Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Cyclamen

J’ai descendu dans mon jardin...

... pour y trouver cette fleur, consacrée à l’amour par les Japonais, cette fleur qui dispense une douce lumière mauve au milieu de cet hiver morne et sans fin, identique à mon hiver, où tout semble s’être endormi dans un silence et une immobilité terrifiante.

Petite fleur de rien du tout, sauras-tu redonner, à mon coeur et à ma vie, la couleur et la chaleur qui en ont disparu, m’offriras-tu l’espoir d’un amour victorieux, où les instants insolubles ne seront plus qu’un âpre souvenir ?

  • Nom commun : pain de pourceau (il semblerait que les porcs soient friands du tubercule qu’ils détectent et déterrent avec avidité).
  • Genre et espèce : Cyclamen purpurascens, persicum, coum… 23 espèces, certaines à floraison hivernale, d’autres à floraison printanière ou estivale..
  • Famille : PRIMULACEAE : plantes herbacées ; feuilles simples en rosette ; fleurs à cinq parties ; pétales souvent soudés ; fruit : petite capsule.
  • Origine : régions méditerranéennes, Asie mineure, Europe centrale.
  • Hauteur : de 5 à 15 cm.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Pour aller plus loin

Le Mouron Rouge

… ou plutôt dans mon potager et commençai à retirer les mauvaises herbes qui avaient envahi le sol, lorsque je crus percevoir, près de moi, une voix débitant des fragments de mots et de phrases : …mouron… mourrons… ne te fais pas de mouron… ce n’est pas du mouron pour ton serin… ainsi nous mourrons…

La Violette

…Et j’ai cueilli patiemment, le long des talus, au pied des murets et des arbres, cette petite fleur violacée qui, jetée par poignées dans de l’eau bouillante, permet de confectionner une potion contre la toux.

Le Néflier

… Pour y relire un vieux poème extrait du Livre de Taliésin, issu de la mythologie celtique, Le combat des arbres ou Câd Goddeu… et le relire, à l’abri, sous la silhouette tortueuse du… néflier.

Pourpier

…une tige de « poulpiè » à ma boutonnière. Et là, je fus assaillie par un spectacle des plus inattendus : ma voisine (du côté droit) piétinant et sautillant au milieu de sa cour en gloussant, la bouche en cul de poule ; mon voisin (du fond du jardin) longeant le grillage en caquetant : « Je ne suis pas une poule mouillée ».