À chacun ses trucs selon ses tracas !

Rubrique

Vous en avez assez du rhume des foins qui revient chaque printemps, des jambes lourdes, des douleurs rhumatismales, et vos oreilles qui sifflent vous dépriment ? Voici une collection de livres qui devrait vous plaire !

Depuis douze ans maintenant, je « récolte » dans les vieux manuscrits, auprès de mes lecteurs ou lors de rencontres, tous les remèdes naturels qui peuvent résoudre des ennuis de santé.
Certains parviennent à vous débarrasser de problèmes pour lesquels la médecine « conventionnelle » ne propose pas de remèdes efficaces. C’est le cas, par exemple, des décoctions d’aubier de tilleul sauvage du Roussillon  capables, en cures régulières, de vous libérer des douleurs terribles des coliques néphrétiques. Un traitement de synthèse peut-il en faire autant ? Pourquoi ne pense-t-on pas aux effets quasi-miraculeux du chou sur les ulcères variqueux alors que ces plaies résistent souvent à bien des traitements employés par la médecine ?

D’autres vous soulagent aussi sûrement (et même parfois davantage) que les médicaments et sans leurs effets secondaires indésirables. On peut citer dans cette « catégorie » le désormais célèbre millepertuis qui, en infusion ou en gélules, a largement démontré ses vertus anti-dépressives (avec des résultats aussi bons et parfois meilleurs que les molécules de synthèse habituellement prescrites dans cette indication) ; il est employé d’ailleurs couramment en Allemagne et même remboursé là-bas par le système de santé. Pensez aussi à toutes les substances naturelles capables de soulager les douleurs. On est habitué, aujourd’hui, à avaler un comprimé ou deux dès qu’on a un peu mal quelque part et à en attendre un résultat immédiat. Mais à force d’avaler tant et tant de médicaments, le corps se rebiffe. Résultat : on se retrouve avec l’estomac en marmelade à force de prendre des anti-inflammatoires, ou bien on est obligé de prendre un médicament pour limiter les effets secondaires d’un autre médicament lui-même prescrit pour atténuer les effets secondaires d’un autre...
Parfois, la liste est longue ! Lisez donc l’article de Didier Le Bail et vous verrez qu’il y a bien d’autres méthodes pour ne pas souffrir. Il existe de nombreux anti-inflammatoires naturels. Pour n’en citer qu’un, le curcuma, cette épice très bon marché, remporte sans doute la palme dans le domaine et les études scientifiques se multiplient ces dernières années pour lui trouver de plus en plus de vertus.

Dans un autre genre, il y a tous les remèdes vraiment très économiques, pratiques, naturels et, de plus, si efficaces.
Je pense par exemple à la rhubarbe dont il suffit de frotter une tige sur un bouton de fièvre pour l’empêcher de sortir aussi sûrement que le mini tube d’antiviral acheté en pharmacie.
Depuis que je suis journaliste dans le domaine de la santé, mon plus grand bonheur est de vous transmettre ces fameux « trucs » de santé et quand, à la suite de la publication d’une de ces « recettes », je reçois le courrier d’une lectrice ou d’un lecteur qui me raconte qu’enfin, il a trouvé une solution à ses soucis, vous ne pouvez pas imaginer ma joie.
J’ai donc décidé, pour que chacun ait directement accès aux « trucs » qui l’intéressent, de faire des petits livres en rassemblant, dans chacun d’entre eux, un maximum de « recettes » s’adressant à des troubles particuliers.

Circulation, rhumatismes, allergies, problèmes d’oreilles...

Ce sont les quatre premiers thèmes abordés et vous trouverez ci-après des « morceaux choisis » de ces ouvrages.

Acouphènes

Ail
Mettez dans l’oreille, le soir au coucher, une gousse d’ail trempée dans du miel.

Mélange de teintures-mères
L’ail, le ginkgo biloba et le mélilot ont des effets intéressants sur la circulation. Buvez 40 gouttes du mélange de ces teintures-mères diluées dans de l’eau 2 fois par jour.

Eczéma dans l’oreille

Huile de ricin
« J’ai guéri un eczéma de l’oreille en passant sur un coton-tige de l’huile de ricin. » Simone P. de Montauban
Bien entendu, il faut répéter l’opération chaque jour, l’eczéma ne disparaît pas par miracle en une fois, et éviter d’enfoncer le coton-tige trop profondément (au risque de boucher le conduit auditif avec du cérumen !). Plusieurs lectrices de Belle-Santé m’ont fait part de l’efficacité de l’huile de ricin contre l’eczéma du conduit auditif.

