La cuisine des futurs parents

On peut se concocter une alimentation « préconceptionnelle » en suivant les conseils d’Anne Dufour ET en respectant les principes de la cuisine-santé édictés par le Dr Seignalet.

L’enjeu sera de trouver la vitamine B9 ailleurs que dans le blé (pour éviter son gluten), de sélectionner les apports d’origine animale pour que la B12 provienne des crustacés plutôt que des produits laitiers, etc. Et de privilégier le cru au cuit. Quelques choix tout simples, dès le marché et en cuisine, pour bientôt s’appeler Papa et Maman.

LE MANTRA DU MOIS
VITAMINES B ET C TU MARIERAS, DES MINÉRAUX TES TÉMOINS TU FERAS, ET BÉBÉ TU AURAS ! »

L’été est beau, chaud, propice à la détente et au temps pour soi et, sur le marché, il se montre fort riche en ressources qui vont vous aider à remplir vos objectifs.

ET QUELS SONT-ILS  ? PETIT LISTING

Objectif Vitamine B9 : haricots verts et salades variées chez le primeur, œufs (bio) chez le volailler (on en prend quelques-uns quand même, parce qu’ils aident aussi à atteindre les objectifs Vitamine B12 et Zinc/Sélénium).

Objectif Vitamine C : la cuisson la détruit en grande partie, mais on n’a que l’embarras du choix des légumes et des fruits qui se consomment crus. Dans le panier : betteraves, carottes, céleri, concombre, radis, tomates, abricots, cerises, figues, framboises, groseilles, melon, pastèque, pêches, prunes...

Objectifs Vitamine B12, Zinc/Sélénium, Fer et Co-enzyme Q10 : crustacés, fruits de mer et poissons gras sont abondants en cette saison. On leur ajoute un peu de tofu. Et pour les œufs, c’est déjà fait.

Objectif Magnésium : on a déjà les légumes verts. Chez l’épicier, on complète leurs ressources par celles d’une eau qui en est riche, on craque au passage pour la plaque de chocolat noir qui n’en est pas dépourvue. Et on n’oublie pas que le sarrasin en contient aussi.

Avec cela, on a l’essentiel, on peut passer en cuisine.

QUELQUES COURSES AVEC VOUS, LES CONSEILS D'ANNE DUFOUR
CACAO
Le cacao est la poudre obtenue après torréfaction et broyage des fèves de cacao fermentées. Cette magique petite gourmandise aux parfums d’enfance est assez délicate pour se laisser déguster sans s’accompagner de la petite pointe de mauvaise conscience dont on se départ difficilement quand on aborde des mets réputés un peu caloriques... C’est qu’elle apporte aussi de jolis contingents de vitamines A, B, C, D, E, des polyphénols antioxydants, sans parler du fer et, bien sûr, du magnésium. Et si on n’en abuse pas, on n’en gardera que le plaisir. On choisit son cacao toujours non sucré (ceux qui le sont déjà le sont toujours trop) et 100 % cacao, bio et pourquoi pas équitable (avec le café, c’est un des produits porteurs de ce secteur). On le conserve dans une boîte hermétique pour lui garder son arôme, à l’abri de la lumière et surtout de l’humidité. On mélange sa poudre à un lait d’amande chaud pour une boisson de petit déjeuner, à des préparations pour gâteaux ou crèmes desserts, ou encore à une pâte à crêpes. On en saupoudre les salades de fruits frais ou on en ajoute une pincée au café pour rehausser sa saveur.

CREVETTE
Moins de 100 calories aux 100 g, avec à peine 1 g de lipides pour 20 g de protéines, la vaillante petite crevette est d’abord un bon aliment minceur... à condition de lui éviter mayonnaise et autre pain au beurre qui l’accompagnent traditionnellement trop souvent. C’est également un excellent aliment santé, puisqu’elle se révèle particulièrement riche en vitamine B12 ou encore en zinc. C’est enfin une petite chair tendre et savoureuse, dont les subtilités gustatives se déclinent par le biais de plus de 160 espèces différentes. Les crevettes s’achètent extrêmement fraîches, la carapace brillante, la tête bien en place et la chair ferme. Au choix crues ou cuites, on évite de toute façon celles qui sont présentées déjà décortiquées (et forcément manipulées et traitées pour assurer un minimum leur conservation). On limitera les surgelées aux plus grosses d’entre elles, dont la chair supporte mieux le froid. Et une fois achetées, on les consomme dans la journée, ou au plus tard le lendemain.

MOUTARDE
Au rayon des condiments, elle fait figure d’incontournable. Qui ne connaît pas la fine de Dijon ou la plus brute de Meaux ? Avec ou sans graines, plus ou moins forte, on la trouve aussi dans toutes ses déclinaisons en bio. On le sait moins, mais la moutarde offre bien plus que ses graines à la base de ce fameux condiment. Ses feuilles et ses fleurs se consomment aussi, les premières crues en salade ou cuites comme des épinards, les secondes en « légumes » lactofermentés ou juste déposées sur les plats en guise de décoration. Elles se cueillent dans la nature, au gré d’une promenade bucolique. Et dans ce cas, elles apportent aussi de la vitamine C, du calcium et un peu de fer.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Mon cahier des Fleurs de Bach
Mon cahier pour brasser de la bière
Poids : mode d'emploi