Pervenche de Madagascar ou petite pervenche ?

Rubrique

J’ai remarqué ce qui me semble être une erreur dans votre revue n° 143 : à la page 35 d’un article intitulé "Ma prescription nature pour traiter les troubles de la mémoire", la pervenche de Madagascar est recommandée. Je me demande s’il n’y a pas une confusion avec la petite pervenche (Vinca minor en latin) qui traite effectivement des troubles de la circulation cérébrale et la mémoire. La pervenche de Madagascar (Cataranthus roseus) traite, elle, le cancer, la leucémie et la maladie de Hodgkin. Or, cette plante à dose élevée peut être relativement toxique. Connaissant les compétences de Mme Festy, il ne peut s’agir que d’une erreur d’impression. »

Claude R. de Paris

LA RÉPONSE DE DANIÈLE FESTY

Ce lecteur a raison, les extraits des parties aériennes (feuilles) de la Pervenche de Madagascar contiennent des alcaloïdes, comme la vincristine ou la vinblastine, actifs dans le traitement de certains cancers et présentent des risques de toxicité à doses élevées.
Par contre, les extraits des parties souterraines (racines) de cette même espèce contiennent des alcaloïdes comme la raubasine (à côté d’autres molécules non alcaloïdiques), actifs sur la microcirculation, le débit sanguin cérébral, la mémoire, le vieillissement cérébral et ne présentent pas de toxicité. Or, l’EPS de Pervenche de Madagascar (phytostandard de Pilèje) est bien extrait des racines.
Il n’y a donc pas d’erreur.

Retour au sommaire de Rebelle-Santé n° 145

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

L'Alimentation santé en pratique
Mon cahier de botanique
Mon cahier de lithothérapie
Et si vous faisiez tout vous-même?