Rester concentré

Avec l'aide de la sophrologie

Qu'on l'attribue aux nouvelles technologies, aux écrans, aux publicités ou à toute autre sollicitation extérieure, le manque de concentration n'est, dans tous les cas, qu'une incapacité à se poser, à se reposer.

Le monde extérieur a bon dos, car comment se fait-il que pour un sujet intéressant – lire un livre, jouer à un jeu de société ou vidéo, ou bien encore suivre un film pendant une heure et demie – on tienne en place, alors que nous sommes en permanence distraits quand il s'agit de suivre un cours dans une matière qu'on n'aime pas, de remplir des papiers administratifs ou de faire un travail peu intéressant ?

ARRÊTEZ DE LUTTER
Dans une séance de sophrologie, on doit se concentrer sur soi, sur son corps et ses ressentis.
En sophrologie, très souvent, au début, les patients n'arrivent pas à se « concentrer » sur leurs ressentis, et disent qu'ils ne « ressentent rien ». Quand on leur demande pourquoi, ils indiquent alors qu'ils ont des pensées qui leur occupent la tête : travail, famille, tâches à effectuer. Et quand on leur demande ce qu'ils font avec ces pensées encombrantes, ils s'excusent en indiquant qu'ils « essaient de les repousser », mais n'y arrivent pas.

Imaginez-vous dans un bateau, emporté par le courant. Pensez-vous qu'il sera plus efficace de continuer dans le courant ou de ramer à contre-courant ? Qui gagnera ? Le courant ou vous ? Jamais vous !
La concentration commence donc par arrêter de lutter contre des moulins à vent : les pensées parasites. Lorsqu'elles surgissent, laissez-les poursuivre leur chemin. Elles viennent par un côté, qu'elles traversent votre tête tranquillement, pour ressortir de l'autre côté. Rien de plus.

ACTION 1 : UTILISER SON DIAPHRAGME
C'est le B.A. BA de toute relaxation, de toute détente, de toute ouverture du corps et de l'esprit. Je vous l'ai d'ailleurs présentée le mois dernier pour vous aider à "Faire face à vos émotions". Cette respiration, très utile dans de nombreuses situations, permet en effet d'oxygéner à la fois le corps et la tête. Ainsi que de détendre le ventre, donc d'évacuer les émotions pesantes.
Il s'agit de la respiration diaphragmatique (souvent appelée abdominale, à tort). Elle est pratiquée dans de nombreuses disciplines, sport, chant, yoga... La sophrologie, qui se penche sur les ressentis, l'a adaptée à ses buts.

ACTION 2 : S'ENTRAÎNER À RESTER CONCENTRÉ
La concentration est une base pour effectuer les relaxations dynamiques de sophrologie. Pour pratiquer une détente totale dans le métro bondé, après son travail, afin de rentrer chez soi en laissant les problèmes du travail au travail, elle est un atout certain !
D'ailleurs, la capacité de concentration peut être utile en toute circonstance – écrire un courrier dans le bruit en open space, faire des calculs avec les enfants qui jouent à côté –, au quotidien aussi, ce petit plus qu'est la capacité à s'isoler tout en étant avec les autres est un grand atout.

Pour les enfants, selon l'âge, on pourra pratiquer cette relaxation dynamique, mais de manière plus ludique. Au début, par exemple, en choisissant pour eux un objet neutre, mais qu'ils vont apprécier et, comme toujours avec les enfants, en faisant court. Au fur et à mesure de la pratique, ils pourront se concentrer sur un objet quelconque et plus longtemps.

En attendant, respirez fortement et soufflez en une seule fois tout ce qui vous énerve. Puis reprenez une respiration naturelle, douce et reposante :)

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Faut bien mourir de quelque chose !
Ma Bible des aliments remèdes
Infections ORL : rhumes, angines, bronchites, grippe.
Mon cahier de sophrologie