Fabriquez vos baumes

Rubrique

Vous allez apprendre à réaliser des baumes contre le froid, mais aussi des baumes de soin qui vous serviront pour les bobos quotidiens, des baumes pour les cheveux, les pieds, les mains…

« - Brrrr... ça caille !
- Ouhais, j’ai la peau hyper sèche par ce temps !
- Bah, m’en parle pas, j’ai la peau, on dirait un vieux croco sur le retour !?!
- Moi j’te parle même pas de mes mains et de mes lèvres qui se décomposent...
- Salut les filles, comment ça va bien ?
- Salut Moune, ben on est toutes pelées par le froid…
- Ça tombe bien, j’ai pensé à vos vieilles peaux (!!!), z’avez qu’à vous mettre ça !
- C’est quoi, ces pots ?
- Des baumes, en veux-tu, en voilà, pour vous protéger du froid, vous aurez la peau toute douce !
- Et c’est quoi un baume ?
- C’est une préparation à base de phase huileuse qui va nourrir et vous protéger la peau ! Je vais vous expliquer comment faire, c’est super facile. L’es pas sympa la Moumoune ? »

Donc, ce mois-ci, vous l’aurez compris, je vais vous apprendre à fabriquer vos petits baumes !
Bien sûr, des baumes contre le froid, mais aussi des baumes de soin qui vous serviront pour les bobos quotidiens, des baumes pour les cheveux, les pieds, les mains…

Bref, tout un panel de petits baumes onctueux et délicats qui raviront votre peau et votre orgueil puisque... c’est vous qui les ferez !
En plus, cerise sur le gâteau, ils sont inratables !!!

Matières premières

Cire d’abeille : c’est celle qu’on va utiliser, car c’est la plus courante et donc la moins chère et la plus facile à trouver, mais sachez qu’il en existe d’autres tout aussi efficaces (cire de carnauba, cire de candelilla…). Elle va servir à durcir le baume, mais elle a aussi beaucoup de propriétés intéressantes : adoucissante, cicatrisante, émolliente, anti-inflammatoire, elle protège et empêche le dessèchement de la peau, et elle donne aussi une douceur et une onctuosité aux baumes.
Huiles végétales (HV) : à utiliser selon les propriétés qu’on attend de chacune.
Beurre de karité : pas indispensable, mais tellement agréable et si bon pour la peau qu’on aurait tort de se gêner.
Huiles essentielles (HE) : pas indispensables non plus, mais à utiliser selon leur parfum et/ou leurs propriétés.
Autres : miel, aloe vera, extrait de pépins de pamplemousse (EPP)…

Consistance

On peut obtenir des baumes à la texture différente, cela dépendra de ce que l’on souhaite en faire et des proportions des matières premières.

Baume dur, pour les sticks à lèvres ou déodorant
- 20 % de cire d’abeille
- 80 % d’huile végétale (HV).

Baume crémeux, pour les soins, plus facile à étaler et faire pénétrer sans appuyer
- 25 % de cire d’abeille
- 25 % de beurre de karité
- 50 % d’huile végétale.

Baume onctueux, pour le visage
- 30 % de beurre de karité (ou autre beurre végétal, cacao...)
- 70 % d’huile végétale.

Baume fondant, pour les applications corporelles
- 30 % de cire d’abeille
- 25 % de beurre de karité
- 15 % d’huile végétale
- 30 % d’huile végétale solide (coco).

Le baume est en général protecteur et nourrissant. Il est essentiellement composé d’une phase huileuse, ce qui est un avantage au niveau de la conservation. En effet, pas besoin de le mettre au réfrigérateur, la température ambiante lui suffit et il se garde plusieurs mois sans souci ! Pour éviter le rancissement des huiles, on peut toujours y ajouter de l’extrait de pépins de pamplemousse.

