Le rutabaga, sympathique revenant

Rubrique

Le chou rutabaga apparaît pour la première fois en 1620 dans l’ouvrage d’un botaniste suisse et le nom qui lui est donné (swede turnip) semble vouloir lui attribuer une origine suédoise.

Par Pascale Pascal

NAVET OU RUTABAGA ?
Le rutabaga résulte du croisement entre un navet et un chou frisé. La chair du navet est généralement plus blanche que celle du rutabaga et, pourtant, on les confond très souvent. Seules leurs feuilles permettent de vraiment les différencier : celles du rutabaga sont entièrement lisses, alors que celles du navet sont rugueuses et velues.

SOURCE DE NUTRIMENTS ET DE BIENFAITS
Le rutabaga est riche en potassium, qui facilite la digestion, en calcium et en phosphore, qui jouent un rôle essentiel dans la santé des os et des dents.
Bouilli, il est une source non négligeable de magnésium, important dans la transmission de l’influx nerveux et le bon fonctionnement du système immunitaire.
Source de vitamines B1, B2, B6, B9 et de provitamine A, il est surtout très riche en vitamine C.

Désinfectant intestinal, reminéralisant, laxatif et diurétique, le rutabaga, comme tous les crucifères, est riche en antioxydants et, à ce titre, recommandé pour prévenir les maladies cardiovasculaires et certains cancers. Les personnes souffrant du syndrome du colon irritable doivent toutefois ne pas en abuser.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier des points qui guérissent
Faut bien mourir de quelque chose !
Les Menus et les recettes qui guérissent
Mon cahier de beauté naturelle