Quand la langue parle

Ou comment décrypter les messages qu'elle nous transmet ?
Rubrique

Une langue noire, rouge, douloureuse, ou animée de petits mouvements permanents ? Autant de symptômes importants qui peuvent révéler une pathologie méconnue ou permettre un diagnostic plus rapide. Encore faut-il les connaître et les analyser à leur juste valeur. Gros plan sur le langage de notre langue.

« Tirez la langue et faites ahhhhhh… »

Une requête qui fait partie du rituel habituel de l’examen clinique du médecin et qui permet de mieux « exposer » le fond de la gorge, notamment les amygdales. Mais qu’en est-il de la langue, ce fabuleux organe sensoriel qui renseigne sur le goût des aliments, permet le toucher et véhicule le langage ? Bien examiné, ce muscle peut donner des renseignements importants sur l’état de santé de son propriétaire. Et nul besoin d’être médecin pour en retirer des informations importantes : placez-vous devant un miroir et ouvrez la bouche, tout simplement.

Langue normale

Une langue normale, chez une personne en bonne santé donc, est rose, parsemée de petites bosses, riche en papilles et indolore pendant et en dehors des repas.

Langue dépapillée

Une langue rose-pâle qui apparaît lisse, par la perte de son revêtement rugueux, et douloureuse lors de la consommation d’épices, est souvent associée à une anémie par carence en fer, en vitamine B12 (on parle d’anémie de « Biermer ») ou en acide folique (vitamine B9). Cette constatation prend toute son importance quand d’autres signes s’y associent, comme une difficulté respiratoire ou une pâleur des conjonctives et des muqueuses. Un examen de sang permet de confirmer la baisse de l’hémoglobine. Enfin, on peut aussi souffrir d’une langue dépapillée en cas de syndrome de malabsorption intestinale (l’intestin s’avère incapable d’absorber tout ou partie des nutriments).

Noire et chevelue

Une langue noire comme du charbon peut être le signe d’un tabagisme important. En cause, l’oxydation lente de la kératine contenue dans le revêtement muqueux de la langue. Par commodité, les langues grisâtres, beiges ou chamoisées entrent également dans la catégorie des langues noires. Les médecins parlent parfois de « langue villeuse », du fait des papilles qui augmentent de taille, jusqu’à atteindre 1 cm de longueur parfois. En cause, l’absence de digestion de la kératine liée à un pH de langue trop acide. Des papilles « stockent » des aliments à l’insu de son propriétaire pour constituer ainsi un nid de bactéries. Contaminée, la langue passe du noir au marron foncé ou au vert. Ailleurs, une langue noire peut être le signe d’une infection par une mycose, autrement dit par un champignon (Candida albicans), le signe d’un diabète ou d’une réaction à la prise d’antibiotiques ou à des médicaments pour les maux d’estomac et contenant du bismuth. Reste le port d’un appareil dentaire en résine acrylique. L’alcool serait également en cause.

Rouge et douloureuse

Une langue douloureuse lors des repas, épicés ou chauds notamment ? Il s’agit probablement d’une glossite atrophique, autrement dit d’une inflammation linguale. Un bain de bouche avec un produit un peu trop concentré, une dent mal soignée ou le port d’un appareil dentaire suffisent à provoquer une glossite. Quand la glossite est chronique, il faut rechercher une anémie par carence en vitamines du groupe B ou une candidose (muguet).

Chargée

C’est bien souvent à l’occasion d’une poussée de température ou d’une douleur pharyngée que le médecin est amené à réclamer un « Ahhh », bouche ouverte. Outre le fond de la gorge, l’examen permet de retrouver une langue « chargée », autrement dit blanche ou de couleur crème. Elle n’a alors pas de caractère de gravité.

Parsemée de sillons ou de crevasses

Les médecins parlent souvent d’une langue « scrotale », du fait d’un aspect de la langue qui ressemble à la peau du scrotum (peau qui recouvre les bourses chez l’homme). Une personne sur 5 en serait affectée, et plus souvent les hommes. Cette pathologie, d’allure héréditaire, nécessite une hygiène sans faille, car les sillons constituent des foyers de multiplication bactérienne, d’où la mauvaise haleine fréquente dans ces cas-là. Rappelons que la langue, scrotale ou non, doit être brossée à l’occasion de chaque brossage des dents afin d’éliminer les aliments qui pourraient s’y trouver.

La bougeotte

Une langue qui a la bougeotte en permanence ? Il peut s’agir d’un tremblement essentiel qui affecte 2 à 4 % de la population. Autre cause d’une langue sans cesse en mouvement, la maladie de Parkinson et à un degré moindre, la sclérose en plaques. Mais pas de panique ! S’il ne s’agit pas d’un tremblement essentiel, la cause la plus vraisemblable est un trouble de la thyroïde. D’où l’intérêt d’un petit bilan sanguin pour le mettre en évidence.

Curiosités

⇒ Une bouche peut héberger jusqu’à 6 millions de bactéries.
⇒ On produit environ 1 litre de salive par jour.
⇒ Chaque être humain a une empreinte de la langue unique, à l’instar des empreintes digitales.
⇒ Les germes présents dans la bouche diffèrent d’une population à l’autre.
⇒ Les germes buccaux sont différents chez la femme mince et chez celle souffrant d’une surcharge pondérale.
⇒ Les papilles situées à l’arrière de la langue tombent plus rarement que les papilles situées sur le devant.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier d’Homéopathie personnalisée
Le jeûne : mode d’emploi
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison
Mon manuel de sorcière