Gourmandises à portée de main

Rubrique

Coup dur pour les géraniums : cet été, ce sont les tomates et les fraises qui vont faire rougir de plaisir vos fenêtres…

Vous n’avez pas de jardin, juste une terrasse ou un balcon bien exposés ou, même si vous avez un jardin, juste envie d’ouvrir la fenêtre pour cueillir une salade… Pourquoi pas ! De nombreux légumes n’ont pas un enracinement très profond et acceptent un espace réduit pour se développer. Il en est de même pour les fruitiers qui s’acclimatent bien en pot. Savez-vous qu’environ 5 à 6 % des arbres fruitiers achetés pousseront dans des bacs ?

RÉUSSITE GARANTIE !
Avant de vous embarquer dans l’aventure du jardinage sans jardin, prenez le temps de lire ces quelques conseils.

Le choix du récipient
Chaque matériau présente avantages et inconvénients, il vous faut donc trouver un équilibre entre vos possibilités d’entretien (arrosages fréquents possibles ou non), les contraintes techniques (poids, résistance au gel, volume adapté à la culture), l’esthétique et votre budget.
Quelques pistes : le plastique est léger, mais peu aéré, la terre cuite est poreuse, mais lourde et fragile, le bois esthétique et tendance, mais lourd et sensible à l’humidité. Les dimensions du pot dépendent du développement racinaire de la culture en plein développement ; dans tous les cas, le drainage est essentiel : prévoyez des trous d’évacuation de l’eau, et un lit de gravier en fond de pot recouvert d’un feutre avant de mettre le mélange terreux.

La terre
Drainante et assez riche, 3/4 de terreau maison ou acheté  dans le commerce (ne pas utiliser de terreau contenant de la tourbe) et 1/4 de terre franche ou terre de jardin. On complètera avantageusement par un apport de cendres de bois ou de poudre de roches et du compost (en mettre plus ou moins selon les plantes) ; en cours de croissance, faites des apports complémentaires de compost ou mieux de purin de consoude + prêle ou ortie + prêle pour nourrir les plantes.

L’exposition
Globalement ensoleillée, mais sans pour autant risquer les coups de soleil ou brûlures (les courges, aubergines, poivrons y sont sensibles, de même que les fruits) ; sur certains balcons, il faut prévoir une ombrière pour les heures chaudes. Les aromatiques peuvent apprécier la mi-ombre (menthe, cerfeuil, ciboule…).

Les absences du jardinier
À anticiper à tout prix, car les cultures en pot nécessitent des arrosages réguliers et fréquents ; le remplissage d’une soucoupe ne suffit pas pour les légumes. Il est possible d’installer un goutte-à-goutte avec programmateur en cas d’absence. Ce dispositif n’est pas très cher et simple de mise en œuvre. Autrement, faites un échange de bons procédés avec un voisin, un ami…

L’entretien
Le rempotage est à prévoir périodiquement pour les vivaces (aromatiques et fruitiers), ainsi qu’une protection hivernale ; pour les autres espèces, les interventions restent les mêmes qu’en jardinage classique, excepté tout ce qui concerne la taille des arbres. Sur des variétés naines, il n’y a pas de taille à proprement parler.

La pollinisation
Indispensable pour obtenir des fruits et légumes. Organisez la venue des insectes en cultivant des espèces variées, attractives (ombellifères), à floraison échelonnée. Pensez en fin de saison à maintenir des végétaux et des abris pour les insectes.

L'arrosage
En été, arrosez à la tombée de la nuit en douchant les plantes. Attention cependant à ne pas installer un microclimat favorable aux champignons ; veillez donc à une bonne circulation d’air entre les plantes.

LE CHOIX DES ESPÈCES ET VARIÉTÉS, CRUCIAL POUR LA RÉUSSITE !

Côté potager, ne vous limitez pas aux traditionnelles aromatiques ou aux tomates-cerises...
> Pour sortir des sentiers battus : les haricots nains ou grimpants.
> La salade à couper comme la laitue feuille de chêne, mais aussi les salades comme la roquette ou le pourpier.
> Les épinards ou, mieux, la tétragone, pour ajouter quelques feuilles dans un plat de petit pois et mettre en relief les couleurs des fleurs.
> Les radis à semer en décalage pour toujours en grignoter.

Attention : la vigilance escargots et limaces est aussi de rigueur sur les balcons, terrasses et pour les cultures en pots. C’est curieux, ces petits grignoteurs semblent venir de nulle part et pourtant ils peuvent s’installer ; ils se dissimulent sous les rebords des pots, dans de petites anfractuosités.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Découvrez nos livres santé

Les savoureuses d'Anaïs Dufourneau
Bien manger sans cuisiner
Mon cahier de Sylvothérapie
Mon manuel de sorcière