Fabriquez votre papier

Vous aimeriez savoir fabriquer votre papier ? Parce que, par les temps qui courent, autant se rendre le plus autonome possible… On ne sait pas ce qui peut arriver…

Alors oui, vous l’aurez compris, je vais vous montrer comment, avec pas grand-chose, vous allez pouvoir fabriquer un papier sur lequel vous pourrez déposer vos états d’âme, ou colorier vos jours, ou bien encore vous faire des p’tits avions pour vous envoler…

On peut faire du papier de façon presque pro, avec un équipement « un peu » sophistiqué, on peut aussi faire juste quelques feuilles avec du matériel de récupération. Papiers unis, décorés, incrustés... Lancez-vous !

Le matériel

Pour les Pros

- Deux cadres en bois, comme ceux que les peintres utilisent pour fixer leurs toiles.
- Une moustiquaire très fine, de même dimension que les cadres en bois.
- Un récipient.
- De l’eau (ben oui…).
- Des tissus-éponge.

Fabrication du cadre Pro

⇒ Commencer par fixer la moustiquaire sur un des cadres en bois, attention à ce qu’elle soit bien tendue.
⇒ L’agrafeuse murale fonctionne très bien pour ce genre de chose, elle est plus simple d’utilisation que le sempiternel marteau et ses frangins les clous. Plus simple, plus rapide… et moins dangereux pour nos doigts.
⇒ On peut aussi la fixer avec des punaises, mais c’est plus ardu pour tendre la moustiquaire et poser les punaises en même temps.

Pour les Occasionnels

- Un cadre nu
- Un vieux collant
- Une bassine
- De l’eau
- Des tissus-éponge

Fabrication du cadre Occasionnel

⇒ Enfiler le cadre nu dans le collant, bien tirer pour le tendre et l’attacher aux 2 extrémités afin qu’il reste bien bien tendu. Couper le surplus de chaque côté.

Les matières premières

- Pas de papier glacé, ça évite bien des galères…
- Des vieux journaux
- Des magazines
- Des vieilles feuilles
- Des enveloppes
- Des pubs (qui encombrent les boîtes aux lettres de ceux qui n’ont pas encore leur “stop pub”).

La technique du pro

⇒ Mettre de l’eau dans le récipient. Préférer l’eau bouillante, ça aide à accélérer la “fonte” du papier.

⇒ Déchirer le papier en lambeaux (essayez, z’allez voir, ça détend de se défouler de cette façon…). Faire des petits morceaux, ça se délitera plus vite. S’il y a vos enfants pas très loin (ou ceux des autres, d’ailleurs, c’est bien aussi…), les embaucher en leur promettant “qu’on va bien rigoler”, ça marche toujours (enfin les 10 premières minutes…).
⇒ Ensuite, mélanger vigoureusement le papier dans l’eau et là, commencer à observer la désintégration des morceaux de papier.On obtient une pâte assez épaisse.
⇒ Si l’eau n’est pas chaude, il faut attendre plusieurs heures que le papier fonde, le mieux étant de le faire tremper la veille pour le lendemain. Mais si le temps d’attente semble trop long, ne pas hésiter à utiliser un mixeur.

⇒ Diluer la pâte obtenue dans une grande quantité d’eau et remuer furieusement pour que le tout soit bien homogène (pour ce faire, prendre un récipient suffisamment grand pour pouvoir y plonger à l’aise les cadres en bois).

⇒ Poser le cadre nu sur le cadre moustiquaire et plonger les 2 cadres posés l’un sur l’autre dans le récipient de pâte diluée.

⇒ Bien le plonger dans le fond et relever délicatement les cadres à l’horizontale afin de répartir régulièrement la pâte.

⇒ Prendre garde de ne pas en mettre trop et essayer d’être le plus régulier possible pour avoir une feuille de même épaisseur partout.

⇒ Laisser s’égoutter quelques instants sur le bord du récipient et enlever le cadre du dessus.

⇒ Retourner le cadre sur le tissu-éponge posé à plat.

⇒ Passer une éponge sur la moustiquaire afin d’enlever l’excédent d’eau.
⇒ Retirer très doucement le cadre afin de décoller la pâte de la moustiquaire.
⇒ À faire avec précaution afin de ne pas déchirer la pâte (pas toujours facile d’obtenir des bords droits).

