Comment devient-on famille d’accueil pour chien d’aveugle ?

À lire avant de vous décider…

Accueillir un chiot chez soi jusqu’à ce qu’il soit capable de rejoindre une école pour devenir un futur chien d’aveugle ou d’assistance pour personne handicapée, l’idée peut paraître bonne, mais est-ce vraiment à la portée de tous ?

Côté face, on peut y voir de multiples avantages : un chiot tous frais payés que l’on garde 10 à 16 mois selon les cas et donc, pas de « fil à la patte » durant 10 ou 15 ans. Mais côté pile, on ne doit jamais oublier qu’être famille d’accueil demande un bon investissement en terme de temps et de patience. C’est une vraie mission de tous les jours, par tous les membres de la famille. Et donc un engagement qu’on ne prend pas à la légère. En outre, les personnes sensibles qui s’attachent facilement peuvent mal vivre le moment où il faudra se séparer du chien : un moment qui arrive toujours trop vite…

À DOMICILE
Chaque famille reçoit son chiot de 2 mois, avec pour mission de veiller à sa croissance harmonieuse et surtout, de le socialiser, de lui inculquer la propreté et les ordres de base (assis, debout, couché, pas bouger, pas toucher, à ta place), soit, ce que tout propriétaire devrait prendre le temps de faire.
Là où cela se complique, c’est que ce chiot ne doit jamais rester seul durant des heures – ce qui demande une énorme disponibilité – et il faut toujours bien garder en tête qu’il doit recevoir une éducation optimale. Aussi mignon soit-il, les lits et les canapés lui sont donc interdits. Il ne faut rien lui donner à table pour ne pas le pousser à quémander. Ne pas le laisser aboyer. Ainsi, il n’est pas possible de se dire que l’on peut tout lui céder pour une fois, car lorsqu’il sera avec son futur maître, il devra vraiment avoir une conduite irréprochable.

UN SUIVI RÉGULIER PAR L'ÉCOLE
Un chiot coûte cher à former, car son achat, son alimentation et les soins vétérinaires (vermifuges, vaccins, anti puces, etc.), tout est pris en charge par l’école : la famille d’accueil n’a rien à débourser. En contrepartie, elle doit vraiment prendre sa tâche très au sérieux car si jamais le chien venait à être réformé en raison de son comportement, cela ferait un chien de moins à remettre à une personne qui en a vraiment besoin.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de sophrologie
Les compléments alimentaires à l’épreuve de la science
Stress et sommeil, les prescriptions du Dr Valnet
Les aliments qui guérissent (Poche)