Intolérances alimentaires et allergies alimentaires

Qu’est-ce qui les différencie et comment les traiter ?

Dr Michel Lallement

Le Dr Michel Lallement, chirurgien des centres de lutte contre le cancer, s’est intéressé aux facteurs qui favorisent l’augmentation de la fréquence des cancers, et plus particulièrement aux facteurs nutritionnels. Il insiste ici sur la différence qu’il faut faire entre l’allergie alimentaire, facile à reconnaître et que l’on traite par l’éviction, et l’intolérance alimentaire, plus sournoise car souvent retardée par rapport à la prise de l’aliment en cause.
Même si elles ont des points communs, allergies et intolérances alimentaires ne doivent pas être confondues, car leurs mécanismes, leurs risques et leurs traitements sont très différents.

1 - LES ALLERGIES ALIMENTAIRES
Les aliments le plus souvent en cause sont :

- des arachides, en particulier les cacahuètes, et les autres fruits à coques ;
- le lait ;
- des poissons et fruits de mer.

En cas d'allergie alimentaire, le diagnostic est facile : il est d'autant plus évident que la réaction immunitaire est importante : il peut s'agir de simples plaques rouges sur la peau, avec démangeaisons, mais aussi de réactions très intenses avec signes cardiaques ou respiratoires (collapsus, œdème de Quincke...) pouvant aboutir au décès ! On parle alors de réaction anaphylactique.

Les allergies alimentaires sont fréquentes. Elles apparaissent précocement (avant l'âge de 4 ans) et concernent 5 % à 6 % des enfants ; elles peuvent s'atténuer avec l’âge. Mais cette fréquence est en nette augmentation, comme c'est le cas pour les autres allergies : les cas d'asthme ont doublé en 10 ans !

Le traitement des allergies alimentaires fait appel à l'exclusion très stricte des produits en cause, et à des médicaments d'urgence en cas de réaction grave.

2 - LES INTOLÉRANCES ALIMENTAIRES
Selon les médecins consultés, les conseils iront du déni total (« Les intolérances alimentaires n'existent pas », position encore trop fréquente parmi le corps médical...) à une exclusion totale et illimitée dans le temps de tous les aliments potentiellement en cause, ce qui est très contraignant, et de plus insuffisant...
De fait, le diagnostic d'intolérance alimentaire est bien moins évident que celui d'allergie.

Pour ma part, j'utilise le questionnaire MSQ (lien PDF à télécharger) : la probabilité d'un état d'intolérance est d'autant plus grande que le score est élevé, au-delà de 40 ou 50 points. Mais il atteint parfois 100, voire 150 points !

Définir et comprendre les intolérances alimentaires
Un état d'intolérance alimentaire peut se définir par l'existence de symptômes très variés consécutifs à l'absorption de certains aliments : en particulier, les produits laitiers et les farines de blé. La preuve de l'intolérance peut être obtenue simplement grâce à l'amélioration franche des symptômes dont souffre la personne lorsqu'elle arrête de consommer ces aliments.

Un exemple très fréquent est fourni par l'amélioration parfois spectaculaire de l'état de santé des personnes lors d'un voyage en Asie, où l'alimentation de base ne comporte ni laitages ni dérivés du blé.

Hyper-perméabilité intestinale
Une intolérance alimentaire est toujours liée, à des degrés divers, à un état de porosité intestinale et une flore intestinale déséquilibrée, problèmes souvent consécutifs à des causes précises : intoxication par les métaux lourds, situation psycho-émotionnelle conflictuelle, etc. Si l'on veut obtenir des résultats satisfaisants et durables, il est donc indispensable d'agir sur l'ensemble de ces facteurs. Depuis quelques années, je propose aux personnes intolérantes un protocole élaboré par mon confrère et ami, le Dr Yann Rougier (lien PDF à télécharger) qui donne des résultats bons à excellents dans 80 % des cas environ ; pour les 20 % restants, les dosages d'anticorps peuvent s'avérer utiles.

Le lactose est souvent innocent…
Les dosages des anticorps ont également permis de mieux comprendre les substances en cause : contrairement à une idée largement répandue, les intolérances au lait sont très rarement liées au lactose, mais essentiellement aux protéines du lait : caséine, lactoglobulines... Les laits sans lactose ne représentent donc pas une réponse adaptée. De même, le gluten n'est pas la seule cause d'intolérance au blé, car il n'est pas rare de retrouver des anticorps dirigés contre le blé tendre (froment) et non la gliadine (gluten).

Voici un tableau qui résume les principales différences entre allergies et intolérances alimentaires :

 ALLERGIES

INTOLÉRANCES

Âge de survenue
Jeune enfant (souvent avant 4 ansÀ tout âge, parfois tardivement
ManifestationsImmédiates ou précoces (quelques heures)
Retardées, sournoises (mois, années...)
Diagnostic biologiquePrésence d'IgE dirigés contre certains aliments
Présence d'IgG dirigés contre certains aliments
Risques pour la santéÀ court termeÀ court terme
ÉvolutionÀ vieRéversible

INTOLÉRANCES ET ALLERGIES : DES PATHOLOGIES PROCHES ET LOINTAINES…
En réalité, la distinction entre allergies et intolérances alimentaires n'est pas aussi cloisonnée : il semblerait que les états d'allergies prédisposent aux intolérances, et inversement. Par exemple, une intolérance au kiwi ou à la banane pourrait être annonciatrice d'une allergie au latex, car ces différents produits contiennent des substances chimiques communes.

À l'inverse, les personnes présentant des intolérances alimentaires ont souvent un terrain allergique : rhinites, asthme, etc.

En conclusion, j'insiste sur l'importance de réaliser une « ROTATION DES ALIMENTS » : cela consiste à varier sa nourriture afin de diminuer les risques d'intolérances : plus de la moitié des produits proposés dans la grande distribution est à base de lait et surtout de blé, ce qui explique en grande partie la fréquence des intolérances à ces aliments.

* Le Dr Michel Lallement est l’auteur de Les clés de l'alimentation-santé : Intolérances alimentaires et inflammation chronique, Éditions Mosaïque-Santé.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les Menus et les recettes qui guérissent
Bien manger sans cuisiner
Diététique de l'expérience
Maux d'enfants, poussées dentaires, rhumes, poux...