Syndrome rotulien : essayez la méthode Mézières

Rubrique

Je souhaite répondre à Mme D. des Alpes-Maritimes dont la fille souffre d’un syndrome rotulien, tendinite... (lectrice en détresse du n° 180, NDLR). J’ai 57 ans. À l’âge de 44 ans, j’ai commencé à souffrir des genoux (plus spécialement le droit). Il m’était impossible de marcher, de monter des escaliers... Je me voyais en fauteuil roulant assez rapidement. J’ai passé radio, IRM. On m’a diagnostiqué un syndrome rotulien aux deux genoux. J’ai commencé à faire de la kiné classique qui propose de muscler le muscle releveur des genoux. Sans effet. J’ai pris des médicaments : Chondrosulf, qui me soulageait ponctuellement.
Et puis, une collègue m’a parlé de la kiné Mézières ; la méthode Mézières est une technique de rééducation posturale visant à relâcher les tensions musculaires et à corriger les déviations de la colonne vertébrale. En fait, on vous remet le corps dans l’axe idéal, pour corriger les problèmes comme par exemple ceux des articulations.
J’ai trouvé par chance un praticien à côté de chez moi, formé par Françoise Mézières elle-même. Les séances durent une bonne heure, sont basées sur la respiration. Le praticien reste à côté de son patient tout au long de la séance, le bloquant dans certaines positions, appuyant parfois sur la cage thoracique pour bien en exprimer tout l’air. C’est très exigeant pour le patient et pour le kiné... Mais quels résultats ! Je remarche sans problème, je peux faire du vélo, nager.... Plus de douleur, sauf parfois un léger pincement. J’en ai fait pendant une dizaine d’années, maintenant ce kiné fabuleux est à la retraite. Mais ce qui est acquis reste acquis.
Je vous souhaite de trouver un vrai kiné Mézières. Il faut bien chercher. »

Francine R. de l’Essonne

Retour au sommaire de Rebelle-Santé n° 181

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Mon cahier de beauté naturelle
Trucs et astuces de santé
Et si vous manquiez de vitamine D ?