Des remèdes naturels contre l'insomnie

À la recherche de la « clé des songes »
Rubrique

Le corps a impérativement besoin de cette période de repos qu'est le sommeil pour bien « récupérer ». Ce n'est tout de même pas pour rien que nous passons un tiers de notre vie à dormir !

Lorsque le sommeil perd en quantité et surtout en qualité, la santé ne peut qu'en pâtir.

AU FAIT, C'EST QUOI, L'INSOMNIE ?
« Techniquement » parlant, on peut dire qu'il y a insomnie dès lors qu'au moins l'un des troubles suivants se manifeste trois à quatre fois par semaine pendant plus d'un mois :
> un temps d'endormissement supérieur à 30 minutes.
> Des réveils nocturnes, avec difficulté à se rendormir rapidement.
> Un réveil prématuré, c'est-à-dire se produisant une heure minimum avant l'heure choisie.

ANXIÉTÉ ET INSOMNIE : UN COUPLE INSÉPARABLE
Ce n'est pas par hasard si les benzodiazépines, connues pour diminuer l'anxiété, sont les somnifères les plus prescrits. En effet, le plus souvent, l'insomnie est liée à un état d'anxiété qui empêche la personne de lâcher prise et de s'abandonner au sommeil. Or, les benzodiazépines présentent l'intérêt de renforcer le système GABA. Le GABA n'est autre que le neurotransmetteur le plus répandu dans le cerveau.

DES « BENZO » ET AU DODO ?
Sur le papier, les benzodiazépines semblent donc avoir tout bon, sauf qu'en pratique, leur utilisation devrait toujours être courte  et médicalement justifiée, compte tenu de leurs nombreux inconvénients :
> ils font certes dormir, mais au prix d'une désorganisation du sommeil ;
> ils deviennent inefficaces après plusieurs semaines de prise en continu ;
> ils induisent une dépendance très rapidement, ce qui fait qu'un arrêt brutal du traitement est formellement déconseillé, même si le médicament a déjà perdu son efficacité ;
> enfin, ils provoquent bien entendu des effets indésirables, comme déjà évoqué plus haut : somnolence diurne, augmentation des risques de chute et d'accidents de la route, aggravation des apnées du sommeil, troubles de la mémoire, syndrome de sevrage à l'arrêt...

L'ALTERNATIVE « VERTE »
Autant de raisons qui devraient inciter à utiliser en première intention des remèdes naturels capables de traiter à la fois l'anxiété et l'insomnie.
Or, il se trouve que certaines plantes remplissent parfaitement ce « cahier des charges », notamment l'eschscholtzia, la valériane, la passiflore et la mélisse

DORMIR MIEUX, DORMIR PLUS
Une formule « gagnante » consiste à associer valériane et eschscholtzia sous forme d'extrait glycériné.

LE TRYPTOPHANE, J'EN SUIS FAN !
En complément, ne pas hésiter à se supplémenter en tryptophane, un acide aminé précurseur biologique de la sérotonine.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Bourdonnements et autres maux d’oreilles
Les secrets d'un jeûne réussi
Mon cahier de botanique
Recettes gourmandes anti-cancer