⇒ Refermer le tissu-éponge dessus et laisser sécher le temps nécessaire.
Une fois la feuille sèche, la retirer délicatement du tissu.

Et voilà, c’est terminé, vous pouvez vous éclater à écrire plein de jolies choses… Évitez le stylo-plume dont l’encre va être bue par le papier.

La technique de l'occasionnel

Plus simple à mettre en œuvre puisque tout le monde peut se procurer le matériel dans ses placards…

Les premières étapes sont identiques à la technique du « Pro ».

⇒ Verser de l’eau bouillante dans la bassine. Déchiqueter le papier à recycler en petits morceaux et les mettre dans l’eau.
⇒ Idem, là aussi, ne pas hésiter à appeler la marmaille à la rescousse, ça les éclate… eux…
⇒ Bien remuer pour imbiber les morceaux de papier et plonger le mixeur dedans afin de bien homogénéiser le tout. On obtient une pâte assez épaisse.
⇒ Diluer la pâte obtenue dans une grande quantité d’eau et remuer furieusement pour que le tout soit bien homogène. ⇒ Pour cela, prendre une bassine ou un récipient assez grand pour pouvoir y plonger le cadre.
⇒ Ouvrir le tissu-éponge en grand  et le poser à plat.

⇒ Glisser le cadre/collant dans la bassine ou le récipient sous la pâte diluée.

⇒ Le ressortir en prenant soin d’avoir réparti la pâte régulièrement.
⇒ Laisser s’égoutter un maximum au-dessus de la bassine.
⇒ Attendre que plus une goutte ne tombe.

⇒ Retourner le cadre/collant ainsi égoutté sur le tissu éponge.
⇒ Passer une éponge sur le collant afin d’enlever l’excédent d’eau.
⇒ Refermer le tissu éponge sur le cadre.
⇒ Attendre plusieurs heures, si besoin,  que le tout s’égoutte bien et ouvrir le tissu.

⇒ Reprendre le cadre/collant et retirer délicatement la feuille du tissu.

Voilà, c’est terminé !

Les variantes

Les couleurs dans l’eau

⇒ On peut utiliser pas mal de choses pour colorer l’eau, mais, selon l’épaisseur et la qualité des feuilles à recycler utilisées, les couleurs restent variables.
⇒ Par exemple, on sait que la betterave teint en rouge… eh bien, pas toujours vrai ici, on peut obtenir du violet et même carrément du bleu.
⇒ Avec le curcuma, on peut obtenir du jaune… comme du orange, cela va dépendre.
⇒ Les tests sont vos amis… Notez à chaque fois les quantités de pigments, de jus ou d’épice utilisés pour la coloration, ça vous évitera les mauvaises surprises.
⇒ Pigments (solubles dans l’eau), épices, peinture, fruits, légumes… tout est bon pour nos jolies feuilles recyclées.

Les incrustations et décorations

⇒ On peut y mettre toutes sortes de choses dans ce papier. Des choses fines et légères, évidemment, on ne va pas y incruster des pierres précieuses…
⇒ Pour les vraies filles : paillettes, ruban, raphia coloré, plumes…
⇒ Pour les natures plus vraies que nature : brins d’herbe sèche, jolies feuilles, pétales de fleurs, petites fleurs entières…
⇒ Pour les artistes : petits confettis de papier coloré, taches de couleur, marbrure à la peinture incrustée, laine, fibres de tissu…
⇒ On peut aussi faire des textures différentes : papier plus ou moins épais, séchage sur feuilles à motif, mélange de 2 textures sur l’envers et l’endroit…

Vous voilà fin prêt(e) à fabriquer votre papier qui ne ressemblera à aucun autre !
Quoi de plus sympa que d’envoyer des lettres ou des cartes de vœux sur un support original… J’adore ce sentiment, ce plaisir qu’on ressent à utiliser un papier spécial qu’on a fait spécialement pour cette personne si spéciale à votre cœur… Oui, je sais, ça fait beaucoup de spécial… mais avouez… elle est vraiment spéciale, cette personne-là non ?…

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Chimiofolies