La patate douce...

... une exotique pour votre potager
Rubrique

Volubile et frileuse, cette vivace facile à cultiver trouvera sa place en pleine terre dans le Sud et sous abri dans les zones plus fraîches. 

Une potagère pleine de ressources, la patate Ipomoea batatas appartient à la famille des convolvulacées tout comme les ipomées (belle de jour) ou le liseron. Cultivée pour ses tubercules cylindriques au goût sucré consommés comme des pommes de terre, elle développe des tiges rampantes et un abondant feuillage utilisé comme fourrage, comme des épinards ou en mélange dans les salades. Certaines patates douces cultivées fleurissent, d’autres pas ; la formation de graines est rare.    

Comment choisir une variété potagère ?

Les variétés se différencient par le tubercule (forme, taille, couleur de l’épiderme, de la chair…), la précocité, la rusticité, le rendement et la résistance aux maladies. Les patates douces à chair orange sont sucrées et leur texture est plus aqueuse que celle des patates à chair blanche qui sont peu sucrées. Actuellement, en France, la culture des variétés à chair jaune ou violette reste confidentielle. 

Quelques exemples de variétés faciles à trouver en France : 

- à chair orange, Beauregard, Orléans, Evangeline, Georgia Jet ; 
- à chair blanche, Bonita, Magliano, Priolio, Musaraki… 

La variété pour débuter est sans doute Beauregard, qui offre un bon rendement, est précoce et résistante aux principales maladies fongiques.

Quels sont les besoins de cette potagère tropicale ? 

⇒ Au moment de la plantation, la température du sol doit être d’au moins 20 °C, ce qui suppose un sol bien exposé, léger et aéré pour se réchauffer vite. La culture s’installe entre mi-avril et mai.

⇒ Pendant la croissance : en dessous de 10 °C la plante meurt, il lui faut au moins 15 °C pour pousser. Ceci limite les zones de culture en pleine terre, nécessite de pouvoir protéger les plants en cas de coup de froid printanier ou automnal, ou de cultiver sous abri.

⇒ Jusqu’à la maturité, les tubercules ont des besoins en chaleur importants. Pour les satisfaire en zone tempérée, le cycle cultural s’étale sur 5 à 6 mois.

⇒ La tubérisation (formation des tubercules comestibles) se déclenche dès que la durée du jour est inférieure à 14 h, soit à peu près à partir du 20 août, et elle devient optimale pour moins de 11 h de jour, soit environ à partir du 15 octobre. Pour avoir des tubercules assez gros (200 à 400 g), il ne faut pas récolter avant fin octobre et au mieux mi-novembre. 

⇒ Les besoins en eau sont estimés en moyenne à 500 mm entre avril et octobre (exemple de culture dans le sud de la France). Les arrosages sont calés sur la pluviométrie, et doivent se faire sans à-coups ni excès, notamment au moment de la croissance (un développement végétatif trop vigoureux limite la tubérisation) et au moment du grossissement des tubercules pour limiter le risque d’éclatement ou de pourriture.

⇒ Le sol doit être aéré, drainant et assez riche en matière organique.

Comment faire ses boutures ? 

Les boutures peuvent se faire à partir d’une patate en bon état sanitaire et lavée pour éliminer d’éventuelles spores de champignons. 

*

• Mettez-la à germer, soit sur une couche chaude et légèrement humide, soit dans de l’eau en maintenant une partie du tubercule hors d’eau avec des allumettes. 

• Attendez la formation de belles tiges, puis :

- prélevez les tiges au point d’insertion sur le tubercule par coupe franche avec un cutter désinfecté à l’alcool. La tige entière est mise en terre ou est fragmentée pour donner plusieurs boutures. 

- plantez des boutures qui ont au moins deux feuilles. Les racines apparaissent sur la tige sous le pédoncule des feuilles. 

• Utilisez un terreau riche qui retient bien l’humidité, maintenez les godets à 22-26 °C, n’exposez pas directement les plantes au soleil.

• Surveillez le développement des racines, et dès qu’elles ont colonisé l’espace, plantez en pleine terre.

Quelles sont les interventions à réaliser pendant la culture ?

Le désherbage sur le rang 

Il est vite réduit car la plante est assez couvrante. 

*

Pour le réduire encore, le paillage entre les rangs est une bonne option. Il a souvent pour effet de limiter le développement de la plante.

Le suivi sanitaire 

Il est assez réduit. 

Que faire pour obtenir un bon rendement ?

⇒ En climat océanique, récoltez le plus tard possible, à la mi-novembre ; pensez, dès l’implantation, à une zone qui reste chaude longtemps : abritée, ensoleillée, près d’un muret qui rétrocède la chaleur des pierres. Si la température chute tôt en saison, couvrez le rang avec un voile de forçage, éliminez-le dès le jaunissement du feuillage et paillez largement le rang. Attention, le paillis attire les campagnols et autres grignoteurs (voir le calendrier de culture en climat tempéré).

*

Comment récolter ? 

La récolte des patates douces se prépare

⇒ Sauf si le début d’automne est sec, dès septembre diminuez, voire arrêtez les arrosages pour éviter les risques de pourriture ou d’éclatement des tubercules. L’arrosage à cette période ne vise qu’à maintenir la souplesse du sol afin de faciliter l’arrachage.

⇒ Éventuellement, enlevez le système d’irrigation localisée.

⇒ Broyez le feuillage en quelques passages de tondeuse et mettez-le au compost. L’arrachage est alors possible. Attention, les tiges entières déposées dans le compost peuvent bouturer spontanément.

*

La conservation

⇒ Assurez une bonne conservation de votre récolte en mettant pendant une semaine les tubercules au sec et au chaud, à 25-28 °C ; cette étape dite de cicatrisation des tubercules favorise le durcissement de la peau. 

⇒ Si les tubercules ont été malmenés (nombreuses petites blessures), n’hésitez pas à prolonger cette période d’une semaine à dix jours. 

⇒ Stockez ensuite dans un local ventilé, dont l’air reste sec (hygrométrie à 70-75 %), à une température de 12 °C ; ces conditions conviennent aussi aux courges. 

⇒ Évitez de stocker d’autres légumes ou fruits avec les patates douces. 

Cultiver des patates douces en pot

Décorez votre balcon et dégustez vos légumes !

⇒ Pour 2 plants, utilisez un grand pot de 40 à 60 cm de diamètre. Étalez au fond une couche drainante (gravier ou billes d’argile) recouverte d’un mélange de terreau fertile (80 %) et de terre de bruyère (20 %) pour assurer une texture « souple ». Plantez plutôt des plants du commerce indemnes de problème sanitaire. 

⇒ Prévoyez de l’espace car les tiges rampantes vont rapidement sortir du pot et couvrir votre balcon ou votre terrasse. 

⇒ Si les températures baissent en fin d’été, couvrez la plante et emballez le pot pour laisser les tubercules grossir jusqu’à la récolte à la mi-novembre.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Voir aussi
Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Favoriser la biodiversité dans son jardin
Mon cahier de sorcière pour devenir immortel.le
Les clés de l'alimentation santé - L’essentiel à savoir dans votre cas
Les aliments qui guérissent (Poche)