Le cortisol

Trop ou pas assez, et les symptômes apparaissent…
Rubrique

Le cortisol est la principale substance de la famille des corticoïdes synthétisés par l’organisme. Son dosage permet notamment de diagnostiquer les dérèglements des glandes surrénales.

Le cortisol est l’une des hormones appartenant à la famille des hormones dites « glucocorticoïdes* ». Il est synthétisé par les glandes surrénales à partir du cholestérol. Le cortisol agit sur le métabolisme de l’eau, des minéraux, des glucides (sur le taux de glucose dans le sang), des lipides et des protéines. On comprend, dès lors, qu’une perturbation dans la régulation du cortisol peut avoir des conséquences importantes sur l’organisme. Une augmentation ou, au contraire, une baisse du taux de cortisol peut amener le médecin traitant ou l’endocrinologue à prescrire une « cortisolémie », autrement dit un dosage du cortisol sanguin, dont le nom scientifique exact est le 17-hydroxycorticostérone.

Une synthèse sous influence

En temps normal, c’est-à-dire en l’absence de pathologie, les glandes surrénales ne sont pas autonomes. Elles sécrètent le cortisol sous l’influence de l’ACTH, une hormone sécrétée par une autre glande située dans le cerveau, plus précisément par la glande hypophyse. Pour corser les choses, l’hypophyse est elle-même activée par une autre hormone, la CRF, provenant de l’hypothalamus, une structure cérébrale située au cœur du cerveau. Lorsque le taux de cortisol chute, la CRF et l’ACTH augmentent. Et si l’on ajoute que la régulation s’effectue par un « rétrocontrôle » négatif (l’excès d’une hormone entraîne la freination de la synthèse de l’hormone située juste au-dessus), on comprendra aisément que la chaîne de contrôle est complexe et fragile. En pathologie (syndrome de Cushing, maladie d’Addison, tumeurs surrénaliennes ou cérébrales...), le système de freination et la sécrétion en chaîne sont profondément perturbées.

8 heures du matin

Du fait de la sécrétion maximale de cortisol le matin (on parle de « rythme nycthéméral »), vers 8 heures, c’est à cette heure-là que le prélèvement de sang doit s’effectuer. Signalons qu’il est possible également de prélever le cortisol vers minuit, heure à laquelle la sécrétion est la plus basse, afin de vérifier que le rythme nycthéméral est conservé, ou vers 20 heures. Il faut éviter tout effort ou tout stress avant le prélèvement afin de ne pas bouleverser la sécrétion de cortisol.

VALEURS NORMALES

A 8 heures du matin, le cortisol se situe entre 250 et 500 nmoles/litre (ou 100 à 200 μg/litre). A minuit, la cortisolémie est minimale, divisée par deux (250 nmoles/ litre).

Glandes surrénales

Chacun des deux reins est pourvu à son sommet d’une glande dite « surrénale ». Des glandes de petit poids (environ 5 g) mais qui pourtant s’avèrent essentielles dans le fonctionnement de l’organisme puisqu’elles synthétisent de nombreuses hormones, dont le cortisol, mais aussi l’adrénaline (hormone de la peur et du stress), l’aldostérone (impliquée dans les mécanismes de la tension artérielle), des hormones androgènes dont la testostérone et la DHA. Vous l’aurez compris, une lésion des glandes surrénales risque de désorganiser le métabolisme.

Maladie de cushing

Une infiltration graisseuse au niveau du tronc et du visage, des troubles cutanés, une ostéoporose inhabituelle, une perte de la masse musculaire (fonte), une hypertension artérielle et un hirsutisme sont quelques-uns des signes qui définissent la maladie de Cushing, autrement dit une sécrétion exagérée de cortisol liée à une perturbation des glandes surrénales. On parle d’hypercortisolisme.

Maladie d'addison

A l’opposé de l’hypersécrétion de cortisol, on décrit également un état « d’hypocortisolisme », qui s’inscrit dans l’insuffisance surrénale, une pathologie où toutes les hormones normalement fabriquées par les glandes surrénales voient leur synthèse chuter. C’est la fameuse maladie d’Addison dont souffrait le président Kennedy.

Baisse du cortisol

Certaines circonstances exposent à une baisse du cortisol :
- insuffisance surrénalienne (le cortisol est inférieur à 250 nmoles/litre)
- corticothérapie prolongée
- enfance : les valeurs sont diminuées par deux avant 10 ans.

Augmentation du cortisol

En cas d’hypercortisolisme lié à un syndrome de Cushing, le cortisol est donc supérieur à la normale et le rythme nycthéméral est perturbé. Les dosages de 20 heures ne sont plus inférieurs à ceux du matin. D’autres situations exposent à un cortisol supérieur à la normale :
- prise de contraceptifs oraux ou d’œstrogènes ÿ grossesse
- obésité
- cancers
- infection
- infarctus du myocarde
- accident vasculaire cérébral ÿ anorexie.

* On retrouve également la corticostérone, ou 18-hydroxycorticostérone, que l’on peut également doser.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Problèmes circulatoires : les prescriptions du Dr Valnet
Mon cahier des points qui guérissent
Les secrets d'un jeûne réussi
Les clés de l'alimentation santé