Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

L’écholalie, le “syndrome du perroquet”

L’écholalie consiste pour un interlocuteur à répéter les derniers mots ou syllabes qui viennent d’être prononcés, autrement dit en écho. Autant un symptôme qu’une pathologie, cette particularité s’accompagne d’un réel handicap dans la vie en société.

Parfois on connaît quelqu’un qui répète les dernières phrases ou mots que vous venez de prononcer. Cette personne est peut-être atteinte d’écholalie, une appellation qui vient du grec “écho” (répétition) et “lalie” qui signifie bavardage. Derrière ce symptôme amusant pour l’entourage (on ne tarde pas à le qualifier de perroquet) se cache un handicap important et un fort retentissement professionnel ou social pour celui qui en souffre et qui en est bien conscient. On parle parfois de “psittacisme” (du latin psittacus qui signifie “perroquet”). L’écholalie peut autant être un symptôme d’une maladie neurologique ou psychiatrique qu’un symptôme isolé.

Quand l’écho précède la parole

Pas de panique si l’écholalie apparaît chez le très jeune enfant. Chez lui, l’écholalie constitue une imitation naturelle, un mode d’entrée vers le développement normal du langage. L’enfant va répéter les dernières syllabes ou les derniers mots de ses parents pour se les approprier. L’écholalie s’inscrit dans l’apprentissage du langage. En revanche, la persistance d’une écholalie après l’âge de 3 ans doit inciter à consulter un spécialiste pour trouble du langage ou autisme.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Produit

Pour aller plus loin

Mon enfant parle mal…

C’est parfois lors de la rentrée scolaire que sont dépistés les troubles du langage chez l’enfant. La prise en charge doit être rapide car ils peuvent avoir des conséquences importantes lors de la scolarité comme à l’âge adulte.