L’harpagophytum naturellement antidouleur

Rubrique

Arthrose, articulations douloureuses, inflammations... L’harpagophytum serait-il LA solution ?

De la famille du sésame, l’harpagophytum ou « griffe du diable » est une herbacée vivace originaire des régions sud-africaines, venant plus particulièrement de Namibie. La découverte des bienfaits de cette plante remonte à un lointain passé, quand les anciens guérisseurs africains l’utilisaient pour soigner des douleurs, des troubles digestifs, etc. Aujourd’hui, on en sait plus sur cette petite plante rosée à tige rampante et aux crochets acérés (d’où son surnom de « griffe du diable »).

Une plante polyvalente

Tout d’abord, cette plante a un effet anti-inflammatoire permettant aux douleurs articulaires et musculaires d’être fortement diminuées ou stoppées. Mais les vertus de la « griffe du diable » ne s’arrêtent pas là : purification, détoxination, amélioration de la digestion, de la qualité de la peau... Elle est dotée de nombreuses propriétés.

Qu’en pense la science ?

Inscrite dans la pharmacopée européenne, la racine (seule partie réellement utilisée) a été l’objet de nombreuses études cliniques.

Tout a commencé avec le Dr Schmidt, médecin allemand du XXe siècle qui, en 1972, a montré que sur 80 % de ses patients atteints de polyarthrite, la douleur était totalement supprimée et qu’ils retrouvaient une mobilité normale. Dans les années 1980, neuf études (ESCOP ; Chrubasik, 2000) ont été pratiquées sur 2000 patients, atteints, eux, d’arthrose, et ont montré une amélioration conséquente sur les articulations malades. L’analyse de ces travaux a prouvé que cette plante serait plus efficace qu’un placebo pour les douleurs arthrosiques.

Plus récemment encore, en 2008, la EMA (Agence Européenne du Médicament) a reconnu l’efficacité de l’harpagophytum « pour soulager les douleurs articulaires mineures ». De plus, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a admis les effets de l’harpagophytum sur les rhumatismes ainsi que sur l’appétit et les troubles digestifs. En outre, des études pharmacologiques récentes ont montré que ses effets anti-inflammatoires étaient plus puissants que ceux du phénylbutazone ou de l’indométacine, deux médicaments couramment prescrits pour des problèmes dus à des arthrites et à des rhumatismes. Enfin, l’harpagophytum ne présente pas d’effets secondaires, sauf parfois une légère modification du transit passagère. Il est cependant déconseillé aux femmes enceintes de l’utiliser.

Comment l’utiliser ?

On l’emploie sous plusieurs formes mais la gélule reste la plus utilisée et la plus facile à trouver en France. Pour la posologie, reportez-vous aux conseils d’utilisation donnés par le fabricant.
Si vous choisissez la forme « tisane », préparez l’harpagophytum en décoction : pour cela, faites bouillir dans 300 ml d’eau 5 cuillerées à café de racine séchée pendant 5 minutes. Laissez infuser 10 minutes puis filtrez le mélange.

Vous pouvez également prendre l’harpagophytum en teinture-mère, à prendre à raison d’une cuillerée à café dans un demi-verre d’eau, deux à trois fois par jour.
L’harpagophytum entre aussi dans la composition de gels articulaires à utiliser en massages.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les huiles essentielles qui guérissent
La médecine nous tue
Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
D'ici ou d'ailleurs, les points qui guérissent