La maladie de Hodgkin

Rubrique

La maladie de Hodgkin est une forme de cancer qui appartient à la famille des lymphomes. Elle touche le système lymphatique et se manifeste par une augmentation de volume des ganglions.

ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE
La maladie de Hodgkin se manifeste par une augmentation de volume des ganglions que les médecins appellent « adénopathie ». La maladie est liée à l'envahissement des ganglions par des cellules spécifiques, les cellules de Reed-Sternberg. Les plus fréquemment et précocement envahis sont ceux situés au-dessus des clavicules (ganglions sus-claviculaires), au niveau de l'aine (ganglions inguinaux), des aisselles (ganglions axillaires) et du cou (ganglions cervicaux). Mais les viscères (rate, foie, poumons) ainsi que la moelle osseuse peuvent être concernés à leur tour par cet envahissement cellulaire. On ignore encore la cause de ce dérèglement ganglionnaire.

FATIGUE ET FIÈVRE
Si, comme on vient de le voir, la maladie se manifeste surtout par une augmentation de volume des ganglions, d'autres signes doivent mettre la puce à l'oreille et inciter à consulter son médecin généraliste dans un premier temps. Il s'agit notamment d'une fatigue, d'une fièvre, de douleurs thoraciques, de difficultés respiratoires, d'une toux, mais aussi d'un amaigrissement, de sueurs nocturnes profuses et de démangeaisons.

BIOPSIE GANGLIONNAIRE
C'est l'examen clé. Pratiquée sous anesthésie locale, la biopsie d'une adénopathie va montrer l'envahissement par les cellules de Reed-Sternberg et la désorganisation manifeste du ganglion. La biopsie permet donc d'éliminer les autres causes de lymphomes (formes non hodgkiniennes).

LA RÉMISSION COMPLÈTE EN LIGNE DE MIRE
L'objectif du traitement est très clairement la rémission complète dès la première tentative. Le traitement permet désormais un taux de rémission prolongée et complète dans 90 % des cas lors des formes localisées, et de 50 % dans les formes étendues.

CLASSIFICATION
La maladie comporte 4 stades, c’est la classification de « Ann Harbor ». Elle prend en compte l’existence d’atteintes ganglionnaires de part et d’autre du diaphragme, l’existence de signes généraux de la maladie (sueurs, fièvre, démangeaisons…), l’envahissement des viscères ainsi que l’élévation de la vitesse de sédimentation.

COMPLICATIONS
L’un des risques de la maladie de Hodgkin est le développement de complications cardiaques, infectieuses ou pulmonaires, sans parler bien sûr des rechutes. L’autre grande complication est le développement de cancers (thyroïde, poumon, peau, ORL, sein…), même après guérison. Des cancers dus en grande partie aux traitements (radiothérapie et chimiothérapie). Un traitement qui peut induire également une stérilité dans certains cas (chimiothérapie sous protocole MOPP). Il existe également un risque de survenue d’un autre lymphome ou même d’une leucémie. D’où l’intérêt d’une surveillance attentive et prolongée, même après guérison.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Devenir acteur de sa guérison
Ma Bible des aliments remèdes
Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Infections ORL : rhumes, angines, bronchites, grippe.