Parlez-vous vache ou cheval ?

Rubrique

Enfin, parler, c’est un bien grand mot. Disons plutôt communiquer ! À Clermont-Ferrand, Roland Ducroux pratique une méthode de communication animale mise au point par Anna Evans, vétérinaire passionnée par les meilleurs amis de l’homme…

Comédien, Roland Ducroux s’intéresse depuis toujours à l’invisible. « Shakespeare parle de fées, précise-t-il. Je voulais sensibiliser les gens à cela. » Son parcours passe d’abord par la Communication Facilitée qui lui permet de communiquer avec des personnes privées de parole. Cet outil extraordinaire lui permet de découvrir un nouveau monde, celui du handicap. « J’ai aussi pris conscience de la faim qu’ont ces personnes de nous faire connaître leurs états d’âme et mille autres choses ! »

En 2011, une amie qui s’intéresse à la communication animale lui parle d’Anna Evans, vétérinaire enseignant cette approche depuis de longues années. Et c’est parti ! À l’aide de 3 chevaux et d’un osthéopathe, Roland fait son apprentissage à la méthode qu’enseigne la Dr  Evans, la Communication Intuitive®. « J’ai pu observer alors qu’il y avait effectivement une vraie communication télépathique qui s’établissait, car l’animal changeait d’attitude et son propriétaire pouvait valider ce que j’avais capté », raconte l’homme de théâtre.

Comportement déroutant
Après s’être formé pour devenir « interprète animalier », Roland rejoint le groupe de Clermont-Ferrand qui se réunit une fois par mois pour apporter son aide aux propriétaires d’animaux en difficulté : « Nous travaillons sur photo et comparons nos résultats avant de rédiger un rapport aux maîtres. » La plupart des questions concernent le comportement déroutant d’un animal de compagnie : pourquoi mon chat se gratte ? Ne mange plus ? Ou est devenu agressif d’un seul coup ? La vie courante, quoi !

Souvent, l’être humain est très impliqué dans ces changements d’attitude. Par exemple, un chien s’enfuit de la maison ; apparemment, c’est son seul recours pour marquer son désarroi à l’arrivée d’un enfant, sinon il va somatiser…
Le lien est évidemment très fort et très complexe entre l’animal et son maître, souvent comparable à celui qui relie un enfant à ses parents. Souvent, d’ailleurs, il faut également s’occuper de l’homme pour régler le problème de l’animal.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Le jeûne : mode d’emploi
Les compléments alimentaires qui guérissent
Ma bible de la phytothérapie
Bourdonnements et autres maux d’oreilles