La noix de cola

dim, 19/04/2009 - 11:06 -- Sophie Lacoste
Digestive et stimulante
Rubrique : 

Depuis toujours, les Africains mâchent des noix de kola pour combattre la fatigue, la dépression et les troubles digestifs. Mais la noix de kola doit surtout sa réputation à ses vertus coquines.

UN PEU DE BOTANIQUE
Originaire d’Afrique tropicale, le kolatier ou colatier est un arbre à feuilles persistantes qui peut atteindre 20 mètres de haut. On trouve aussi des kolatiers en Asie du Sud-Est ainsi qu’en Amérique du Sud, notamment en Jamaïque et au Brésil.
Noms communs : kola, cola, noix de kola, noix de cola.
Noms botaniques : Cola nitida, Cola acuminata, famille des sterculiacées.
Partie utilisée : les fruits sont appelés noix ou cabosses ; chaque gousse ou follicule en contient entre 5 et 10, de la taille d’un œuf de pigeon.

Les feuilles sont ovales et les fleurs sont blanc-crème ou jaunâtres. Le kolatier n’est productif qu’à partir d’une dizaine d’années. Il produit alors des graines dans des gousses vertes et grumeleuses.
Les noix de cola ont une saveur qui rappelle la noix de muscade. De couleur violette, rose ou blanche, d’environ 2 à 3 cm, elles sont plutôt amères quand elles sont fraîches. On les consomme donc de préférence mûres. Pour l’exportation et l’utilisation comme épices, elles sont séchées et réduites en poudre.

UNE TRADITION TOUJOURS VIVACE...
Au Mali, au Sénégal, au Burkina Faso ou encore en Mauritanie, la noix de kola a une fonction symbolique lors des cérémonies familiales. Lors d’une demande en mariage, l’homme envoie des noix de kola à la famille de la jeune fille. Dans les baptêmes, elle est distribuée aux invités au moment où l’on prononce le nom de l’enfant.
Symbole de l’amitié, son partage scelle une entente ou une réconciliation entre deux parties. Une fois séchée, la noix se mâche en famille, entre amis, mais aussi individuellement, lors d’un long trajet ou pour des travaux difficiles. En Jamaïque et au Brésil, la noix de kola est aussi considérée comme un défatigant et un stimulant sexuel, comparable à la feuille de coca.

L'HISTOIRE DU COCA-COLA
En 1885, John Pemberton, pharmacien américain célèbre pour l’invention de plusieurs médicaments, s’inspire de la recette mise au point en 1863 par le chimiste français Angelo Mariani  : un mélange de vin de Bordeaux et de feuille de coca péruvien. John Pemberton ajoute de la noix de kola à la recette qu’il appelle « French Wine Coca ». Point commun entre les deux vins médicinaux, les bouteilles présentent la même forme évasée. En 1886, les États-Unis déclarent la prohibition de l’alcool. En voulant adapter son produit à la nouvelle législation, John Pemberton remplace, un peu par hasard, le vin par de l’eau gazeuse. Il met sa nouvelle boisson en vente à la « soda fountain » de la pharmacie Jacob’s d’Atlanta. Les premiers clients sont immédiatement conquis. C’est le comptable de la pharmacie qui trouve le nom de Coca-Cola et en dessine le premier graphisme. La feuille de coca étant interdite à son tour, la recette évolue, mais reste toujours secrète. Aujourd’hui, hormis les dirigeants de la firme d’Atlanta, personne ne sait si le kola utilisé dans le Coca-Cola est naturel ou de synthèse.

DES PROPRIÉTÉS SCIENTIFIQUEMENT CONFIRMÉES
Diurétique, cardiotonique, excitante, la noix de kola se différencie du café par une action psychoactive plus intéressante : les propriétés stimulantes sont certes comparables, mais elles sont associées à une augmentation des capacités d’endurance physique et de la concentration intellectuelle.
La noix de kola a, par ailleurs, des propriétés digestives ainsi qu’un effet modérateur de l’appétit. Augmentant les dépenses d’énergie en aidant l’organisme à puiser dans ses réserves, la noix de kola peut être utilisée comme aide-minceur dans le cadre d’un régime hypocalorique.
De très récentes recherches menées par la faculté de Pharmacie de Lille, montrent que les extraits de noix de kola ralentissent la progression des phénomènes inflammatoires.

OÙ ? COMMENT ? COMBIEN ?
On en trouve facilement en poudre ou en gélules dans les magasins de produits naturels, en pharmacie ou sur internet. Si vous trouvez des noix entières, vous pouvez, comme dans les pays tropicaux, en mâcher des morceaux.
=> En poudre : une petite cuillerée dans le café, le thé ou dans n’importe quel plat. Ne dépassez pas les 2 cuillerées si vous voulez éviter les palpitations et les surexcitations.
=> En gélules : 4 à 8 gélules par jour selon la concentration en principes actifs et les conseils du fabricant.
=> En tisane : faites infuser 1 à 3 g de poudre séchée pour une tasse d’eau bouillante. Buvez-en 1 à 3 tasses par jour.

QUELQUES CONTRE-INDICATIONS
Contenant beaucoup de caféine, la noix de kola est généralement déconseillée aux personnes qui souffrent de maladie cardiaque, d’insomnie, de troubles anxieux, d’ulcères gastriques ou duodénaux ou d’hypertension artérielle.
On dispose de trop peu de données pour conclure à l’innocuité du kola chez les enfants et chez les femmes enceintes ou allaitantes : par prudence, il faut donc en limiter la consommation.
Par ailleurs, la caféine contenue dans le kola peut potentialiser l’effet de certains médicaments (analgésiques, sédatifs, broncho-dilatateurs…).

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site...
Article paru dans le : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer