Neuropathie diabétique

La complémenthérapie à mettre en œuvre
Rubrique

En France, on dénombre actuellement 3 millions de diabétiques de type 2 et 200 000 de type 1, auxquels s’ajoutent quelques centaines de milliers de personnes ne se sachant pas encore diabétiques !

Les diabètes exposent à de sérieuses complications telles que la neuropathie (atteinte des nerfs périphériques), la rétinopathie (atteinte des vaisseaux au niveau des yeux) et la néphropathie (atteinte des vaisseaux au niveau des reins).
La neuropathie est la complication la plus courante. Sa fréquence va de 7 % dans l’année qui suit le diagnostic du diabète à plus de 50 % après plus de 25 années d’évolution de la maladie.

COMPRENDRE
La neuropathie diabétique se caractérise par une atteinte du système nerveux périphérique, vaste réseau de nerfs permettant de relier le système nerveux central au reste du corps et de véhiculer des informations sensitives et motrices.

Les lésions que subissent les nerfs périphériques et la gaine de myéline destinée à les protéger, découlent à la fois d’une mauvaise irrigation sanguine de ces nerfs et de l’excès de sucre dans le sang, qui entraîne une surproduction de substances neurotoxiques appelées produits de glycation avancée ou AGE.

Le fait que différents types de nerfs périphériques puissent être endommagés explique le large éventail de signes et symptômes susceptibles d’apparaître.

La douleur neuropathique est le symptôme le plus handicapant. On l’observe chez environ un tiers des patients. La gestion de la douleur constitue donc un pilier du traitement de la neuropathie diabétique.

Son traitement fait appel à certaines classes de médicaments à priori non destinées à combattre la douleur, au premier rang desquels on trouve les antidépresseurs ! Tous ces traitements contre la douleur sont bien entendu responsables de nombreux effets indésirables, quand ils n’induisent pas une forte dépendance (opiacés).
Plus ennuyeux, ils ne brillent pas par leur efficacité !

Pourquoi ne pas regarder un peu plus du côté des médecines naturelles, en particulier de la nutrithérapie ?
D’autant plus que des études réalisées chez l’Homme ont déjà montré l’efficacité de substances telles que la benfotiamine (dérivé de la vitamine B1), l’acide alpha-lipoïque, l’acétyl-L-carnitine et la vitamine D pour soulager la douleur neuropathique chez les patients diabétiques.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de gemmothérapie
Quelle contraception choisir ?
Mon cahier de botanique
Et si vous manquiez de vitamine D ?