La maladie de Buerger

Rubrique

La maladie de Buerger se manifeste surtout chez l'homme jeune, par des occlusions artérielles au niveau des membres et ce, sans aucune lésion d'athérome.

Des douleurs dans l'une ou les deux jambes, à la marche ou à l'effort, chez un homme fumeur, sont évocatrices d'une artérite des membres inférieurs (Artériopathie Oblitérante des Membres Inférieurs, ou AOMI), autrement dit d'une oblitération progressive des artères qui irriguent les jambes. Une pathologie beaucoup plus fréquente qu'on pourrait le croire, et le plus souvent méconnue par les malades eux-mêmes, au tout début en tout cas. En effet, on estime à  % le pourcentage d'hommes âgés de 40 ans et qui présentent une AOMI, 4,2% à 50 ans et jusqu'à 9, % à 70 ans. Parmi les moins de 40 ans, la plupart ne souffre pas d'une artériopathie due à l'athérome, la cause la plus habituelle, mais d'une maladie de Buerger, une pathologie méconnue qui touche l'homme entre 20 et 40 ans (dans 95% des cas).

ATTEINTE DES ARTÈRES DE PETITS ET MOYENS CALIBRES

Si la maladie apparaît surtout chez les hommes fumeurs, elle n'est pas pour autant la conséquence de l'athérome, ce "bouchon d'artère" formé par une plaque constituée de graisses et de calcaire chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle, de diabète, ou de cholestérol.
Non, dans la maladie de Buerger, probablement génétique et dont on ne connaît pas encore l'origine exacte, le tabac sert de "déclencheur" de la maladie et en précipite l'évolution. Les lésions sont de type inflammatoire et sont localisées au niveau des artères de petits et moyens calibres, aux membres inférieurs surtout.

Mais attention, si l'atteinte est plus fréquente au niveau des membres inférieurs, les bras sont parfois aussi touchés. De la même façon, les veines peuvent être concernées par une obstruction au niveau des bras et des jambes.

DES DOULEURS PROGRESSIVES

La maladie de Buerger se manifeste par une claudication intermittente, autrement dit une douleur de l'une ou des deux jambes lors d'efforts modérés comme la marche. Les douleurs disparaissent au repos. En cause, le faible diamètre intérieur de l'artère qui ne laisse plus passer assez de sang artériel pour la vascularisation des muscles sollicités par l'effort. Comme dans toute artériopathie, la maladie de Buerger se traduit par une diminution, voire une disparition des pouls artériels au niveau des pieds (ou des poignets en cas d'atteinte des membres supérieurs).

Mais les douleurs ne sont pas isolées. La maladie s'accompagne également de troubles cutanés: froideurs des extrémités, engourdissement, crevasses, nécrose sous les ongles…. Dans certains cas, les orteils deviennent blancs, comme lors d'un syndrome de Raynaud.

ARTÉRIOGRAPHIE ET DOPPLER ARTÉRIEL

En cas de maladie de Buerger, l'écho-doppler artériel et l'artériographie montrent l'interruption ou la diminution du flux sanguin dans l'artère concernée et surtout, l'absence de plaque d'athérome, un élément essentiel pour le diagnostic.

L'ARRÊT DU TABAC EST ESSENTIEL…

Même s'il n'est pas directement responsable de la maladie, il est indispensable d'arrêter tout tabagisme, actif et même passif, qui provoque la rechute de la maladie d'une façon constante en rétrécissant le calibre artériel déjà diminué par la maladie. Le traitement utilise notamment l'Iloprost (Ilomédine®) en perfusion pour faire diminuer les douleurs et accélérer la cicatrisation (effet antiagrégant plaquettaire et vasodilatateur). En cas d'échec du traitement, les médecins ont recours également à la chirurgie (pose de prothèse vasculaire). Lorsque toutes les thérapies se sont avérées inefficaces, les médecins sont parfois contraints à l'amputation. Vous l'aurez compris, cette situation est beaucoup plus fréquente lorsque le tabagisme est poursuivi.

…DE MÊME QUE LA PRÉVENTION DES BLESSURES

Du fait de la fragilité cutanée, il est recommandé de se protéger des agressions, qu'elles soient chimiques (port de gants lors de l'utilisation de produits chimiques, détergents etc.), infectieuses (surinfections des plaies, mycoses…), traumatiques (port de gants de protection lors d'activités manuelles dangereuses) ou thermiques (froid).

"UNE MALADIE BRUTALE"

"C'est à l'âge de 24 ans que Sébastien a commencé à se plaindre de douleurs de la jambe droite à la marche, il y a 5 ans" se souvient Liliane, sa grand-mère. "Sébastien était très sportif à l'époque et pratiquait des sports d'équipes comme le football ou le handball. Il a consulté des médecins en région parisienne, en vain, jusqu'au jour où le diagnostic a été porté dans une clinique de Saint-Etienne. Il s'agissait d'une maladie de Buerger".

Sébastien est agent de police. Mais la maladie de Buerger n'est pas compatible avec son métier. "Il vient de passer l'oral d'un examen. Malheureusement, l'épreuve physique lui est impossible" déplore sa grand-mère. Dans un premier temps, les médecins ont même évoqué l'amputation possible de sa jambe. "Nous avons eu très peur. Les médecins ont quand même réussi à la sauver grâce à une intervention chirurgicale destinée à sauvegarder l'artère malade. Des perfusions quotidiennes lui ont également permis d'aller mieux. Il fume beaucoup moins qu'avant. Mais tout n'est pas complètement rentré dans l'ordre car, à la suite d'une infection, Sébastien a subi l'ablation de l'ongle du gros orteil droit il y a trois semaines. Il se fait du souci, même s'il ne parle pas beaucoup de sa maladie".

POUR EN SAVOIR PLUS :
www.maladies-orphelines.fr

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de botanique
Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
Mon cahier de recettes d'anniversaire pour petits poly-allergiques
Les secrets d'un jeûne réussi