Conservation naturelle

Rubrique

Comment conserver les aliments de façon simple et saine ? Moune vous explique les principales méthodes de conservation naturelles que l’on peut utiliser soi-même.

Maintenant que la rentrée est passée et que l’automne s’est installé et brille de mille feux, la cigale qui a bien chanté tout l’été va se transformer en fourmi et se faire des petites réserves pour passer un hiver tranquille !

LES MOYENS DE CONSERVATION
Nous ne parlerons que de conservation naturelle.

LE SÉCHAGE
C’est certainement la méthode la plus ancienne, on retrouve des aliments séchés indemnes (enfin à peu près !) des siècles après leur séchage.
Le principe est d’ôter l’eau des aliments pour éviter la prolifération bactérienne ; pour cela, on utilise le soleil ou la chaleur artificielle.
On peut faire sécher sur des claies, des grilles ou même sur une ficelle à la lumière, en évitant le soleil direct, mais on peut aussi le faire au four ou dans des déshydrateurs électriques. Si vous les faites sécher en plein air, n’oubliez pas de protéger les aliments des petites choses volantes avec une moustiquaire.
Convient pour :
- Les fruits
- Les légumes
- Les champignons
- Les poissons
- Les herbes

TOMATES SÈCHES
> Choisir une variété bien charnue, les éplucher et les couper en rondelles de 5 mm à peu près ou les couper en 2 ou en 4 si elles sont plus petites.
> Les faire « égoutter » sur un tissu afin d’enlever l’excédent d’eau et les faire sécher sur une grille à la chaleur.
> Les retourner quand le premier côté est sec.
> À conserver dans un bocal en verre de préférence.

LE SEL
Très utilisé pour les poissons et dans nos campagnes quand on cuisine la viande de cochon.
À sec : on frotte le morceau avec du gros sel et on l’enfouit dedans pendant au moins 2 mois, 2 mois et demi. Ensuite, on nettoie bien et on suspend la pièce au frais et au sec à l’abri des bestioles en tout genre (chats, rats, souris, chiens sauteurs...).
En saumure : on immerge le morceau dans une solution d’eau salée. Le pourcentage en sel dépendra du produit utilisé. L’inconvénient de ce procédé étant de devoir dessaler avant utilisation sous peine d’excès de sel pas très bon pour la santé !
Convient pour :
- Les poissons, à préparer à sec avec du sel avant de les faire sécher.
- Les légumes, surtout les tomates et les haricots.
- La viande, on retrouve ici les méthodes ancestrales du jambon sec de cochon ou de sanglier.

LA STÉRILISATION
Ça consiste à faire chauffer les aliments afin de détruire les différents germes. Pour cela, on utilise un stérilisateur spécialement conçu pour ça.
Si cette conservation a le mérite de détruire les germes, elle détruit aussi la majorité des vitamines. À utiliser donc avec modération.
Convient pour :
- Les fruits
- Les légumes, faire précuire les légumes et les mettre dans des bocaux propres et stériles fermés avec un joint de caoutchouc.
- Les champignons, même procédé que pour les légumes.
- Les viandes, mettre la viande crue dans des bocaux propres et stériles avec une grosse cuillerée à café de graisse de canard, fermer à l’aide d’un joint de caoutchouc et placer dans le stérilisateur.

LE SUCRE
Eh oui, c’est trop bon… mais très sucré, voire trop sucré ! Ici, on retrouve toutes les petites douceurs : confitures, marmelades et autres gelées… sirop, pâtes de fruits et autres fruits confits… Ce sont évidemment les fruits que l’on retrouve ici.

L’HUILE
Une des plus vieilles méthodes de conservation, et une des plus sûres.
Ce sont surtout les légumes que l’on va conserver avec cette méthode, ça évite de rajouter de l’huile à la cuisson et ça leur donne une saveur particulière.

TOMATES CERISES
> Prendre un bocal propre et stérile et y mettre les tomates cerises entières.
> Y ajouter des aromates (romarin, laurier, thym...), des baies (différentes sortes de poivre, genièvre, coriandre...) et même des petits oignons ou de l’ail en chemise (avec la peau).
> Ajouter 2 cuillerées à soupe de jus de citron (facultatif), couvrir d’huile et fermer.
> À déguster quelque temps plus tard, le temps que l’osmose se fasse entre les différentes saveurs ! On peut faire la même chose avec pratiquement tous les légumes...

LE VINAIGRE
Une des conservations les plus utilisées et les plus connues de nos jours. Une des plus simples à mettre en œuvre aussi !

OIGNONS BLANCS
> Mettre les petits oignons blancs dans un bocal propre et stérile
> Y rajouter les mêmes aromates que pour la recette des tomates cerises conservées à l’huile.
> Verser du vinaigre de cidre bouillant et fermer aussitôt.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Le jeûne : mode d’emploi
Les compléments alimentaires qui guérissent
Ma bible de la phytothérapie
Bourdonnements et autres maux d’oreilles