Alcool boriqué
« Pour soigner l’eczéma dans mes oreilles, mon ORL m’a prescrit de l’alcool boriqué à 40° que j’applique avec un coton-tige en cas de démangeaisons (une à trois fois par jour). Cela me procure un bienfait immédiat. » Valérie G. de Héricourt

Se taper la tête, mais pas contre les murs
« Ma cousine souffre de cette maladie : vertiges intenses, crises de surdité, bourdonnements d’oreille… Un jour que je lui demandais de ses nouvelles, elle m’a dit qu’elle avait réussi à diminuer la fréquence des crises (et même à les supprimer presque complètement) grâce à un truc qu’elle avait lu dans un livre : elle se tape la tête sur un oreiller pas trop mou, plusieurs fois de suite, du côté opposé à l’endroit qui la fait souffrir. Elle n’a plus de vertiges ni de vomissements ». André B. de Lyon

Asthme

La méthode Gesret contre l’asthme : ça marche !
« Mon petit garçon de 8 ans fait des bronchites asthmatiformes depuis sa naissance. Il est suivi par un pédiatre-homéopathe depuis peu, ce qui l’a un peu soulagé. J’ai pris contact avec un ostéopathe qui pratique la méthode Gesret, depuis à peu près 1 an, et il n’a pratiquement plus fait de crises alors qu’il en faisait presque 1 par mois ! Les quelques épisodes qu’il a faits cet été étaient surtout dus à la pollution et aux grosses chaleurs ! Le voilà soulagé et heureux de pouvoir faire du sport sans être essoufflé et surtout de bannir tous ces corticoïdes et autres ! » Mme C. de Paris

De l’hysope salvatrice
« En 1964, au Maroc, j’ai attrapé de l’asthme, ne pouvant plus respirer que difficilement. Je suis rentrée en France où, pendant 30 ans, j’ai suivi scrupuleusement les ordonnances médicales, sans pour autant voir mon état s’améliorer. À la bibliothèque de ma ville, je suis tombée sur un roman écrit par une pharmacienne grecque. L’héroïne de son livre vivait dans la Grèce Antique où, elle-même, pharmacienne, distribuait des sachets d’hysope aux travailleurs de la mer pour les aider à respirer. J’ai filé à l’herboristerie et j’ai trouvé une petite poche d’herbe dans un énorme tiroir. Et je m’en suis fait une tisane infecte (on ne peut la boire qu’avec du miel qui en efface le goût). J’ai été soulagée immédiatement et, depuis 1994, je n’ai plus rien, je respire enfin. » Jeanine B. de Bayonne

Eczéma

Graines de lin
Lorsque l’eczéma est suintant, appliquez des compresses de graines de lin. Faites cuire 3 cuillerées à soupe de graines de lin dans un litre d’eau. Récupérez le mucus et écartez les enveloppes. Posez la compresse chaude et humide pendant une heure et renouvelez lorsqu’elle est sèche. Répétez 3 fois par jour jusqu’à guérison.

Rhume des foins

Miel et vinaigre
Lorsque la saison du pollen bat son plein, buvez régulièrement la préparation suivante : une cuillerée à soupe de miel et une cuillerée à soupe de vinaigre de cidre diluées dans un verre d’eau tiède.

Bouffées de chaleur

Sanguisorbe
Cette plante dont le nom latin, Sanguisorba, signifie « qui absorbe le sang », est habituellement employée en médecine populaire pour faire stopper les saignements, mais elle peut aussi se montrer efficace pour atténuer les bouffées de chaleur dues à la ménopause. Il faut la prendre sous forme de teinture-mère (Sanguisorba officinalis en pharmacie), à raison de 25 gouttes dans un demi-verre d’eau matin, midi et soir.

Ulcères variqueux

Miel
« Je suis infirmière. Mon mari ayant un ulcère énorme à la jambe fut très inquiet quand je le lui ai “tartiné” avec du miel ! Ce n’était pas mon habitude à l’hôpital ! Mais quelle fut sa surprise (et la mienne) quand j’ai découvert la cicatrisation rapide et complète après un tartinage par jour pendant 4 jours ! Il paraît que les apiculteurs connaissent bien le pouvoir cicatrisant du miel. » Mme de V. de Roubaix

Entorse

Argile
Dès que vous savez que vous n’avez rien de cassé, empressez-vous de faire un cataplasme d’argile en couche épaisse (un centimètre), laissez agir une heure et renouvelez. Non seulement vous éviterez le gonflement, mais vos ligaments se remettront rapidement de leur trop forte élongation.

Goutte

Ail du matin, pas chagrin
« Gros mangeur de viande rouge, j’avais, jusqu’à l’année dernière, plusieurs crises de goutte par an, à me rouler par terre ! Quand il a compris que j’aurais beaucoup de mal à changer mes habitudes alimentaires, mon médecin m’a conseillé de manger, chaque matin, une ou deux gousses d’ail. J’en mange deux par sécurité et, je touche du bois, depuis que je fais ça, je n’ai plus de crise de goutte. » Alain C. de Paris

Rhumatismes

Huile d’ail
Massez-vous ou faites-vous masser avec de l’huile d’olive dans laquelle vous aurez fait macérer une gousse d’ail pendant une semaine.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les compléments alimentaires qui guérissent
Cuisiner autrement en automne
Chimiofolies
Les 3 clés de la santé