Pinar Selek est innocente !

Quelques minutes suffisent pour l’aider à obtenir enfin justice.
Rubrique

Prochainement doit avoir lieu le procès en appel de la condamnation de Pınar Selek. Pour son comité de soutien turc, la manière la plus efficace d’agir consiste à faire une campagne de lettres au ministre de la justice. Il faudrait qu’au moins 10 000 lettres arrivent sur son bureau entre le 1er et le 31 octobre. À vos stylos !

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas encore Pınar Selek, voici un petit récapitulatif du parcours de cette femme exceptionnelle actuellement réfugiée en France, à Strasbourg : Pınar Selek est une sociologue turque engagée depuis des années contre les injustices et pour la paix. Enquêtant auprès de membres du PKK, le mouvement kurde, pour tenter de comprendre les mécanismes générateurs de violence dans son pays, elle a été arrêtée et torturée. C’était le 11 juillet 1998. Pendant une semaine, la police a tenté, sous la torture, de lui arracher les noms des personnes qu’elle avait interviewées. Elle a résisté. On l'a alors accusée d’avoir perpétré un attentat, une explosion due en réalité à l’explosion accidentelle d’une bouteille de gaz.
Libérée à la fin de l’année 2000, elle a ensuite été acquittée à trois reprises : en 2006, en 2008 et en 2011. À chaque fois, la cour de cassation a fait appel du verdict. Or, fin 2012, la cour de justice qui l’avait toujours acquittée a tout à coup fait volte-face. Et le 24 janvier 2013, au terme d’un harcèlement judiciaire de 15 ans, elle a finalement été condamnée à perpétuité contre toute logique et en toute injustice. Ses avocats ont fait appel, mais elle est pour le moment « interdite de séjour » dans son pays qu’elle aime tant, et risque d’être immédiatement arrêtée si elle y retourne.

À NOUS DE JOUER
Pınar continue à lutter pour que la vérité gagne la partie et elle veut pouvoir rentrer chez elle librement même si elle aime beaucoup notre pays. Pour cela, il faudrait que la justice soit juste et que son acquittement définitif soit enfin prononcé. Nous pouvons y contribuer en participant à la campagne initiée par ses avocats. Ils comptent sur nous pour que 5000 lettres au moins partent de France, pays d’accueil de Pınar. Nous pouvons le faire, et même dépasser ce chiffre !

EN PRATIQUE
J’ai moi-même déjà écrit la lettre que je vais envoyer au ministre de la justice (Un modèle de lettre en cliquant ici.). Inspirez-vous du texte ou recopiez le en changeant quelques mots (il faut que la lettre soit manuscrite), n’oubliez pas d'indiquer vos nom et adresse, signez-la et mettez-la sous enveloppe timbrée à 0,95 €. Attendez le 1er octobre pour mettre votre courrier à la poste. Il faut que les envois soient « concentrés » sur une période courte pour que la campagne soit efficace.

COLLECTEZ LES LETTRES !
Vous pouvez aussi faire comme moi et consacrer un petit carton à la « récolte » de lettres à envoyer début octobre. J’ai décidé, pour ma part, d’inviter tous mes proches et chaque nouvelle personne rencontrée à participer et, pour être sûre que personne n’oublie d’envoyer son courrier le jour J, je vais rassembler tous les courriers pour les mettre moi-même à la poste et j’espère bien que mon carton sera rempli début octobre. Je vous le prendrai en photo le mois prochain ! Et si vous faites comme moi, prenez en photo votre récolte et envoyez-moi la photo ! Je compte sur vous.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Trucs et astuces de santé
Quelle contraception choisir ?
Les compléments alimentaires qui guérissent
La médecine nous tue