appliqué sur la peau un gel facilitant la conduction des ultrasons, le praticien (radiologue, angiologue, phlébologue voire cardiologue) pose la sonde en forme de crayon sur le trajet du vaisseau qu’il souhaite étudier et la déplace ensuite à sa guise. La position du patient pendant l’examen dépend du vaisseau étudié (allongé sur le dos, sur le ventre...). Un examen par doppler dure entre 15 et 40 minutes. Tout dépend du nombre de vaisseaux à étudier et de la difficulté à retrouver leur trajet. Les résultats sont connus immédiatement.

Aucune contre-indication

Indolore, le doppler vasculaire ne connaît aucune contre-indication particulière et ne s’accompagne d’aucun effet secondaire. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun et l’on peut prendre son traitement normalement.

Echo-doppler couleur

L’examen par écho-doppler couleur combine l’effet doppler à l’échographie. Les images obtenues sont en couleur et les vaisseaux sont visualisés sous la forme d’une image rouge lorsque le flux sanguin se dirige vers la sonde et bleue lorsqu’il s’en éloigne.

*Rétrécissement intérieur de l’artère

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Mon cahier d'homéopathie
Les massages aux huiles essentielles qui guérissent
Mon cahier des Fleurs de Bach