Opération "zéro déchet" à la cuisine

Rubrique

Ce mois-ci, Moune est en congés ! Alors, nous avons choisi de vous proposer une poursuite de l’article d’Anne Dufour (voir page 78) en nous appuyant sur les bonnes idées de Carole Lymer, fondatrice du site mescoursesenvrac.com, autrice d’un tout nouveau cahier pour vous aider à moins jeter côté cuisine.

Bienvenue dans la cuisine de Carole, où on essaie de limiter le gaspillage de toutes sortes, qu’il s’agisse de nourriture ou d’énergie. Cela passe forcément par la maîtrise des déchets.

Zéro gaspi ?

Le gaspillage alimentaire représente un tiers de la production alimentaire mondiale. C’est un chiffre vertigineux quand on pense à l’énergie qu’il a fallu pour fabriquer toute cette nourriture. On estime ainsi qu’on gâche un repas par personne chaque semaine en France. En plus d’être une perte d’énergie, c’est aussi une perte d’argent pour chacun d’entre nous.

Décortiquer les dates de péremption 

DLC, DLUO, à consommer de préférence avant… Souvent mal comprises, ces dates limites de consommation seraient responsables de 20 % du gaspillage alimentaire d’après la Commission européenne. Nous nous sommes tous posé la question, lorsqu’un aliment a dépassé la date mais qu’il semble encore bon. S’il s’agit d’un produit frais, on oublie tout de suite ! Les DLC ne sont pas là pour nous inciter à consommer, mais pour nous protéger.

Pour les DLUO, c’est un peu plus compliqué. Certains produits pourraient ne pas en avoir du tout, mais le producteur leur en attribue un tout de même afin de se protéger. D’autres produits présentent un risque minime, comme le café et le thé, les conserves, le miel, les pâtes et le riz. D’autres encore présentent un risque très élevé, comme les charcuteries, le lait, les poissons, les fromages à pâtes molles. Tout va dépendre de leur conservation, de leur entreposage, de leur mode de fabrication, etc.

Bien conserver les aliments

La durée de vie des aliments dépend de multiples facteurs, comme la chaleur, la lumière, l’humidité, l’environnement, etc. Globalement, on retiendra que les aliments n’aiment ni l’humidité ni la chaleur, qui favorisent la diffusion de micro-organismes. Si le garde-manger, pièce fraîche et sans lumière extérieure, est idéal, le réfrigérateur a révolutionné nos modes de vie. Mais nous sommes encore nombreux à ne pas l’utiliser correctement ni à savoir exactement comment l’exploiter.

Tout est dans l’emballage

Si notre société a développé des emballages en tout genre, ce n’est pas uniquement pour nous pousser à la consommation, mais parce qu’ils prolongent la durée de vie des aliments.

J'emballe mes denrées 

Prenez le temps de bien emballer vos produits, surtout lorsqu’ils sont entamés. Équipez-vous de boîtes hermétiques (en plastique c’est bien, en verre c’est mieux), et dès qu’un fromage est ouvert ou qu’un plat est entamé, hop, mettez tout ça au frais ! N’oubliez pas les trois règles de base : 

Je réemballe systématiquement ce qui a été ouvert.

J’emballe toute la nourriture que je mets au congélateur, car les emballages d’origine ne sont pas conçus pour la congélation.

Je protège systématiquement tous les fruits et légumes découpés.

Je me lance dans les conserves

*

Comment manger des tomates locales et bio tout l’hiver ? Il suffit d’opter pour les conserves maison. Le principe est très simple – bien qu’il faille être rigoureux pour les réaliser –, et consiste à appliquer un « traitement thermique » par le chaud. Les aliments sont ainsi conservés plusieurs mois sans conservateurs externes.

Je choisis les bocaux adéquats. Une bonne conserve se fait avant tout dans un bocal adapté. L’idéal est le bocal « Mason », dont le couvercle est en 2 parties : un disque (avec joint hermétque) et une bague qui se visse par-dessus. Le disque doit être neuf, c’est très important, car il préserve les aliments dans la conserve. Le bocal doit être immaculé, pas de fissure, pas de petit éclat : ni-ckel !

Je stocke correctement. Une fois terminées, entreposez vos conserves dans un endroit sombre et frais. Même si elles sont très belles et que vous avez envie de crâner en les laissant dans la cuisine, il vaut mieux les aider à se maintenir au frais pour éviter le développement de bactéries.

Pour aller plus loin

*

Mon cahier zéro déchet
Pour passer au zéro déchet en douceur et sans prise de tête 

De Carole Lymer
16,5 x 24 cm
64 pages
9,00 €

Tendre vers le zéro déchet dans sa vie quotidienne est le défi relevé par des milliers de personnes depuis quelques années. Mais on ne sait pas toujours par quoi commencer ! Ce cahier pratique illustré vous accompagne dans cette démarche en présentant six étapes clefs pour s’engager dans le processus du zéro déchet sans stress et en douceur.

Cuisine, nettoyage, hygiène, courses, vêtements, etc. : Carole Lymer, fondatrice du site Mescoursesenvrac.com, vous fait partager son expérience et sa créativité en proposant des solutions faciles à mettre en place au quotidien, accessibles à tous. Grâce aux conseils pratiques, aux astuces et aux infos pour mieux consommer, vous deviendrez rapidement une ou un pro du zéro gaspi.

Le coup de pouce en plus : des recettes et des fiches DIY permettent de réaliser ses fabrications maison pour limiter son impact déchet.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier pour brasser de la bière
Agenda de la sagesse 2021
Les points qui guérissent
Mon cahier de beauté naturelle