Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Faites vous-même votre frigo du désert et votre bojito

Pour conserver vos fruits, vos légumes, vos boissons...

Vous avez déjà entendu parler du "frigo du désert" ? Vous en avez un chez vous ? Non ? Alors, dans ce cas, je vais vous expliquer comment vous en fabriquer un, à moindre coût, et ça vous permettra peut-être de vous passer de réfrigérateur classique... de temps en temps.

Le principe

Ce sont 2 pots de terre cuite poreuse, de taille différente, le petit posé dans le grand, l’espace entre les deux parois d’environ 4-5 cm rempli de sable humidifié, le tout recouvert d’un linge humide et exposé au soleil. La température du pot interne diminue au fur et à mesure que l’eau s’évapore grâce à la chaleur du soleil et, plus l’air est sec, plus la température du pot diminue.

Grâce à l’évaporation de l’eau et au principe naturel de la thermodynamique, l’eau du sable, en s’évaporant, va absorber la chaleur présente à la surface du plus petit pot, ce qui va faire baisser la température au sein de celui-ci, et par conséquent, garder au frais ce qu’il contient.

C’est, à peu de chose près, le même principe que la transpiration : nous évacuons l’eau pour refroidir notre organisme.

Si les pots sont vernis ou émaillés, les échanges thermiques ne peuvent pas se faire.

Un peu d’histoire

C’est une invention ancestrale vieille de 5000 ans, remise au goût du jour par un Nigérian dans les années 1990, Mohammed Bah Abba (1964-2010), un enseignant issu d’une famille de potiers, qui avait remarqué que les jeunes filles manquaient souvent l’école. Dans ces régions semi-désertiques, la chaleur ne permet pas de conserver les légumes, d’où l’urgence de les vendre au quotidien dès la récolte, et c’était le travail de ces jeunes filles qui ne pouvaient donc pas se rendre à l’école tous les jours.

Grâce au prix Rolex obtenu par Mohammed Bah Abba en 2000, les frigos du désert (ou réfrigérateurs pot-in-pot) ont pu être distribués dans plusieurs pays d’Afrique, améliorant ainsi la vie de leurs habitants. Même Médecins Sans Frontières s’en est approprié l’idée pour conserver certains médicaments.

Une étude montre que :
– l’eau et les aliments sont conservés à une tempéra- ture d’environ 16-20 °C
– dans les pays les plus chauds (+ de 30 °C) et hu- mides, on peut obtenir des températures comprises entre 13 et 22 °C
– la durée de conservation des aubergines, lors des premiers tests effectués, est passée de 3 à 27 jours au Nigeria, et que, au Soudan, celle des tomates et des goyaves passe de 2 à 20 jours, celle des carottes de 4 à 20 jours et celle de la salade de 1 à 5 jours.

C’est extrêmement intéressant en termes d’efficacité !

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Produits

Pour aller plus loin