La cranberry

Pour faire vite passer la cystite
Rubrique

Cette petite baie du nord de l’Amérique est une véritable alliée de la vessie à laquelle Elle évite les contaminations bactériennes.

La cranberry, c’est son nom anglo-saxon, est aussi appelée canneberge ou encore « grande airelle rouge » (Vaccinium macrocarpon). C’est une petite baie dont le jus semble réellement capable de prévenir les récidives d’infections urinaires.

DE L'EMPIRISME À LA RECONNAISSANCE OFFICIELLE
Près de deux millions de Françaises, et quelques Français, souffrent régulièrement de cystite. Ce sont généralement, de ce fait, de grandes consommatrices d’antibiotiques (qui, vous le savez sans doute, peuvent perdre de leur efficacité à force d’être utilisés). Or, de nombreuses études sont venues confirmer l’intérêt de l’utilisation empirique des baies de canneberge (en Amérique du Nord, ces fruits sont un remède traditionnel des infections urinaires).
L’AFSSA, notre Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, a même rendu un avis favorable à l’emploi des grandes airelles rouges dans la prévention des infections urinaires à répétition. Des études ont révélé l’un des mécanismes d’action sans doute responsable des propriétés thérapeutiques de la canneberge. Les baies contiennent des flavonoïdes, des anthocyanes et des proanthocyanidines, des substances au nom un peu barbare qui sont capables de se fixer sur les bactéries Escherichia Coli (responsables des cystites) et les empêchent ainsi d’adhérer aux parois de la vessie. Les bactéries pathogènes sont ensuite éliminées par les voies naturelles !

Retour au sommaire du Hors-Série n° 14

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Ma Bible des aliments remèdes
Poids : mode d'emploi
Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?