En Mai, prévoyez un pic d’activité !

En mai, se décident les récoltes, avec une bonne gestion de l’arrosage et de la fertilisation pour que l’équilibre feuilles-fleurs et feuilles-fruits soit optimal.

L’azote (sang séché, ortie ou consoude sous forme de poudre ou de purin) sera fait en trois apports décroissants adaptés à l’évolution des stades physiologiques des plantes : un apport initial en début de croissance sur des plants de 4 à 6 feuilles (1) ; ensuite, on réduit l’apport initial de moitié pour le stade fin de gonflement des bourgeons et, pour terminer, en cours de grossissement des légumes ou des fruits, on réduit la quantité apportée à ¼ de l’apport initial.

*

=> Repiquez tous les légumes issus des semis d’avril.
=> Semez en pleine terre tous les légumes à l’exception des aubergines, melons, piments et potirons qu’il est préférable de démarrer sous châssis pour ne pas perdre de temps.
=> Maintenez sous châssis froid aéré régulièrement, les plants d’aubergines, concombres, piments, melons, courges et tomates, ce au moins jusqu’à la mi-mai dans la plupart des régions.
=> Protégez le plus longtemps possible les tomates de la pluie qui projette les spores des champignons responsables de diverses maladies (mildiou, oïdium, alternariose, botrytis, maladie du cul noir…)
=> Pulvérisez tous les plants présents au potager avec du purin de prêle additionné de soufre pour prévenir les maladies fongiques (oïdium, mildiou…) ou avec du bicarbonate de soude ajouté à une huile alimentaire ou à du savon (2) dilué dans l’eau ou encore en utilisant les huiles essentielles.

Celles d’ail, d’origan sauvage, de sarriette des montagnes ou encore de clou de girofle ou de tea tree ont une action limitante sur le développement des champignons. Pour une préparation classique, comptez 20 gouttes d’huile essentielle à mélanger dans 1 ml d’huile alimentaire de colza et 5 gouttes de liquide vaisselle bio. Complétez avec de l’eau jusqu’à 1 litre et pulvérisez sur le feuillage. Il existe des variantes à ce dosage.
Attention, dans tous les cas, l’huile essentielle pure ne doit pas entrer en contact avec vos yeux, votre peau et ne doit pas être ingérée.

=> Désherbez régulièrement et si possible avant la floraison des adventices, laissez-les sur place pour faire un paillage.
=> Paillez partout où le sol n’est pas couvert et associez les cultures en tenant compte de leur cycle de développement pour assurer une couverture permanente du sol.
=> Installez un système d’arrosage, le goutte-à-goutte est préférable aux autres car il ne mouille pas les feuilles.

*

=> Arrosez les jeunes arbres (moins de 3 ans) dès qu’il fait un peu sec.
=> Taillez en vert les pêchers et la vigne ; cela favorise l‘éclairement et la formation des fruits.
=> Ébourgeonnez la vigne et les fruitiers, c‘est un bon moyen de mieux nourrir les fruits de cette année et les futurs bourgeons à fruit.
=> Appliquez un traitement préventif contre les maladies fongiques ; utilisez le mélange prêle en purin ou décoction avec du soufre ou d’autres solutions (voir paragraphe Au potager). Procédez à une application tous les 20 jours de mai à juillet, un peu plus souvent en cas de pluies.
=> Éliminez les fleurs jaunes aux alentours des arbres fruitiers (pissenlit, par exemple) ; elles sont plus attractives pour les pollinisateurs que les fleurs blanches ou rosées des fruitiers.
=> Surveillez la présence d’insectes et de papillons qui causent des dégâts (pucerons, psylles, acariens, tordeuse orientale, carpocapse, mouches des fruits…). Si leur nombre est important, posez des pièges adaptés à chaque famille et favorisez ou installez des insectes auxiliaires. Comptez aussi sur les oiseaux !

*

=> Binez régulièrement entre les plantes des massifs, puis paillez.
=> Plantez les annuelles semées ou achetées. Pour ces dernières, prévoyez une phase d’acclimatation car elles peuvent provenir de serres chaudes ; en principe, en achetant local, vous n’aurez pas ce problème ! Dès que le muguet en pot est défleuri, plantez les griffes dans de la terre humifère en exposition mi-ombre.
=> Échelonnez les plantations de bulbes à floraison estivale.
=> Semez en place les annuelles à croissance rapide (souci, ficoïde, gypsophile, nigelle, clarkia, pied d’alouette, tournesol…).
=> Pincez les chrysanthèmes et les plantes à faire ramifier. Éboutonnez les pivoines et les rosiers à grosses fleurs pour en obtenir de plus grosses.
=> Éliminez les gourmands des rosiers, palissez les branches des grimpants et traitez-les préventivement contre le marsonia, l’oïdium…
=> Taillez les arbustes qui ont déjà fleuri. Pour les lilas et les clématites, réduisez de moitié les rameaux qui ont porté des fleurs.
=> Éliminez les fleurs flétries des rhododendrons, des azalées, des camélias tardifs ; apportez-leur un peu d’engrais et pulvérisez le feuillage avec une solution d’oligo-éléments et de chélates de fer.
=> Fertilisez l’ensemble des plantes avec le compost maison auquel vous ajouterez 10 % de son poids en poudre de roche, puis pulvérisez une solution d’engrais à base d’algues.
=> Décompactez la terre au pied des arbres et apportez du compost avant de pailler.

*

=> Griffez la terre de surface, ajoutez de la poudre de roche et un peu de poudre de feuilles d’ortie ou de consoude.
=> Nettoyez le feuillage et vérifiez si vos plantes sont indemnes de cochenilles ; dans le cas contraire, faites le nécessaire avec une solution d’alcool à brûler et de savon.
=> Rempotez, hors période de floraison, les plantes trop à l’étroit ou celles que vous venez d’acheter.
=> Arrosez plus souvent, toujours en laissant sécher la motte entre deux arrosages, et fertilisez au moins une fois par mois avec des feuilles séchées et broyées d’ortie ou de consoude. Vous pouvez ajouter un peu de prêle.
=> Pensez au papier collant jaune pour piéger les sciarides et aleurodes qui, en cette période, peuvent être assez actifs. L’atmosphère plus sèche et la chaleur leur sont favorables, si vous les laissez pondre vous risquez d’être débordé !
=> Déplacez certaines plantes pour tenir compte de l’augmentation de l’intensité lumineuse qui risque d’être trop forte.

(1) Feuilles vraies, bien sûr.
(2) ½ cuillère à café de bicarbonate de soude + 5 ml de savon liquide ou d’huile alimentaire + ½ L d’eau.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de Baumes aux huiles essentielles
Mon cahier de botanique
Les huiles essentielles qui guérissent
Mon cahier de réflexologie plantaire