Tout savoir sur le sodium

Rubrique

Hors de nos cellules, le sodium est l’élément minéral le plus abondant de l’organisme. Plus connu sous le nom de sel lorsqu’il se lie au chlore, le sodium est l’un des principaux régulateurs des échanges d’eau dans l’organisme.

Le sodium, qui correspond à l’appellation « Na+ » (tableau périodique des éléments chimiques), est probablement le minéral le plus important dans l’organisme en matière d’équilibre hydrique. En effet, c’est en grande partie via le Na+ que l’organisme régule les échanges d’eau entre tous les secteurs (compartiments) qui le composent : secteur intracellulaire (l’intérieur des cellules), extracellulaire (entre les cellules) et vasculaire (dans le sang). Il intervient également au niveau de l’équilibre acido-basique (voir Rebelle-Santé n° 133).

Quand l'eau suit le sodium

En temps normal, autrement dit hors situations pathologiques, l’eau « suit » les mouvements du sodium dans tous les compartiments de l’organisme, le sodium excrété dans les urines s’accompagnant d’une proportion d’eau bien spécifique. Le Na+ devient une sorte de juge de paix qui régule la concentration en eau dans les secteurs déjà évoqués, évitant ainsi les œdèmes, une masse sanguine trop importante ou encore la déshydratation. La natrémie (taux de sodium) est essentiellement régulée par deux hormones, l’aldostérone et l’hormone antidiurétique (ADH).

Perturbations

De nombreuses situations peuvent bouleverser cet équilibre harmonieux et l’eau peut ne pas suivre les mouvements du Na+. Tous les cas de figure deviennent alors possibles, rendant l’analyse du taux de Na+ sanguin indissociable de l’analyse de son excrétion dans les urines (natriurèse), le tout rapporté à la quantité d’urines émises (diurèse) et à l’hydratation du patient. En d’autres termes, la simple constatation d’une natrémie anormale ne permet pas toujours de tirer des conclusions en l’absence d’examen clinique (présence d’œdèmes, de signes de déshydratation….) et d’indication sur le volume des urines et leur composition. Le médecin doit alors se livrer à une véritable enquête policière.

Natrémie

La natrémie s’effectue à l’aide d’une simple prise de sang. Inutile d’être à jeun. La natrémie normale se situe aux alentours de 140 mEq/L, dans une fourchette comprise entre 137 et 143 mEq/L. Rappelons que les laboratoires n’utilisent pas toujours exactement les mêmes méthodes d’analyse, rendant difficile la comparaison de résultats provenant de laboratoires différents.

Trop basse…

Un dosage bas de Na+ correspond à l’hyponatrémie. C’est lorsque la natrémie passe sous la barre des 135 mEq/L. Bien souvent, une natrémie basse s’accompagne d’une excrétion rénale de Na+ trop importante. En clair, le Na+ est éliminé dans les urines (natriurèse élevée), provoquant une baisse mécanique de la natrémie. Dans bien des cas, l’eau suit le Na+, à l’origine d’une déshydratation.

L’hyponatrémie peut être observée dans plusieurs situations :

• taux de protéines sanguines trop élevécertaines maladies sanguines
• diabète, lorsque la glycémie est élevée
• absorption d’alcool
• déshydratation
• vomissements, diarrhée, brûlures étendues
• traitements par diurétiques
• insuffisances cardiaques ou rénales, cirrhose avec ascite (épanchement d’eau dans l’abdomen)
• apports excessifs d’eau (pour éliminer l’eau en excès, l’organisme se déleste de son Na+)
• certains traitements médicamenteux (anti-inflammatoires, opiacés…)
• stress ou douleur
• désordres hormonaux divers.

… Ou trop haute

Plus rare, l’hypernatrémie correspond à un excès de Na+ sanguin, en pratique au-delà de 145 mEq/L. Bien souvent, l’hypernatrémie s’accompagne d’un risque d’œdème. Mais, paradoxalement, on la rencontre également dans certains cas de déshydratation, le manque d’eau entraînant alors la sensation de soif.

On peut également retrouver une hypernatrémie dans certaines circonstances :

• pertes hydriques : diarrhée, vomissements, sudation (élimination d’eau mais avec conservation du Na+ dans le sang)
• élimination excessive d’eau dans les urines, sans excrétion de Na+ qui augmente alors mécaniquement dans le sang
• manque d’apport en eau (hyperconcentration de Na+ sanguin)
• apport alimentaire excessif en sel
• perturbations hormonales.

Découvrez nos livres santé

Spasmophiles ? Libérez vos émotions !
Les clés de l'alimentation santé
Devenir acteur de sa guérison
Ma bible des plantes qui soignent