Douleurs, névralgies du nerf pudendal - Témoignage

Rubrique

Un internaute a déposé son témoignage sur le forum du site de Rebelle-Santé, suite à la demande d’une lectrice atteinte de douleurs dans les zones anale et péri-anale (parue dans le n° 178).

Je souhaite répondre à Mme L. du Morbihan, ses douleurs peuvent avoir plusieurs origines : dorsale, c’est un pincement du disque intervertébral ; digestive, c’est le côlon qui ne peut faire son travail ; dentaire, et vous allez constater la relation.
Mon épouse souffrait depuis plus de 5 ans de brûlures à la miction. Ces brûlures se produisaient non pas le matin à la première miction, mais vers midi. Sa colonne vertébrale, à la radio, montrait plusieurs déformations (scoliose, cyphose et bassin décalé). L’ostéopathe en a déduit que les douleurs venaient de cela ; ajouté à cela, la vitesse de sédimentation (qui doit être inférieure à 44 m/m/h) montait à près de 130 en 2 heures. Elle a été hospitalisée plusieurs fois aux urgences, "c’est une infection urinaire" décrétait-on d’office. Le fait de rester allongée 2 ou 3 jours faisait disparaître le mal et, aux analyses, il n’y avait aucun microbe, ni  germe. Ces brûlures génito-urinaires l’empêchaient de se déplacer. On a essayé beaucoup de choses sans résultat.
Mon épouse avait alors les dents très abîmées et très peur du dentiste ! Puis, une voisine lui a parlé de son fils qui venait de se faire opérer des dents, lui a dit que tout s’était bien passé, aucune douleur post-opératoire. Nous sommes allés consulter un chirurgien dentiste qui a opéré ma femme (il y avait 23 dents et racines à enlever).
L’opération s’est parfaitement passée et.... depuis que mon épouse a son appareil dentaire provisoire, plus aucune brûlure urinaire. J’ai posé la question au chirurgien dentiste qui a rigolé et m’a répondu que le fait de ne pouvoir mastiquer modifiait tout le transit intestinal. Il faut savoir que la transformation des aliments commence dans la bouche avec la salive ; puis les sucs gastriques poursuivent le travail. S’il manque quelque chose dès le départ, tout est modifié et le côlon reçoit des aliments qui ne sont pas assimilables, d’où constipation et douleurs pudendales.
Cela étant, personne n’est identique et chaque être vivant peut avoir des symptômes qui diffèrent ; mais il faut reconnaître que lors d’une consultation, les médecins ne posent pas assez de questions. Je souhaite que cette réponse puisse vous permettre de trouver une solution heureuse à votre problème. J’ai omis de vous préciser que mon épouse a 81 ans. »

Daniel F. de l’Allier­­­

Retour au sommaire de Rebelle-Santé n° 181

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les compléments alimentaires qui guérissent
Cuisiner autrement en automne
Chimiofolies
Les 3 clés de la santé