Huiles essentielles et soleil

Nos 10 conseils pour éviter la catastrophe
Rubrique

Certaines huiles essentielles font mauvais ménage avec le soleil. Mieux vaut les éviter à la belle saison.

Entre les piqûres d’insectes, les brûlures (barbecue, coup de soleil…) et les petits bobos liés aux randonnées, l’été est LA saison des huiles essentielles. On est prêt à dégainer à tout bout de champ son flacon magique. Attention : selon les huiles, vous vous exposez à une réaction phototoxique, ou, plus rare, à une réaction photoallergisante. Concrètement, vous risquez au mieux des irritations, cloques ou taches indélébiles, au pire des désorganisations cellulaires dans les profondeurs du derme (cancer de la peau)… alors que ces mêmes huiles essentielles sont au contraire protectrices habituellement ! Car sous l’effet des UV, certaines molécules – principalement les furocoumarines et les pyrocoumarines – deviennent agressives. Mieux vaut le savoir.

Dès que le soleil brille, laissez au placard les essences de zeste d’agrumes : orange, mandarine, citron...

Toutes sont photosensibilisantes, toutes renferment une quantité plus ou moins appréciable de furocoumarines.  Nous parlons ici des essences obtenues par pression du zeste. Il semble que les huiles essentielles d’agrumes, obtenues donc cette fois par distillation de ce même zeste, n’aient pas ce même problème. Car les furocoumarines, molécules « lourdes » donc relativement peu volatiles, se retrouvent bien dans l’essence (pressée) mais en bien moindre quantité dans l’huile essentielle (distillée). 

*

Seule l’application sur la peau pose problème

Vous pouvez en revanche les utiliser en inhalation, diffusion ou par voie orale sans risque. Même si tout le monde n’est pas toujours d’accord sur ce point, certains spécialistes déconseillant même leur usage par voie interne ou olfactive quand il y a du soleil.

D’autres huiles essentielles sont aussi à risque (khella,céleri, angélique... voir tableau)

Vérifiez bien que celle que vous comptez utiliser vous laissera tranquille, quitte à l’appliquer d’abord sur un coin de peau discret.    

L’huile végétale de millepertuis est, elle aussi, photosensibilisante

*

Même problème, même solution : ne l’appliquez pas dans les 12 h qui précèdent une exposition solaire. Ni pure, ni comme support à huiles essentielles, ce qui est pourtant courant pour les soins estivaux. 

Si vous avez appliqué par erreur une huile essentielle photosensibilisante...

... Enfilez un vêtement pour éviter les UV directement sur la peau. Restez à l’ombre si possible, et attendez un maximum de temps avant l’exposition.

Un accident, ça arrive

Si vous avez par exemple reçu du citron sur la peau parce que votre voisin de table a pressé la rondelle qui surnageait dans son verre d’eau glacée, vous vous trouvez exactement dans le cas où vous risquez une tache à l’endroit du contact. Restez calme : même si effectivement elle survient, elle finira par disparaître. Soyez patient plutôt que d’appliquer mille crèmes « anti-taches » aussi inefficaces que potentiellement irritantes.

Pour éviter les taches et les réactions

*

 

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Découvrez nos livres santé

Les savoureuses d'Anaïs Dufourneau
Bien manger sans cuisiner
Mon cahier de Sylvothérapie
Mon manuel de sorcière