Interdiction de soigner les brebis avec des plantes…

Rubrique

...parfois, c’est le monde à l’envers.

Alors que l’on prend enfin conscience qu’il est temps de limiter l’usage des antibiotiques dans l’élevage, une bergère drômoise qui pratique en agriculture biologique est menacée de perdre ses aides de la PAC parce qu’elle donne des granules homéopathiques, des plantes médicinales et des huiles essentielles à ses brebis.
Le directeur de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) lui a envoyé un courrier après le passage de deux inspectrices, stipulant que : « L’utilisation d’homéopathie et d’huiles essentielles à des fins thérapeutiques est soumise à prescription après examen des animaux par un vétérinaire. »
L’éleveuse, qui préserve ses brebis de traitements chimiques, a suivi plusieurs formations avec des pharmaciens et des vétérinaires… et connaît les dangers potentiels liés à la puissance des huiles essentielles.
Peut-être les inspectrices et inspecteurs de la DDPP devraient-ils également être informé.es, histoire d’encourager l’utilisation des remèdes naturels plutôt que de démotiver celles et ceux qui font l’effort d’y recourir.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier des Fleurs de Bach
Produits chimiques : l'overdose
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins