Je suis LYCOPODIUM

Je suis de bonne humeur, alors ne me gonflez pas ! 
Rubrique

Autoritaire, leader, intello et… hépatique. Voici les principales caractéristiques de lycopodium. Derrière ce portrait énigmatique se cache un drôle de personnage...

Ma philosophie de vie

=> Tout se passe là-haut. Dans la vie, si tu veux réussir, il faut en avoir dans le citron. Réflexion, intelligence, stratégie, gestion humaine, je suis fait pour diriger. Un projet, une entreprise, un service, des salariés, peu importe, du moment que je suis chef, quitte à ne l’être que de moi-même.

=> Apprendre, toujours apprendre, se former même à un âge avancé, c’est la clé. En tout cas, vivre comme un petit mouton, sous l’autorité d’un chefaillon, non merci ; emploi du temps fixe, tickets resto, bosser sans savoir pourquoi, non merci. Je suis indépendant. Ou d’accord, en équipe, mais soit je dirige, soit je suis associé, soit à la rigueur je travaille avec un chef que je respecte et admire, sinon bye bye.

=> Je suis médecin, chirurgien, notaire, avocat, magistrat, directeur de centre hospitalier ou de maison de retraite ou associé de cabinet d’avocats, d’experts comptables, voire diplomate, en tout cas je domine.

=> Mon talon d’Achille : j’ai du mal à « digérer » au sens propre comme au figuré. Notamment, je ne peux tolérer la moindre contradiction, injustice ou malhonnêteté.

À table

=> Alors déjà, le matin, je me lève du pied gauche. Pas la peine de m’adresser la parole avant que j’aie petit déjeuné. Sauf si vous cherchez un grognement, des regards noirs ou un coup de poing sur le nez en guise de réponse. Laissez-moi manger tranquillement, on verra le reste après.

=> D’ailleurs, les repas sont sacrés d’une manière générale, et ce d’autant que je peux manger des palettes de sucreries, gâteaux, desserts, du gratin dauphinois et autres plats chauds et réconfortants, des choux (j’adore les choux !), des lentilles, des fruits de mer (j’adore les huîtres ! même si elles, hélas, ne m’aiment pas du tout)… sans prendre un gramme. Il faut dire que même si je mange pas mal, je ne grossis pas, c’est comme ça. Vous êtes jaloux, et vous avez raison.

=> Sauf que ce que vous ignorez, c’est que mon foie ne suit pas. Du coup, les repas un peu excessifs, les plateaux de fruits de mer ou même simplement un repas pris dans la précipitation, et me voilà jaune, le teint cireux, des douleurs digestives et des ballonnements comme compagnons d’infortune.

=> Donc pour finir, le plus souvent, je me jette sur la nourriture, affamé, au bord du malaise tellement j’ai faim… mais dès les premières bouchées, je suis rassasié, et me désintéresse de mon assiette. Déjà enfant je réclamais à corps et à cris, mais dès que j’avais sein, biberon ou plus tard cuillerée, je mâchouillais de façon interminable ce que j’avais en bouche.

=> Je ne bois pas (plus ?) d’alcool, notamment de vin. J’évite aussi tout ce qui est gras et indigeste, comme l’ail ou l’oignon, mon foie ne supporterait pas.

=> Pas trop fan non plus de tout ce qui « remplit », comme les soupes, les raclettes party et autres montagnes de pâtes. Même si les agapes ne sont définitivement pas pour moi, ne me parlez ni de régime ni de jeûne, ça me rend carrément hargneux ! Et si vous voulez me faire plaisir, servez-moi un plat chaud et une boisson chaude, c’est déjà un très bon point.

Mon apparence

=> Mince, voire maigre, peu musclé, le visage grave et vieilli prématurément, discrètement souligné de taches jaunâtres, le cheveu rare (ou blanc) dès l’âge de 20-25 ans, je suis physiquement assez caractéristique. Même enfant, je semblais grave, âgé, l’œil sage comme celui d’un vieux professeur.

=> Il paraît que je ne manque cependant pas de charme, en partie conféré par mon autorité naturelle, mon intelligence vive et un indiscutable charisme.

=> Côté vestimentaire, je déteste être boudiné, serré : jupes ou pantalons amples, vestes et blousons une taille au-dessus, ça me va. J’aime être bien habillé, donc pas question non plus de ressembler à un sac à patates, mais pas serré.

Mes proches

=> Plus honnête, sérieux, droit que moi, il n’y a pas. Je ne supporte pas les magouilles, les coups tordus, les gens bizarres. Mais si tu es « clean », alors je peux te suivre au bout du monde, te jurer allégeance et tu pourras compter sur moi quoi qu’il arrive. Et ce, que tu sois mon ami, un vague copain, ma femme ou mon boss. Peu importe. Je suis le premier à répondre présent dans une situation où le devoir s’impose.

=> J’attends en retour un comportement parfait, retenu, et je suis souvent d’un abord méfiant, intransigeant, voire cassant. Le temps de s’apprivoiser. Je ne suis pas d’un abord très facile, j’avoue, je ne rigole ni même ne souris à tout bout de champ, je peux même paraître froid, sévère, conservateur. Mais je peux m’enflammer pour une cause, la création d’une entreprise, un projet.

=> Plus intimement, j’ai un grand besoin d’amour et d’attention, mais je m’agace lorsqu’on me les prodigue.

=> Mes trous de mémoire aussi, m’irritent, tout comme de perdre ma vivacité intellectuelle, l’âge venant : insupportable.

Ma santé

=>  Mon point faible, c’est le foie. De là découle l’ensemble de mes problèmes.

=> Digestion difficile évidemment, mais aussi aigreurs, ballonnements (typique du ventre proéminent en partie basse de l’abdomen, même chez un enfant) et bien sûr, migraine (hépatique), aphtes, troubles cutanés, réactions ORL.

=> Au chapitre des réjouissances, également l’hypertension, les coliques néphrétiques et autres troubles rénaux, les troubles de la prostate (homme) et les démangeaisons vulvaires (femme).

=> Les contrariétés, injustices et tout ce qui ne va pas « dans mon sens » aggravent ma fragilité hépatique et d’une manière générale se répercutent sur la partie droite de mon corps : otite, point de côté, mal de tête, eczéma… à tribord, toute !

=> Je suis complètement à plat en fin d’après-midi : 17-19 h, un bon créneau pour une petite sieste récup’ si je veux profiter de la soirée.

=> Hypersensible, j’ai du mal à supporter… pas mal de choses : trop de chaud, de froid, de protéines (crise de goutte), d’émotions, de sons, d’odeurs, de gens dans une petite pièce ou un ascenseur… et aussi manque d’air, de libido, d’érection digne de ce nom, tout cela m’exaspère, réactive mon mal au foie et peut provoquer une crise migraineuse. Pas facile, la vie quotidienne d’un hépatique !

Remarque :

Pour les personnes se reconnaissant dans ce portrait, ne prendre Lycopodium en hautes dilutions (à partir de 15 CH) que sur conseil d’un bon homéopathe, sinon vous risquez d’aggraver vos symptômes. Pas de problèmes avec des dilutions plus basses.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les massages aux huiles essentielles qui guérissent
Spasmophiles ? Libérez vos émotions !
Problèmes circulatoires : les prescriptions du Dr Valnet
Les 3 clés de la santé