Deux ou trois petites choses à savoir

Avant tout, il faut tout stériliser, c’est pour ça que le mieux est d’utiliser des récipients en verre.
Le principe de la recette est simple : on met tous les ingrédients dans un bain-marie à feu doux, on remue sans arrêt jusqu’à ce que tout soit fondu et on verse directement dans le pot final !
Moi, je fais encore plus simple, je mets le pot final directement au bain-marie, et une fois que tout est fondu, je le sors et je le laisse refroidir. Comme ça, je ne fais qu’une manipulation.
Si on doit rajouter des huiles essentielles, il faut attendre que la température du baume redescende un peu et mélanger, mais attention à ne pas trop attendre afin qu’il ne durcisse pas trop vite !
Attention aux huiles essentielles, à éviter aux femmes enceintes, aux mamans allaitantes et aux enfants ! Ne jamais les utiliser sans vérifier les précautions d’emploi. Chaque cas est différent. La nature est généreuse, mais ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est inoffensif !!!

Recettes de base

Maintenant quelques recettes ! Le principe reste le même, je vous donne les bases et vous changez les ingrédients selon vos goûts et attentes !

Baume de soin crémeux à l’Arnica

Bleus, contusions, contractures, stimulant circulation veineuse, décongestionnant, douleurs articulaires

Ne pas utiliser sur les plaies.
- 1 cuillerée à café (CC) de macérât* d’Arnica (fleurs d’Arnica montana macérées dans de l’huile végétale d’olive)
- ½ CC de cire d’abeille
- ½ CC de beurre de karité.

Au Calendula

Anti-inflammatoire, engelures, gerçures, peau irritée, sèche, cicatrisant, calmant, piqûres d’insectes, acné, boutons, affections cutanées, démangeaisons, brûlures, eczéma

- 1 cuillerée à café (CC) de macérât* de Calendula (fleurs de Calendula officinalis macérées dans de l’huile végétale d’olive)
- ½ CC de cire d’abeille
- ½ CC de beurre de karité.

Au Millepertuis

Brûlures légères, irritations cutanées, coups de soleil, antiseptique, anti-inflammatoire, cicatrisant

- 1 cuillerée à café (CC) de macérât* de Millepertuis (fleurs d’Hypericum perforatum macérées dans de l’huile végétale d’olive)
- ½ CC de cire d’abeille
- ½ CC de beurre de karité.
Ce sont mes 3 indispensables qui ne quittent pas la trousse de toilette de mes lutins jolis et la trousse à pharmacie de mon fourgon !

Baume dur

Pour les lèvres

On peut le faire nature, rajouter un peu de miel et des colorants naturels (oxydes de fer, micas, ocres…), ou bien encore le faire réparateur ou soin.

Nature
- 2 grammes (g) de cire d’abeille
- 8 gr d’huile d’amande douce ou d’huile d’olive ou de germe de blé.

Brillant et coloré
- 2 gr de cire d’abeille
- 8 gr d’huile végétale de ricin
- 1 gr de mica rose ou d’ocre rouge ou d’oxyde de fer rouge.

Réparateur
- 2 gr de cire d’abeille
- 7 gr de macérât* de calendula ou d’huile végétale d’amande douce ou d’avocat
- 1 gr de miel.

Soin
- 2 gr de cire d’abeille
- 7 gr de macérât* de calendula ou d’huile végétale de jojoba ou de germe de blé
- 2 gouttes (gtes) d’HE de Ravintsara (Cinnamomum camphora) ou de Niaouli (Melaleuca quinquenervia).

Déodorant

- 2 gr de cire d’abeille
- 8 gr d’huile végétale de jojoba
- 2 gtes d’HE de palmarosa
- 2 gtes d’HE de sauge sclarée ou de petit grain bigarade (Citrus auriantum).

Cheveux

- 2 gr de cire d’abeille
- 8 gr d’huile végétale de jojoba.

Baume fondant

Pour le corps

- 30 gr de cire d’abeille
- 25 gr de beurre de karité ou de cacao
- 15 gr de macérât* de vanille (gousse de vanille macérée dans de l’huile végétale)
- 30 gr d’huile végétale de coco
- 2 gtes d’HE d’ylang ylang
- 2 gtes d’HE de vanille.

Entre nous, ce baume a une odeur à tomber par terre !!! On peut rajouter de la noix de coco râpée ou de la poudre d’amande ou de noisette pour un effet exfoliant.

Baume onctueux

Pour le visage

- 1 CC de beurre de karité (ou autre beurre végétal, cacao...)
- 2 cuillerées à soupe (CS) d’huile végétale d’argan ou de macadamia

Ou

- 1 CC de beurre de karité
- 2 CS d’huile végétale de noix de coco
- ½ CC d’huile végétale d’amande douce
- 1 gte d’HE de vanille ou d’ylang ylang

Ou

- 1 CC de beurre de cacao
- 2 CS d’huile végétale de jojoba
- 1 gte d’HE de vanille

Ou

- 1 CC de beurre de karité
- 1 CS d’huile végétale d’avocat
- 1 CS d’huile végétale d’argan.

* Macérât : remplir un bocal de fleurs ou plantes sèches, couvrir d’huile d’olive et laisser macérer pendant 3 semaines à la chaleur, mais sans soleil direct, en remuant tous les jours.
Filtrer et remettre d’autres fleurs ou plantes dans la même huile pendantencore 1 semaine ou 2, toujours sous le même principe. Filtrer et mettre dans des bouteilles en verre opaque. On peut utiliser une autre huile végétale, mais je trouve que l’huile d’olive a déjà, à la base, des propriétés vraiment intéressantes, ce qui rajoute aux propriétés des fleurs ou plantes utilisées.

Où, comment, combien ?

La cire d’abeille est meilleure si elle n’est pas raffinée, vous la trouverez très peu chère chez l’apiculteur du coin. En pain, vous la râperez avec un économe.
Les huiles végétales et le beurre de karité se trouvent en magasin bio, un peu plus cher, mais les dosages sont minimes, donc le prix de revient est tout petit. Par exemple, entre 0,80 et 1 euro pour un pot de baume onctueux de 50 ml. Sans commentaires ! Inutile de préciser que tout est bio n’est-ce pas ?

Moi, si j’étais vous...

Les baumes sont mes chouchous du « Fait-maison », car faciles à faire et hyper efficaces. En plus, ça prend en moyenne une dizaine de minutes du début à la fin ! Vous pouvez donner libre court à votre imagination puisque, si le baume final ne vous satisfait pas, vous pouvez toujours le refaire fondre pour en modifier les proportions ou les ingrédients.
Honnêtement, ça ne sert à rien de mettre 25 ingrédients, il vaut mieux en mettre moins et faire plus de baumes différents afin de mieux cibler l’attente qu’on a de chacun d’eux !

À l’inverse, on peut très bien n’en faire qu’un seul, avec des ingrédients standards qui vont correspondre à plusieurs propriétés recherchées. Par exemple, l’huile végétale de jojoba est une huile sèche, qui ne laisse pas de film gras, ni sur la peau ni sur les cheveux et qui a des propriétés intéressantes : protectrice et antirides pour tous les types de peau, rééquilibrante pour les cheveux gras et revitalisante pour les cheveux secs et abîmés. Donc un baume polyvalent qui peut servir aussi bien pour le corps, les lèvres, le visage, les mains, les pieds que pour les cheveux ! C’est pas top, ça ?

En ce qui me concerne, j’aime bien la polyvalence, mais mes filles-quisont-très-filles aiment avoir un baume à lèvres très fille, donc très rose et leur maman-qui-n’est-pas-très-fille préfère un baume à lèvres neutre qui peut aussi servir à ses mains très abîmées de laveuse intempestive !

Alors, ça m’arrange de pouvoir faire plusieurs baumes assez rapidement dans la même foulée et les recettes les plus simples sont donc pour moi les meilleures !
Voilà, j’espère avoir éveillé votre curiosité et j’espère que les bainsmarie sont déjà en train de chauffer…

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Bien manger sans cuisiner
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison
Et si vous faisiez tout vous-même au jardin ?
Mon cahier de tisanes