Que faut-il manger contre la candidose ?

À l’heure de passer à table, mieux vaut nourrir son organisme que sa candidose. Ce mois-ci, découvrez le B.A-BA de l’assiette que déteste le candida albicans.

Le candida, une levure parfaitement inoffensive, coule des jours heureux sur et dans notre corps. Tant que l’environnement ne lui est pas spécialement favorable, il reste discret et ne pose aucun problème. Il est "maté" par les autres levures et microbes avec lesquels il partage son habitat. Mais dès que ses "proches" (et néanmoins concurrents) perdent du terrain, par exemple à la faveur d’un traitement antibiotique (qui détruit les bactéries mais pas les levures !) ou d’un excès de sucre local (diabète), il prend très vite ses aises et se développe à une vitesse foudroyante. Plutôt que de chercher à l’éradiquer, ce qui est totalement vain, il est crucial de rééquilibrer l’écosystème afin que le candida retrouve la place qu’il n’aurait jamais dû quitter.

ÊTRE PLUS MALIN QU'UNE LEVURE...
La candidose est une infection parasitaire, généralement provoquée par la levure candida albicans, même si d’autres candidas (tropicalis, parapsilosis...) peuvent parfois s’en mêler. Elle se développe généralement à la suite d’une baisse des défenses immunitaires (SIDA par exemple) ou lorsque les conditions lui sont favorables. Les symptômes peuvent être multiples et plus ou moins en rapport avec le site colonisé : démangeaisons vaginales, troubles digestifs divers (alternance de constipation et de diarrhées, colites, remontées acides, ballonnements, démangeaisons anales), muguet (bouche), mycoses aux ongles, plaques sur la peau, teint brouillé, mais aussi fatigue persistante et inexpliquée, sommeil de mauvaise qualité, pulsions pour les aliments sucrés (fringales de sucre) et/ou l’alcool, aggravation des allergies (rhume des foins, asthme, réaction aux aliments...) et de la spasmophilie, troubles de l’humeur, irritabilité, peurs inexpliquées (ceci est dû au fait que le champignon transforme les sucres en alcool), cystites à répétition, douleurs articulaires chroniques, démangeaisons du cuir chevelu + perte de cheveux consécutive, eczéma...

La liste est interminable car le candida s’octroie une alimentation 3 étoiles en prélevant sur votre propre ration, vous privant au passage de nutriments importants pour le fonctionnement quotidien du corps. En plus, il possède des récepteurs sur lesquels se fixent nos hormones, ce qui peut sérieusement nous désorganiser. Enfin, il se développe et il se déplace, migrant de l’intérieur (intestin) vers l’extérieur (peau, muqueuse) : il se sent chez nous, chez lui ! Ce qui explique qu’en cas de candidose, il est possible que tout semble déréglé...

Si l’alimentation ne peut provoquer à elle seule une candidose (il y a toujours un facteur associé), elle peut en revanche l’aggraver, l’entretenir, la rendre chronique. Ou au contraire l’atténuer, affamer le champignon..., mais attention, il peut alors sécréter jusqu’à 35 substances toxiques ! Il faut trouver un équilibre délicat pour forcer le candida à capituler. Ne sous-estimez jamais ses capacités de nuisance, ni de défense !

LES BONS RÉFLEXES ALIMENTAIRES
Vos amis
- Probiotiques (navets, cornichons, courgettes…)
- Prébiotiques (bananes, ail, artichaut, topinambour…)
- Les légumes frais
- Les céréales complètes
- Le quinoa et les légumes secs
- Les viandes et les poissons bio
- Le thé vert.

Vos ennemis
Le sucre, l’alcool, les aliments à index glycémique élevé, les brioches et viennoiseries, les fruits séchés.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de beauté naturelle
Mon cahier des points qui guérissent
Mon cahier des Fleurs de Bach
Mon cahier de botanique