Une histoire d'accouchement...

Rubrique

"Si vous étiez en train d’accoucher, Madame, vous n’auriez pas mis de rouge à lèvres."

Après une nuit de douleurs, c’est seulement quand les contractions sont devenues bien régulières que la future maman s’est rendue à la clinique. Avant de partir, par habitude et malgré les circonstances, elle se met son trait habituel de rouge à lèvres.

Certes, on peut trouver le geste surprenant, d’autres auraient rangé leurs chaussons avant de fermer la porte, vérifié deux fois que le gaz était bien éteint. Elle, elle a mis du rouge à lèvres. Erreur !

Le monitoring, l’ouverture du col, tous les examens sont au diapason : c’est trop tôt. Mais non, elle n’a pas mal, la sage-femme est formelle ! Les parents sont invités à revenir plus tard, quand "vraiment ce sera le moment". Après avoir insisté un peu, décrit tous les signes censés les conduire à la clinique (douleurs et contractions régulières en tête), ils repartent et s’installent en terrasse d’un café voisin.

Rapidement de retour à la clinique, la future accouchée n’a pas apporté la tenue adéquate. On ne lui avait pas dit… Mais elle a pensé aux chaussons. Manque de chance, ils viennent de New York, c’est marqué dessus. Et ça, la sage-femme l’a vu. Deuxième erreur.

Infantilisation, remises en cause, indifférence… L’expérience de l'accouchement ne sera pas seulement douloureuse physiquement.

Le Protocole*, ouvrage qui vient de paraître aux éditions L’oeil d’or, nous fait entrer au coeur de la relation de domination qui s’établit parfois dans le cadre hospitalier entre patients et personnel médical. Ce que raconte la narratrice, si bien écrit, parlera sans doute à bien d’autres femmes.

*En vente en librairies, 17 €

Mots-clés

Découvrez nos livres santé

Les huiles essentielles qui guérissent
Les trois clés de la santé
Faut bien mourir de quelque chose !
Mon cahier zéro déchet