Même chez les chats...

… le surpoids fait le lit du diabète

Environ un chat sur 500 est diabétique. Ceux en surpoids, voire obèses, et qui n’ont pas beaucoup d’activité physique dans leur journée, sont à risque, tout comme les chats âgés et les chattes sous pilule contraceptive.

Quand un chat jusqu’ici en surpoids se met à mincir apparemment sans effort, les premiers à s’en réjouir sont souvent les maîtres. À tort ! Car bien souvent, cette perte de poids est annonciatrice d’un problème médical et les pathologies endocriniennes (dont le diabète) sont les premières en cause.

TROP DE SUCRE DANS LE SANG…
En cas de diabète, l’insuline n’est pas suffisamment sécrétée, ou bien son ordre de faire rentrer le glucose dans les cellules n’est pas suivi (insulinorésistance), ce qui revient finalement au même.
Les conséquences immédiates sont triples :
- faute de rentrer dans les cellules, le glucose reste dans le sang
- une partie de ce glucose se retrouve dans les urines, d’où le risque accru d’infections
- lorsque le sucre vient vraiment à manquer aux cellules, ces dernières n’ont pas d’autres choix que de brûler des graisses dans de mauvaises conditions, ce qui peut entraîner la production de toxiques

UN RETARD FRÉQUENT AU DIAGNOSTIC
Lorsque le chat a juste un peu plus soif, un peu plus faim et qu’il urine un peu plus que d’habitude, son maître n’y prête guère attention. Des mois, voire des années peuvent ainsi se passer sans que personne ne s’aperçoive de rien. C’est pourquoi, au moindre doute, il faut demander au vétérinaire de vérifier son taux de sucre dans le sang.

RÉGIME STRICT
Un chat diabétique doit recevoir une alimentation pauvre en graisses, mais riche en protéines hautement digestibles.

INSULINE À VIE
Pour apporter l’hormone qui fait tant défaut à votre chat (l’insuline), il n’y a pas d’autre choix que de lui faire des piqûres.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les compléments alimentaires qui guérissent
Cuisiner autrement en automne
Chimiofolies
Les 3 clés de la santé